Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mesdemoiselles de la vengeance de Florence THINARD

Mesdemoiselles-de-la-vengeance-01.jpg

Genre : Littérature jeunesse

 

Quatrième de couverture :

L’épée à la main, Olympe, baronne de Haussy, Nagîna, princesse du désert, Agathe, fine lame du royaume de France et Sylvine, vigoureuse paysanne, veulent se venger du Commodore, redoutable pirate qui les a toutes, d’une façon ou d’une autre, cruellement blessées.

Sur les côtes de Charente, dans la France du XVIIè siècle, ces quatre jeunes femmes qui n’ont pas froid aux yeux se lancent dans une aventure tumultueuse et riche d’imprévus…

 

Ce que j'en ai pensé :

Une histoire de pirates pour filles : nul doute qu’elles n’auront aucun mal à s’identifier à l’une ou à l’autre de nos héroïnes, au caractère bien défini (et quelque peu stéréotypé) : Agathe, l’effrontée, impulsive, rebelle, un brin garçon manqué et n’ayant pas la langue dans sa poche, Nagîna, la princesse orientale, fine stratège, rusée et savante, Sylvine, bienveillante, généreuse et très « brute de pomme » ou encore Olympe, la baronne timide, innocente, qui s’est faite enlever par le Commodore à la sortie du couvent, parfois très niaise, comme le dit si bien Agathe… Il y en a pour tous les goûts. Le début est peut-être un peu lent, même si je n’ai ressenti aucune sensation d’ennui, seulement l’auteur prend le temps d’installer son intrigue et ses personnages. Pour nous faire patienter avant la « grande bataille », elle nous conte plus en détail l’aventure de deux d’entre elles : Sylvine et Nagîna. Puis, arrive l’action dès qu’Agathe s’enfuit et est emprisonnée à la Rochelle. Les événements s’enchaînent alors à un rythme effréné, jusqu’à la chute finale, attendue, sans réelle surprise mais la lecture reste néanmoins sympa même si très jeunesse, je me suis parfois sentie un peu vieille . Le style de l’auteur est à noter, très soigné. Elle utilise un langage soutenu, si l’on fait exception du langage de certaines héroïnes dans les dialogues (d’ailleurs je pense que l’âge conseillé est très bien choisi : à partir de 11 ans ou pour de très bons lecteurs, même si je ne le conseillerais pas à des plus jeunes à cause de certaines scènes peu ragoûtantes…). J’ai beaucoup aimé également les références historiques, intelligemment intégrées, même si j’aurais aimé plus de détails, d’approfondissements, comme les Filles du Roy ou la rébellion des habitants de La Rochelle. Je regrette par contre qu’il n’y ait pas de lexique ou notes de bas de pages expliquant les termes maritimes utilisés. C’eut été bien utile !

logo p11

Voir les commentaires

Parle-moi d'amour de Philippe CLAUDEL

9782253162377.jpg

Genre : Théâtre

 

Quatrième de couverture :

Femme

 

Les enfants ! Comme si tu les connaissais ! Tu t’en es préoccupé de tes enfants ?

 

Homme

 

J’ai toujours eu leurs photos sur mon bureau !

 

Femme

 

Et c’est en les regardant en photo que tu les as élevés peut-être ? C’est toi qui les as torchés ? Tu t’es réveillé la nuit lorsqu’ils étaient malades ? Tu les as consolés quand ils pleuraient ? Tu les as emmenés au zoo, au cirque, au jardin d’enfants, au Luxembourg pousser des bateaux, faire du poney ?

 

Homme

 

Chaque année je faisais le père Noël !

 

Femme

 

Tu l’as fait deux fois ! Et en plus tellement mal qu’ils t’ont reconnu tout de suite ! Et les anniversaires ? Tu étais là pour les anniversaires avec les copines et les copains ? C’est toi qui t’es fait engueuler par les instituteurs, les professeurs, les principaux, les proviseurs ?

 

Parle-moi d’amour a été créé en octobre 2008 à la Comédie des Champs-Elysées. Le personnage de la femme était interprété par Caroline Silhol. Celui de l’homme par Michel Leeb. La mise en scène était de Michel Fagadau.

595867bfed21ac7f6f746651994bb23648fef4133bfd8.jpg

 

Ce que j'en ai pensé :

« Parlez-moi d’amour, redites-moi les choses ten-dres »… En fait de mots d’amour, nos deux héros quinquagénaires, lui cadre supérieur ambitieux, carriériste, les pieds bien  sur Terre et elle, produit de la génération hippy cool, excentrique, ayant sacrifié sa carrière et ses rêves de jeune fille au profit de celle de Monsieur, nous offrent une scène de ménage monumentale. Tout y passe : les absences de l’homme, l’éducation des enfants, la chirurgie esthétique, le psychanalyste, la belle-famille (ah, la belle-famille ^^), etc… L’occasion pour le lecteur de découvrir une autre facette de l’auteur. Les répliques fusent, plus croustillantes les unes que les autres, marquées par un humour noir et ironique qui fait sourire. Une pièce de théâtre bien de son temps, moderne, qui met le doigt sur les travers de notre société, où les apparences et la réussite sociale sont reines. Tous les couples se reconnaitront au moins une fois dans les tableaux choisis et mis en scène par l’auteur…

logo p11

Du même auteur :

La Petite Fille de Monsieur Linh

Voir les commentaires

C'est lundi, que lisez-vous ? (29)

BANNIR~1

Le rendez-vous de Galléane

 

Qu'ai-je lu la semaine dernière ?

Yvain le chevalier au lion de Chrétien de TROYES

 

Qu'est-ce que je lis actuellement ?

Toujours dans Tordu de Jonathan KELLERMAN : c'est quand que l'histoire décolle enfin ???????

 

Que lirai-je ensuite ?

Thursday Next Tome 2 : Délivrez-moi de Jasper FFORDE.

J'avais beaucoup aimé le 1er, j'espère qu'il en sera de même pour celui-ci et conjurer ainsi le sort des lectures ennuyeuses et peu passionnantes

Voir les commentaires

Yvain le chevalier au lion de Chrétien de TROYES

yvain_le_chevalier-3.jpg

Genre : Roman courtois

 

Quatrième de couverture :

Malgré l’amour qu’il porte à son épouse, la belle Laudine, le chevalier Yvain s’en va combattre aux côtés du roi Arthur. Il a fait le serment de revenir au bout d’un an.

Mais il manque à sa promesse et perd l’amour de Laudine… Désespéré, Yvain erre alors d’aventure en aventure, suivi par un lion à qui il a sauvé la vie. Saura-t-il gagner, par l’éclat de ses prouesses, le pardon de celle qu’il aime ?

 

Ce que j'en ai pensé :

Je me suis un peu ennuyée au début, jusqu’à ce que Laudine lui retire son amour pour cause de promesse non tenue et qu’il parte de la cour, fou de chagrin. J’ai trouvé quelques longueurs dans cette première partie, où Amour est mis en exergue. Je ne dois pas avoir l’âme d’une romantique. Il y a de très belles tournures de phrases. Yvain, le chevalier au lion, roman courtois du Moyen-Age, fait indubitablement partie des belles lettres françaises mais il faut bien avouer que le style est quelque peu démodé, a pas mal vieilli, même si on ne saurait rester insensible à la poésie du texte. Je me suis sentie étrangère à l’histoire, à cause justement de ce style travaillé, ampoulé, m’attachant finalement plus à la beauté des mots qu’au récit en lui-même. Les sentiments amoureux sont emplis de pudeur et de passion contenue. Cette première partie m’a paru mièvre à certains moments, notamment lorsqu’il tombe amoureux de la dame de Landuc et que Lunette, la servante, l’aide dans son entreprise de séduction. J’ai préféré la deuxième moitié du livre, lorsqu’il part à l’aventure. Elle est beaucoup plus remuante et passionnante. Il n’y a alors plus aucun temps mort et j’étais véritablement scotchée à ma lecture, vivant et ressentant les émotions du héros intensément. L’auteur vante les valeurs de la chevalerie, représentées par Yvain : courage, force, fidélité, endurance, défense des plus faibles… C’est un classique à lire, pour voir ce qu’est un roman courtois et pour revenir aux sources du mythe arthurien. J’ai bien conscience que Chrétien de Troyes n’est pas le premier auteur à s’inspirer de la légende mais il fait partie des grands noms par qui elle nous est parvenue, il fallait donc bien que j’en lise au moins un. C’est fait ! Est-ce que j’y reviendrai ? Peut-être…

1102170412401203537665477

logo p11

Voir les commentaires

Des polars encore et toujours...

Après le Baby challenge polar de Livraddict, deux autres me font de l'oeil depuis un bout de temps et j'ai enfin décidé de sauter le pas.

 

77158541_p.jpg

Le premier, organisé par Liliba, reprend une idée de Cynthia.

Thrillers et polars sont à l'honneur (lectures au suspense insoutenable ou qui vous auront flanqué une peur bleue)

Le challenge court à partir du 5 juillet 2012 et se terminera le 5 juillet 2013.

Il existe trois catégories :

Touriste planqué : 5 thrillers ou polars au choix

Téméraire du dimanche : 8 thrillers ou polars au choix

Même pas peur : 12 thrillers ou polars au choix

 

Je vais tenter cette dernière (même pas peur), en espérant ne pas être trop présomptueuse...

 

mod_article4704216_11.jpg

Le deuxième est organisé par Samlor et vient compléter les deux précédents puisqu'il s'agit de lire des polars historiques. Il n'y a pas de date limite. Là encore plusieurs catégories :

- Niveau Fronsac : 10 polars historiques

- Niveau Le Floch: 6 polars historiques

- Niveau Tân : 2 polars historiques

- Niveau Blanche: ben oui, à force d'en lire, elle explose tous les records!!

(les noms des niveaux viennent de trois séries polars historiques)

 

J'ai choisi le niveau Le Floch (6 livres à lire). 



Cela tombe bien, ma Pal en regorge (de polars, thrillers, policiers en tout genre)... cela ne devrait donc pas être difficile de trouver des titres pour alimenter ces deux challenges... Ya plus qu'à

Voir les commentaires

C'est lundi, que lisez-vous ? (28)

BANNIR~1

Le rendez-vous de Galléane

 

Qu'ai-je lu la semaine dernière ?

Presque fini Yvain ou le chevalier au lion de Chrétien de TROYES

 

Qu'est-ce que je lis actuellement ?

Je termine donc Le Chevalier au lion et j'ai commencé un thriller : Tordu de Jonathan KELLERMAN, pour l'instant ce n'est pas très remuant. Espérons que l'action arrive bientôt !

 

Que lirai-je ensuite ?

Aucune idée, on verra bien... Je me laisse guider par l'envie du moment...

Voir les commentaires