Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nos coeurs tordus de Séverine VIDAL et Manu CAUSSE

Genre : Roman jeunesse

 

Quatrième de couverture :

 

Nouveau venu au collège Georges-Brassens, Vladimir, dit Vlad, a les genoux qui se cognent et les mouvements désordonnés d'un pantin désarticulé.

 

Handicapé de naissance, et passionné de cinéma, il est aussi drôle, sensible et généreux, et audacieux.

 

Lou est séduite et Vlad tombe amoureux.

 

Mais Lou sort avec le beau Morgan…

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Une très belle histoire d’amitié et de tolérance au centre de laquelle se tient le personnage de Vlad, le leader charismatique du groupe, son noyau, celui par qui tout le monde se rencontre autour d’un projet fort et fédérateur.

 

Par la force de son humour à toute épreuve et surtout à l’épreuve de la bêtise et du handicap, il arrive à rassembler autour de lui un panel de personnages aussi hétéroclite qu’un caïd, dur à cuire, rebelle comme Saïd, les deux premières de la classe, les jumelles, Théa et Charlie, la jolie Lou qui ne le laisse pas indifférent ou encore ses comparses de l’Ulis : Mathilde, en guerre contre tout le monde, qui a du mal à accepter son handicap, Dylan,…

 

De très beaux personnages, beaucoup de charme, de tendresse et d’émotions font de ce roman jeunesse un incontournable à mettre entre toutes les mains !

Voir les commentaires

L'Ecorchée de Donato CARRISI

Genre : Thriller

Série Mila Vasquez :

1. Le Chuchoteur

2. L'Ecorchée

 

Quatrième de couverture :

 

Sept ans après s'être mesurée au Chuchoteur, Mila Vasquez travaille aux Limbes, le département des personnes disparues.

 

Incapable d'éprouver la moindre émotion et portant dans sa chair la marque des ténèbres, Mila excelle dans la recherche de ceux qui, un jour, se sont évanouis dans la nature.

Elle seule ne peut oublier ces « victimes potentielles d’homicides ».

 

Soudain, l’un d’eux réapparaît... et tue.

 

Un à un, ceux dont les portraits ornent les murs des Limbes, reviennent, transformés en assassins.

 

Épaulée par l’agent spécial Simon Berish, expert en interrogatoires et féru d’anthropologie, Mila devra échafauder une hypothèse convaincante, solide, rationnelle.

 

Une « hypothèse du mal ».

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

On revoit Mila sept ans après l’affaire du Chuchoteur, qui a laissée des traces et qui explique son affectation volontaire aux Limbes, l’unité de recherche des personnes disparues.

 

Des disparus refont surface et s’en prennent à des gens de leur passé.

Embrigadée malgré elle dans cette nouvelle enquête, Mila va devoir les retrouver avant qu’il ne soit trop tard et que d’autres ne ressurgissent et fassent de nouvelles victimes.

Simple vengeance ou complot orchestré dans l’ombre ?

 

Simon Berish, spécialiste des interrogatoires, devenu paria au sein de la police suite à une affaire qui a mal tourné, va lui apporter son aide.

 

Un personnage que j’ai beaucoup aimé, pour son côté détaché en apparence, et torturé, tout comme Mila, mais beaucoup moins sombre et plus chaleureux et une enquête aussi prenante que celle du Chuchoteur, même si elle m’a paru un peu plus longue, moins trépidante.

 

Néanmoins, le suspense tient la route, jusqu’à la toute fin et les pièces du puzzle ne sont pas aisées à remettre en place.

L’intrigue est complexe, parfaitement maîtrisée et orchestrée par l’auteur.

 

Un bon thriller qui tient toutes ses promesses donc, avec une équipe qui fonctionne et qui nous permet d’en découvrir plus sur Mila, personnage que j’ai encore du mal à cerner, ambivalente et complexe, en raison de son passé douloureux.

J’ai été contente de pouvoir entrer davantage dans son intimité, de la rencontrer de nouveau et de savoir ce qu’elle devient après sa première enquête.

 

La fin semble assez ouverte et énigmatique pour laisser la place à un troisième tome dans lequel j’espère revoir Simon et Mila…

Même si je l’appréhende aussi au vu des dernières lignes…

 

 

Voir les commentaires

Angelica Varinen, Enquête n° 1 : Le Voleur de bijoux de N.M. ZIMMERMANN

Genre : Littérature jeunesse

Série Angelica Varinen :

1. Le Voleur de bijoux

Tome 2 à paraître le 2 mai 2018

 

Quatrième de couverture :

 

Angelica Varinen n’est pas une princesse comme les autres : elle est détective.

 

Lorsqu’elle apprend le vol des bijoux de son amie Eloïse, elle fonce à l’aventure.

 

Accompagnée de sa renarde magique Naali et de son chat surdoué Buffon, la voilà partie sur la piste des voleurs…

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Commençons par les apparences car on a beau dire mais ça compte tout de même !

 

Un très bel objet livre : rien que la première de couverture donne envie de l’ouvrir avec ses belles couleurs qui ressortent merveilleusement bien ! L’enchantement se poursuit à l’ouverture, avec la présentation des personnages et pendant la lecture puisque chaque page est encadrée par des motifs qui viennent joliment l’habiller et qui ne sont pas sans rappeler Alice au pays des merveilles : on a par exemple un chapeau, des montres et une petite touche de steampunk avec des mécanismes d’engrenages, parfaitement en accord avec l'univers décrit.

 

Par contre, si comme moi, avant de vous lancer dans la lecture vous avez l’habitude de détailler le livre sous toutes ses coutures, méfiez-vous ! De cette façon, je me suis spoilée toute seule, sans même lire la fin avant d’en être arrivée là, pour une fois et ce, dès le tout début, ce qui est très gênant !

 

Du coup, le livre a perdu une grande partie de son charme : il n’y avait plus aucun mystère quant à l’identité du coupable et c’est bien dommage car c’est tout de même ce qui faisait l’intérêt de cette lecture.

 

Avis aux éditeurs : soyez plus vigilants dans ce que vous laissez à voir aux lecteurs, évitez d’en montrer trop (pour ceux qui ne l’ont pas lu et veulent le faire, évitez de regarder la troisième de couverture, c’est là qu’est l’indice à ne pas voir !).

 

Bref, pour cette raison, je l’ai aimé, trouvé sympa mais sans plus, malgré une héroïne comme je les aime : une princesse qui n’a pas froid aux yeux et n’hésite pas à salir robes et chaussures pour résoudre des énigmes, entraînant ses amies dans son sillage.

 

Il y a un petit air d’Appolline dans ce personnage : tout comme chez Chris Riddell, ses parents voyagent et la laissent seule pour les besoins de leur métier d’ambassadeurs du royaume de Lyra, sur lequel règne son grand-père.

Elle est donc sous la surveillance de Charlotte, sa gouvernante et d’Atticus, le majordome, que j’ai adoré !

Néanmoins, il manque l’ingéniosité et l’originalité de l’auteur anglais, à mon sens.

 

Malgré le gros spoiler, j’ai donc passé un bon moment en compagnie d’Angelica et j’essayerai sans doute de lire la suite, en espérant ne pas me refaire avoir et voir dévoilé une grande partie de l’histoire…

Voir les commentaires