Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les Enquêtes d'Enola Holmes Tome 1 : La Double Disparition de Serena BLASCO (BD)

Genre : BD jeunesse

Série Les Enquêtes d'Enola Holmes :

1. La Double Disparition

2. L'Affaire Lady Alistair

3. Le Mystère des pavots blancs

4. Le Secret de l'éventail

5. L’Énigme du message perdu

6. Métro Baker Street

 

Quatrième de couverture :

 

Quand Enola Holmes, sœur cadette du célèbre détective Sherlock Holmes, découvre que sa mère a disparu le jour de son anniversaire, en ne lui laissant pour mot qu'un recueil sur les fleurs, et un carnet de messages codés, elle se met rapidement à sa recherche.

 

Elle va devoir recourir à son sens de la débrouille, ainsi qu'à d'ingénieuses techniques de déguisement afin de fuir le manoir familial alors que ses deux frères se sont mis en tête de l'envoyer en pension afin de faire d'elle une vraie "Lady".

 

Mais rien ne la prépare à ce qui l'attend.

Son chemin la conduit rapidement dans les quartiers sombres et malfamés de Londres, et elle se retrouve impliquée dans le kidnapping d'un jeune marquis.

 

Enola arrivera-t-elle à s'en sortir seule, et continuer de suivre la piste de sa mère tout en échappant à ses deux frères ?

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Une BD aux couleurs pastels à dominante rosée qui donnent à l’ensemble un petit côté acidulé, ce qui est renforcé par la douceur des traits de la dessinatrice et pourtant, l’histoire n’a rien de gentillet !

 

L’auteur nous offre ici une véritable plongée dans l’Angleterre victorienne où, même bien nées et donc préservées de la misère des rues mal-famées et des quartiers sordides, les femmes restent dépendantes des hommes : père, mari ou fils et ne disposent d’aucun bien ou argent en propre.

C’est ce que va découvrir la jeune Enola en tentant de remonter la piste la menant à sa mère disparue, le jour de son 16ème anniversaire.

 

Disparition volontaire ou enlèvement ?

 

C’est ce qu’elle va tenter de découvrir mais pour cela, il lui faudra fuir son foyer, pour éviter de finir dans un pensionnat, comme son frère Mycroft le veut.

Maîtrisant, comme son frère cadet, Sherlock, l’art du déguisement et de la déduction, la voilà lancée sur une autre affaire, à Londres : la disparition du comte Tewkesburry.

 

Quel plaisir de retrouver Sherlock, même si ce n’est pas véritablement lui le héros de cette série : contrairement à Mycroft, uniquement désireux de se débarrasser d’Enola, on le sent soucieux du sort de sa jeune sœur, aussi douée que lui pour brouiller les pistes et échapper à la sagacité du célèbre détective, c’est dire si elle est intelligente et débrouillarde.

 

Elle va découvrir un monde qui lui était jusque-là inconnu : celui des bas-fonds de Londres et de ses brigands, se mettant en danger pour retrouver sa mère, qui souhaite faire d’elle une femme libre, faisant fi des codes de la société victorienne !

 

Bref, une très belle découverte !

Il ne me reste plus maintenant qu’à lire les romans, dont le premier tome, dans ma Pal depuis un moment !

Retrouvez les autres BDs lues par les participants de la semaine chez Stephie

 

Voir les commentaires

Hamish MacBeth Tome 1 : Qui prend la mouche de M.C. BEATON

Genre : Policier

Série Hamish MacBeth :

1. Qui prend la mouche

2. Qui va à la chasse

3. Qui s'y frotte s'y pique

4. Qui a une taille de guêpe

5. Qui franchit la ligne jaune

6. Qui sème le vent

7. Rira bien qui rira le dernier

8. Les Flèches de Cupidon

....

(Il y en a 32 en tout (arghhhhhh !) Seuls ces 8 là ont été traduits en français à ce jour)

 

 

Quatrième de couverture :

 

Policier du petit village de Lochdubh situé au beau milieu des Highlands en Écosse, Hamish Macbeth manque totalement d'ambition professionnelle mais il peut cependant compter sur son intuition naturelle pour mener à bien ses enquêtes.

 

Ses qualités lui seront bien utiles quand le corps sans vie de Lady Jane Winters, langue de vipère notoire et participante au stage de pêche à la mouche du village, est retrouvé dans la rivière.

 

Secondé par la délicieuse Priscilla Halburton-Smythe, Hamish s'immerge en eaux troubles pour démasquer l'assassin.

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Bienvenue à Lochdubh, un petit village d’Ecosse, durant les années Thatcher.

 

John et Heather Cartwright accueillent les participants de leur stage de pêche à la mouche, un métier qu’ils exercent avec passion.

 

Le lecteur fait donc connaissance avec un panel de personnages variés : Jeremy Blythe, homme séduisant et charismatique de 34 ans, de riches américains, les Roth, un major à la retraite, Peter Frame, un jeune garçon de 12 ans, Charlie Baxter et deux jeunes femmes dont Alice Wilson, 17 ans, des rêves plein la tête.

 

L’histoire est principalement contée de son point de vue à elle : nous sonnes donc aux premières loges pour voir le cade idyllique de carte postale virer au cauchemar, sous l’influence de Lady Jane, vieille rombière à la langue bien pendue.

 

J’ai trouvé à cette histoire des airs de Dix Petits Nègres (oh ! pardon, il ne faut plus le nommer ainsi depuis que certains ont décidé de refaire l’histoire – oui, ça m’énerve : au lieu de vouloir effacer le passé, agissons plutôt sur le présent !!!!!!! Je fais donc de la résistance ! Na !) à cause justement des petites révélations que laisse échapper, comme des coups de massue, cette fauteuse de troubles aussi désagréable qu’incisive et venimeuse.

Chaque participant traîne des casseroles derrière lui et elle s’acharne avec un malin plaisir à les faire sortir au grand jour.

 

Qui est-elle ?

Comment en sait-elle autant sur eux ?

Arrive finalement ce qui doit arriver…

 

Dans cette première enquête, Hamish intervient assez tard, le temps pour l’auteur d’installer le décor et les différents protagonistes mais, ça ne m’a pas gênée pour autant.

 

Au contraire, je ne me suis pas ennuyée une seule seconde et n’ai pas vu le temps passer lors de ma lecture, à la différence de celle du premier tome de la série précédente de l’auteur, les Agatha Raisin.

 

Hamish nous est présenté à travers les yeux des autres et leur vision du policier n’est pas des plus flatteuses ^^ : fainéant, sans-gêne, pique-assiettes et un peu benêt sur les bords.

Au fil des pages, notre vision de lui s’affine et change du tout au tout.

Sous son côté benêt, se cache un être perspicace, fin observateur, sarcastique et beaucoup plus malin qu’il n’y parait au premier abord.

 

Certes, il se fait discret dans la première moitié du récit mais, c’est pour mieux se  dévoiler ensuite lors de son enquête sur la mort de Lady Jane et pour mieux clouer le bec de ses détracteurs, un peu à la manière de l’inspecteur Colombo : il est doué pour écouter et recueillir les confessions des uns et des autres, avec l’aide également de sa nombreuse famille, qui collecte des informations pour son compte et fait ainsi avancer l’affaire.

 

On sent les nombreux clins d’œil de l’auteur à Agatha Christie, notamment dans la scène de la révélation finale, qui fait clairement référence à Hercule Poirot (je ne pouvais qu’adorer ^^).

 

Bref, un premier tome très agréable à lire, rempli de clins d’œil drôles et assumés à la Reine du crime et porté par un anti-héros que l’on prend plaisir à découvrir.

J’ai hâte de lire la suite !

 

Voir les commentaires

Les Contes inachevés Tome 1 : La Vilaine Belle-Sœur de Aya LING

Genre : Fantasy (Réécriture de conte)

Série Les Contes inachevés :

1. La Vilaine Belle-Sœur

1.5. La Princesse d'Athelia

2. Il était deux fois

3. Pour toujours et à jamais

Il existe un 4ème tome en anglais, qui n'est pas encore traduit en français (croisons les doigts pour que l'éditeur le fasse paraître bientôt ^^) :

4. Queen of Athelia

 

 

Quatrième de couverture :

 

En déchirant par mégarde un vieux livre d'images, Kat est téléportée dans le monde de Cendrillon, où elle incarne Katriona, l'une des hideuses belles-sœurs !

En tant que jeune fille de noble lignage, sa vie change du tout au tout et elle doit apprendre à survivre aux lois de ce nouvel environnement, à commencer l'épreuve de passer les portes avec une robe à arceaux...

 

Pour revenir chez elle, elle va devoir compléter l'histoire, jusqu'à ce qu'ils soient heureux et aient beaucoup d'enfants.

 

Mais les obstacles sont de taille : l'autre belle-sœur est belle à s'en damner, la marraine la bonne fée est aux abonnées absentes et le prince - carrément canon, soit dit en passant - déteste les bals.

 

Dans de telles conditions, arrivera-t-elle seulement à rentrer chez elle... ?

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Une réécriture du conte de Cendrillon, moderne et surprenante, qui va là où on ne l’attend pas, en donnant corps à l’une des belles-sœurs de Cendrillon : Kat Wilson atterrit malencontreusement dans le conte, après avoir abîmé une version du conte écrite pour le roi gobelin, Barthélius, lequel lui a jeté un sort.

 

Pour en sortir, elle doit marier sa servante, Elle, qui serait, selon elle, Cendrillon, avec le prince ou plutôt la servante de Katriona, dans le corps de laquelle elle a été expédiée.

 

Toute une aventure pleine de péripéties et de rebondissements s’offre alors au lecteur, dans un monde très éloigné du nôtre : ici, les filles sont justes bonnes à marier et les enfants travaillent 12 à 16 heures par jour pour aider et nourrir leur famille, dans des conditions épouvantables et faisant fi de leur sécurité, entraînant souvent leur mort dans la misère et l’indifférence la plus totale.

 

De quoi révolter la jeune fille de notre époque, qui va prendre les choses en mains et bousculer les conventions établies, s’attirant les foudres de sa « mère », Lady Bradshaw, une horrible mégère et de sa sœur, la magnifique, ambitieuse et glaciale Bianca, réduisant ainsi ses chances de mettre la main sur le prince !

 

Se faisant et bien malgré elle, elle attire également l’attention dudit prince, Edward.

Celui-ci ne lui est pas indifférent non plus mais elle sait qu’il ne lui est pas destiné, surtout si elle souhaite rentrer chez elle et se trouve donc face à un cruel dilemme !

 

Une lecture mouvementée donc et très addictive, je ne me suis pas ennuyée une seule seconde et j’ai adoré tant l’intrigue que les personnages, fort bien incarnés, Kat en tête bien sûr mais les personnages secondaires ne sont pas en reste tels le doux Henry, Mr Wellesley, le libraire, Jimmy et Billy, qui m’ont tiré les larmes aux yeux ainsi que leur sœur, Elle.

 

L’auteur a su réinventer le conte que l’on connait tous, sans en faire une pâle copie.

Son monde est bien construit, réaliste et l’intrigue parfaitement maîtrisée.

 

La fin est loin d’être cousue de fil blanc : rien n’est gagné d’avance pour Kat, Elle, Henry et le prince Edward.

Elle m’a d’ailleurs laissé un petit goût amer en bouche et me donne très envie de me jeter sur la suite, voir si la jolie rousse retrouvera le chemin des contes…

 

Voir les commentaires

Quatre Sœurs Tome 1 : Enid de Malika FERDJOUKH

Genre : Roman jeunesse

Série Quatre Sœurs :

1. Enid

2. Hortense

3. Bettina

4. Geneviève

 

Quatrième de couverture (présentation de l’éditeur) :

 

Enid doit faire dix-sept pas de l'abribus jusqu'à l'impasse de l'Atlantique qui mène à sa maison, la Vill'Hervé.

Un de moins que l'été dernier.

La preuve que ses jambes allongent, donc qu'elle a grandi.

N'empêche qu'elle est toujours la plus petite des cinq sœurs Verdelaine.

 

Personne ne la croit quand elle dit qu'elle a entendu un fantôme hurler dans le parc et faire de la musique.

Ni Charlie, trop occupée à réparer Madame Chaudière pour l'hiver et à arrêter de fumer pour faire des économies.

Ni Bettina et ses copines Denise et Béhotéguy, dites DBB (la Division Bête et Bouchée), concentrées sur leur nombril. Ni Geneviève, mobilisée par son propre secret très difficile à préserver.

Ni Hortense, plongée dans la rédaction de son journal intime.

Ni Tante Lucrèce qui n'écoute qu'Engelbert Humperdinck, son crooner préféré.

 

Ses parents la croiraient peut-être, mais ils sont morts depuis dix-neuf mois et vingt-deux jours.

 

Swift, sa chauve-souris, l'écouterait sûrement mais elle a disparu dans la tempête, la nuit où le vieux sycomore du parc s'est mis à faire le poirier au fond du puits.

 

Il faut qu'Enid se résigne : « Convaincre les grands, c'est comme vouloir qu'un chewing-gum mâchouillé une heure conserve son goût du début. »

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Cette lecture m’a beaucoup fait penser aux Quatre Filles du Docteur March, ce qui est un énorme compliment dans ma bouche puisque ce roman a bercé mon enfance et mon adolescence : je l’ai lu, relu et rerere…lu ^^.

 

J’ai retrouvé dans ce premier tome cette cohésion familiale, qui fait que les cinq sœurs Verdelaine (et non pas quatre, malgré le titre de la série) se serrent les coudes, sont là les unes pour les autres, depuis la mort de leurs parents, même si, fratrie oblige, elles se disputent parfois aussi, comme Jo, Meg, Beth et Amy ^^

 

C’est désormais l’aînée, Charlie, 24 ans, qui s’occupe de la maison et prend soin des plus jeunes, avec l’aide de Basile, son amoureux, maladroit et véritablement mordu par la jeune femme et avec l’aide de Geneviève, 16 ans, raisonnable, sage, mature et très maternelle, notamment avec la plus jeune, Enid, 9 ans.

Il y a aussi Hortense, lectrice assidue, aimant écrire dans son journal intime et Bettina, la pimbêche (il en faut toujours une !).

Tout ce petit monde cohabite tant bien que mal à la Vill’Hervé, entre rires et chamailleries.

 

J’ai adoré l’ambiance qui se dégage de cette lecture pleine d’humour et hors du temps : les prénoms des personnages sont délicieusement désuets et les détournements d’œuvres cinématographiques, notamment, permettent paradoxalement de rattacher cette lecture au présent.

Il fait bon vivre au milieu de cette famille.

 

Nul doute que chaque lecteur y trouvera son compte, chaque sœur étant différente l’une de l’autre par son caractère, ses loisirs et ses affinités.

Dans ce premier tome et comme son titre l’indique, on suit plus particulièrement la benjamine, aventurière, proche de la Nature et des animaux.

 

Depuis que le sycomore est tombé dans le puits, déraciné par une tempête, elle est inquiète : elle n’a plus revu Swift, la pipistrelle.

Que lui est-il arrivé ?

 

Elle va tenter de le découvrir, grâce à son ami, Gulliver, ce qui va la conduire sur la piste d’une mystérieuse histoire de fantôme, que j’ai adorée !

 

Bref, un roman jeunesse comme je les aime : doux, drôle et intelligent !

 

 

Voir les commentaires