Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Challenge Partage Lecture 2011/ 2012

J'ai lamentablement échoué à celui de l'année dernière (1 livre lu sur 5 ) et pourtant j'ai resigné cette année avec en plus 11 titres :

- La Voleuse de livres de Marcus ZUSAK

- Entre Chiens et loups de Malorie BLACKMAN

- No et moi de Delphine de VIGAN

- Orgueils et préjugés de Jane AUSTEN

- Les Cinq Personnes que j'ai rencontrées là-haut de Mitch ALBOM

 - Ne Tirez pas sur l'oiseau moqueur d'Harper LEE

- Allumer le chat de Barbara CONSTANTINE

- L'Etrangleur de Cater Street de Anne PERRY

- La Couleur des sentiments de Kathryn STOCKETT

- Les Enfants de la liberté de Marc LEVY

- La Grammaire est une chanson douce d'Erik ORSENNA

 

Tous ont été choisis dans ma Pal, en espérant qu'elle diminue ainsi...

J'ai jusqu'au 31 mai 2012 pour remplir mon contrat : croisons les doigts !

Voir les commentaires

Les Cinq Personnes que j'ai rencontrées là-haut de Mitch ALBOM

5-personnes-jai-rencontrees-haut-L-3s97n4.jpg

Genre : Roman

 

Quatrième de couverture :

Pendant des années, le vieil Eddie, petit bonhomme trapu de 83 ans, a veillé au bon fonctionnement des attractions de la fête foraine de Ruby Pier. Comble de l’ironie, c’est ici qu’il vient juste de mourir, écrasé sous la nacelle d’un manège alors qu’il tenatit de sauver la vie d’une fillette…

Arrivé dans l’au-delà, le défunt se retrouve embarqué sur un vaste océan multicolore et multiforme où, comme dans un rêve éveillé, il va faire cinq rencontres bouleversantes et déterminantes (…).

 

Ce que j'en ai pensé :

Tout commence par un compte à  rebours : celui qui nous sépare de la mort d’Eddie, le responsable de l’entretien des manèges de Ruby Pier. Puis, une fois décédé, nous remontons, grâce aux personnes qu’il va rencontrer, le cours du temps. Nous est dévoilée sa vie à travers ses grandes étapes : enfance, adolescence, entrée dans l’âge adulte, sa rencontre avec Marguerite, son grand amour, l’engagement dans l’armée pendant la guerre du Viet-Nam et les séquelles qui en découlent une fois rentré au pays, sa vieillesse… Ces cinq personnes lui délivrent cinq leçons de vie, somme toute assez « bateau », j’ai trouvé. En fait, le tout est à mon sens très « américain », j’ai souvent pensé à la série TV Les Anges du bonheur qui passait quand j’étais ado (et que je regardais pendant les vacances, quand je n’avais rien d’autre à faire ou à regarder ^^) ou à tous ces films où une fois la personne morte, elle rencontre un ange au purgatoire qui lui permet de réparer ses erreurs pour acheter sa place au Paradis… C’est plein de bons sentiments. Sympa mais sans plus et surtout, pas inoubliable. Ce que j’ai le plus aimé finalement c’est en apprendre plus sur Eddie, voir se rejouer les pièces les plus importantes du puzzle même si là encore, il n’y a rien d’extraordinaire dans son déroulé…

 

partage-lecture-logo

Challenge PL 2011/ 2012 : 1er livre lu / 11

objectif-PAL.jpg

 et

PAL3

Une idée de Magda31, lancée sur Livraddict : c'est Yumiko qui avait choisi ce livre pour moi.

Merci, miss !

Voir les commentaires

Un Instant dans le vent d'André BRINK

9782253035701-T.jpg

Genre : Roman

 

Lecture commune de juillet/ août 2011 (forum Partage Lecture)

 

Quatrième de couverture :

L'expédition conduite par Erik Larsson à l'intérieur du continent sud-africain se termine par un désastre : le guide se suicide, les porteurs s'enfuient, les deux Blancs qui l'avaient conçue meurent. Elisabeth Larsson reste seule survivante, au milieu de l'immense veld. Apparaît Adam, un esclave en fuite, qui a suivi le convoi de loin.

Cette femme blanche, cet homme noir que tout sépare vont cheminer ensemble des mois, vers ce qu'ils appellent encore la civilisation. Mais le vrai cheminement s'accomplit en eux-mêmes, à la rencontre l'un de l'autre et de l'amour qui va les unir.

 

Ce que j'en ai pensé :

Dans les premières pages, l'auteur nous parle de l'expédition et des circonstances dans lesquelles vont se rencontrer deux êtres aux antipodes socialement parlant l'un de l'autre, Elisabeth, femme blanche de bonne famille, mariée à Alexis Larsson, explorateur et Adam, esclave noir en fuite. Il remonte à leurs origines, passage pas très intéressant et qui déroute quelque peu et au comment cette histoire est venue à ses oreilles : grâce aux Mémoires d'Erik Larsson, lesquelles là encore sont dénuées d'intérêt car il s'agit surtout d'un catalogue des possessions de l'expédition et des découvertes réalisées. On ressent alors l'ironie poindre dans le style de l'auteur et j'avoue que je me suis régalée. Il va donc nous dévoiler cette histoire à travers les voix d'Adam et d'Elisabeth. La narration se fait donc essentiellement à la première personne du singulier, avec quelques interventions éparses de l'auteur. Par contre, aucune indication sur qui prend la parole, ce qui pose souvent problème. Je me suis souvent demandé qui d'Adam ou d'Elisabeth s'exprimait mais, au bout d'un moment, la difficulté s'amoindrit... J'ai aimé le style de l'auteur, très imagé. Moi qui ne suis pas friande de descriptions car j'ai beaucoup de mal à me représenter les lieux décrits, ici, je me suis surprise à « voir » les paysages défiler sous mes yeux, grâce à la plume de l'auteur, souvent très poétique je trouve, même lorsqu'il évoque des horreurs (comme le massacre des éléphants dans la forêt). Le livre peut être divisé en trois grandes parties : la rencontre plutôt houleuse au départ entre Adam et Elisabeth, le répit sur leur île, avant le retour à la civilisation et le retour au Cap. On se rend assez rapidement compte qu'il s'agit également pour nos deux héros d'une quête initiatique, à la recherche d'eux-mêmes et à la découverte de l'autre, celui que l'on craint ou que l'on méprise parce qu'il n'a pas la même couleur de peau. Ils ont finalement beaucoup de points communs tant au niveau de leur statut social : l'esclave et la femme ont une condition très proche, prisonniers tous d'eux de leur statut qui les enferme, les fait dépendre d'un autre qui leur est supérieur, jamais totalement libres de leur mouvement mais aussi au niveau du caractère : tous deux refusent cette condition, sont épris de liberté, farouchement indépendants, parfois arrogants. Ce sont des rebelles qui luttent pour retrouver la liberté dont on les a privés et petit à petit, ils vont se rapprocher. La deuxième partie marque une évolution dans leurs relations mais également en eux-mêmes : ils sont désormais libres de vivre comme ils l'entendent, loin des convenances et du qu'en-dira-t-on, libres d'être enfin eux-mêmes. Ils vont se redécouvrir intérieurement. C'est le retour à la nature (dans tous les sens du terme d'ailleurs), un instant de répit avant le grand départ, le retour vers la civilisation. Le tout est vraiment très long, finalement assez « statique » : ils avancent vers leur but, font des pauses et repartent, et cela du début à la fin du récit. J'ai décroché à la troisième partie, là je n'en pouvais plus, ça devenait ennuyeux.

Une fois que l'on sait où l'auteur veut en venir, je trouve que le récit n'a plus d’intérêt et qu'il aurait gagné à être écourté, j'ai tenu autant que j'ai pu car je me suis attachée aux personnages mais là, je dis stop ! J'abandonne donc à la page 252 (sur 318).

Voir les commentaires