Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les Enquêtes d'Enola Holmes Tome : La Double Disparition de Nancy SPRINGER (roman)

Genre : Roman jeunesse (policier)

Série Les Enquêtes d'Enola Holmes :

1. La Double Disparition

2. L'Affaire Lady Allistair

3. Le Mystère des pavots blancs

4. Le Secret de l'éventail

5. L'Enigme du message perdu

6. Métro Baker Street

 

 

Quatrième de couverture :

 

Ceux qui disent que Sherlock Holmes est le meilleur détective du monde ignorent encore l’existence de sa jeune sœur de quatorze ans…

 

Sa mère l’a appelé Enola, qui, à l’envers, se lit alone, « seule » en anglais.

 

Lorsque Madame Holmes disparaît, Enola se refusant au destin trop convenu que lui ont choisi ses frères Mycroft et Sherlock décide de prendre son avenir en main et se lance, seule, à la recherche de sa mère…

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Il y a peu de temps, je lisais le premier tome de la BD (alors que ce livre-ci est déjà dans ma Pal depuis des années ! Qui a dit que j’étais une fille logique ? Lol). Je l’avais beaucoup aimée !

 

Eh bien, je dois dire d’emblée que l’adaptation BD est très fidèle au roman, mon avis sera donc assez court car il correspond à mon ressenti précédent, je ne m’étalerai donc pas trop sur l’histoire.

 

Les sentiments d’Enola sont plus approfondis, on s’attarde davantage sur sa solitude notamment et la peine causée par la disparition de sa mère avec cette question lancinante : pourquoi ne l’a-t-elle pas emmenée avec elle ?

 

C’est un récit immersif, à la première personne, ce qui permet de bien s’imprégner des doutes, des interrogations, des peurs de la jeune demoiselle, de ses réflexions et réactions face aux événements, également ainsi que de suivre « de l’intérieur » son raisonnement afin de résoudre à la fois l’énigme posée par la disparition de sa mère et celle du fils du duc de Basilwether, le jeune vicomte Tewksbury, lequel a deux ans de moins qu’elle.

Cela nous la rend très proche de nous, lecteurs et attachante.

 

L’auteure s’attarde également plus sur la brouille à l’origine de la fracture entre les fils aînée et lady Eudora Vernet Holmes, plus présente aussi malgré sa disparition, présentant un aspect caractéristique de cette société victorienne : la condition des femmes, maintenues sous la dépendance de leur père, mari ou fils et tenues pour peu de choses par les hommes, il n’y a qu’à lire les commentaires de Sherlock sur « le sexe faible » et son cerveau atrophié !

On prend ainsi un malin plaisir à la voir défier le grand détective et à lui échapper grâce à sa débrouillardise, sa ruse et souvent aussi, grâce à la chance : il s’en faut parfois de peu !

Elle a encore beaucoup à apprendre et le lecteur tremble souvent pour elle !

 

Enola découvre ainsi que leur dispute n’est pas imputable au scandale causé par sa naissance tardive ou, en tout cas, pas uniquement.

Elle découvre une réalité et un monde dont elle a été jusque-là préservée.

 

Lors de sa fuite, elle entrevoit également les deux visages de Londres : celui des beaux quartiers et celui, plus triste et dur des bas quartiers de l’East End.

 

En bref, ce premier tome signe finalement pour elle la fin de l’enfance et de ses illusions.

Je l’ai trouvé plus sombre que la BD et bien entendu, il est aussi plus poussé et permet de comprendre certains éléments qui ne sont qu’effleurés dans celle-ci, format oblige. Les deux se complètent donc parfaitement bien !

Je pense continuer la lecture de la sorte : lire d’abord la BD et ensuite les romans.

 

Il s'agit d'une lecture que je suis contente de partager avec Blandine.

 

Voir les commentaires

Le Crime de Paragon Walk d'Anne PERRY

Genre : Policier

Série Charlotte Ellison et Thomas Pitt :

1. L'Etrangleur de Cater Street

2. Le Mystère de Callander Square

3. Le Crime de Paragon Walk

4. Resurrection Row

5. Rutland Place

6. Le Cadavre de Bluegate Fields

7. Mort à Devil's Acre

8. Meurtres à Cardington Crescent

9. Silence à Hanover Close

10. L'Egorgeur de Westminster Bridge

...

(il y a 32 tomes ! Argh !!!!!)

 

 

Quatrième de couverture :

 

Un crime sordide vient troubler la quiétude huppée de Paragon Walk.

 

Tandis que l’inspecteur Pitt, chargé de l’affaire, se heurte au mutisme des résidents, son épouse Charlotte ne se laisse pas intimider par cette omerta des classes.

 

De garden-parties en soirées, les façades respectables de l’Angleterre victorienne ne tarderont pas à se fissurer…

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Troisième enquête de Thomas et Charlotte Pitt, laquelle suit le même schéma que les tomes précédents : Thomas est appelé à Paragon Walk, où une jeune femme de 17 ans, Fanny Walsh, a été retrouvée poignardée et violée.

 

Il commence à mener son enquête parmi l’entourage de la victime, les Nash, des personnages peu sympathiques, notamment l’aîné des frères, Afton, méprisant, cassant et brutal, il semble peu se préoccuper de ce qui est arrivé à sa demi-sœur, laissée au soin de son cadet, Diggory, beaucoup plus abordable et chaleureux (mais pas vis-à-vis de Pitt) et de sa belle-sœur, Jessamyn, une femme à la beauté fatale, intelligente et redoutable. Le troisième des frères, Fulbert, est une vraie fouine, aimant déterrer les secrets bien gardés de ses semblables, les narguant à la vue de tous.

 

Eux et leurs voisins ne se mélangent pas au petit peuple, dont fait partie Thomas, n’étalent pas au grand jour leurs vices, pourtant nombreux, craignant par dessus tout le scandale qui mettrait à mal leur réputation et causerait leur fin et celle de leur famille.

 

Heureusement, le crime a eu lieu dans la rue où vivent Emily et George Ashworth, durant la saison, et Fanny était une de leurs connaissances, une jeune femme insipide, innocente et très naïve.

 

Charlotte s’en mêle donc à son tour, introduite par sa sœur dans ce cercle très fermé, véritable nid de guêpes, faisant sortir les fantômes du placard et révélant le visage peu brillant de cette Haute Société, avec son franc-parler coutumier, lequel lui attire - encore une fois ^^ - les foudres de ces messieurs-dames, sauf pour Paul Alaric, qui semble plutôt s’en amuser et lui fait frôler le danger de très près.

 

Malgré ce schéma répétitif, j’ai eu grand plaisir à la retrouver et me suis totalement immergée dans cette enquête dont les fils ne sont pas si simples à dénouer.

 

J’ai adoré la voir évoluer dans son rôle de mère, au côté de Jemima, la voir s’épanouir et trouver sa place dans le monde de Pitt, un monde très éloigné du sien, elle semble s’être bien adaptée à son nouveau statut social, grâce notamment aux bons conseils et à la solidarité de Mrs Smith, sa voisine et à sa débrouillardise mais j’ai également adoré revoir Emily, qui sera bientôt mère à son tour et que j’aime de plus en plus, je me demande d’ailleurs si elle ne détrône pas Charlotte dans mon cœur et découvrir de nouveaux personnages dont Lady Vespasia, la tante par alliance d’Emily, le double de Charlotte en plus âgée et plus affranchie de l’étiquette sociale : elle aussi à la langue bien pendue, dit tout haut ce qu’elle pense, sans la moindre gêne, l’avantage de son âge aidant…

 

Je regrette que Thomas ne soit pas davantage présent et mis en valeur !

 

 

Voir les commentaires

Les Détectives du Yorkshire Tome 1 : Rendez-vous avec le crime de Julia CHAPMAN

Genre : Policier

Série Les Détectives du Yorkshire :

1. Rendez-vous avec le crime

2. Rendez-vous avec le mal

3. Rendez-vous avec le mystère

4. Rendez-vous avec le poison

5. Rendez-vous avec le danger

6. Rendez-vous avec la ruse

 

 

Quatrième de couverture :

 

Quand Samson O’Brien débarque sur sa moto rouge à Bruncliffe, dans le Yorkshire, pour y ouvrir son agence de détective privé, la plupart des habitants voient son arrivée d’un très mauvais œil.

 

De son côté, Delilah Metcalfe, génie de l’informatique au caractère bien trempé, tente de sauver de la faillite son site de rencontres amoureuses.

Pour cela, elle décide de louer le rez-de-chaussée de ses locaux.

 

Quelle n’est pas sa surprise quand son nouveau locataire se révèle être Samson – et qu’elle découvre que son entreprise porte les mêmes initiales que la sienne !

 

Les choses prennent un tour inattendu lorsque Samson met au jour une série de morts suspectes dont la piste le mène tout droit… à l’agence de rencontres de Delilah !

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Première rencontre avec Delilah Metcalfe, propriétaire de l’Agence de Rencontres des Vallons (ARV), Brunclifienne pur jus, butée et au caractère bien trempé, comme toute sa famille et Samson O’Brien, pestiféré de la ville, d’abord à cause des origines irlandaises de son père et de l’alcoolisme de celui-ci puis suite à son départ précipité et fracassant une dizaine d’années plus tôt, les causes nous étant révélées au fur et à mesure de la lecture et nous aidant à comprendre le ressentiment des Metcalfe envers lui, en ravivant un passé douloureux, lié à la disparition de Ryan, l’un des frères de Delilah.

 

Une rencontre explosive (!!!!!) sur fonds de mystère et d’humour.

 

Les deux ennemis vont devoir faire équipe - bien malgré eux – pour résoudre une série de meurtres déguisés en accidents et ayant tous pour point commun l’Agence de Delilah !

 

Ambiance petit village garanti, où tout se sait, où chacun épie et commente les moindres faits et gestes des autres, les étrangers ne sont pas les bienvenus, sensation qu’a toujours eu Samson, à Bruncliffe, même s’il est né entre ses murs.

 

Un premier tome qui nous permet de découvrir l’entourage de Delilah, sa famille, dont Will, l’aîné, bourru et le plus « hargneux » et rancunier envers Samson et Ash notamment, le plus jeune frère, beaucoup plus sympathique et amical, avec qui elle semble très complice mais aussi ses amies, Lucy, sa belle-sœur, la veuve de Ryan et mère de leur fils, Nathan, un adolescent en crise et Elaine, gemmologue excentrique et maladroite.

 

N’oublions pas les habitants de Bruncliffe : Melle Hird, redoutable directrice d’école à la retraite, à la langue bien pendue et aux yeux acérés et sa sœur, Joseph O’Brien, le père de Samson, qui semble avoir changé depuis le départ de son fils et s’être repenti, Stuart Lister, jeune agent immobilier, Troy Murgatroyd, le tenancier du bar local, peu loquace et encore moins aimable qu’une porte de prison, Rick Procter, le promoteur immobilier, pas très net, on se demande bien ce qu’il cache, peut-être le découvrira-t-on dans les prochains tomes, Harry Furness, Seth Thistlethwaite, l’ancien entraîneur de Delilah, etc.

 

Outre les personnages, j’ai adoré l’intrigue, bien maîtrisée et le duo formé par Delilah et Samson.

 

J’ai très envie d’en savoir plus sur la véritable raison de son retour dans son village natal, savoir à quoi et surtout à qui il tente d’échapper, même si l’on entrevoit quelques petites choses, le mystère reste entier à ce sujet !

 

Voir les commentaires

La Mystérieuse Affaire de Styles d'Agatha CHRISTIE

Genre : Policier

 

 

Quatrième de couverture :

 

Lorsque la richissime Emily Inglethorp est retrouvée empoisonnée dans son manoir de Styles, les soupçons se portent rapidement sur son très jeune mari, Alfred Inglethorp.

 

Mais (…) [le] colonel Hatsings (…) décide de faire appel à son vieux compagnon Hercule Poirot.

 

Ce dernier met alors tout en œuvre pour découvrir à qui pourrait profiter le crime.

 

Car il y a aussi les beaux-enfants de Mme Inglethorp, et Cynthia, la protégée de la défunte : tous auraient pu se procurer la strychnine fatale…

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Il s’agit ici du premier roman écrit par Agatha Christie et de la première enquête mettant en scène Hercule Poirot, narrée par son ami Hastings et donc entièrement vue du point de vue de ce dernier, un peu à la manière du Dr Watson avec son compère détective, Sherlock Holmes.

 

Il partage ses pensées avec le lecteur, les faits et les indices récoltés lors de l’enquête, ses soupçons, sur la mort de Mrs Inglethorp et le probable coupable.

 

La victime, belle-mère de son ami, John Cavendish, était une femme forte et autoritaire.

Elle menait son petit monde à la baguette, qu’il s’agisse de ses beaux-fils pour qui elle tenait les cordons de la bourse ou de Cynthia, la fille d’une amie défunte, qu’elle a pris sous son aile et qu’elle semble traiter en servante, lui demandant sans cesse quelque chose.

 

Invité à Styles par John, il rencontre Hercule Poirot, un autre de ses amis, hébergé avec d’autres belges dans une pension, aux frais de Mrs Inglethorp, leur bienfaitrice.

 

Le lecteur s’amuse beaucoup des théories avancées par le jeune homme qu’est alors le capitaine Hastings (il a 30 ans) et du regard qu’il porte sur Poirot, qu’il admire mais dont il doute également du jugement.

Celui-ci aurait, selon lui, en prenant de l'âge, perdu de ses capacités à résoudre des enquêtes.

 

Bien sûr, il n’en est rien et le détective belge nous le prouve admirablement, s’amusant lui aussi de la naïveté et de l’imagination fertile de son compagnon, le baladant, tout comme l’auteure balade son lecteur avec cette intrigue particulièrement tortueuse et retorse, qui ne semble aboutir à rien, si ce n’est à des voies sans issue.

 

J’ai deviné certaines choses mais encore une fois, j’étais bien loin de la solution – complexe et simple en même temps – et le pire, c’est que j’avais vu juste à un moment donné puis… j’ai douté et en suis venue à une autre piste, me faisant à mon tour bernée par le petit homme belge.

 

Bref, pour une première enquête et surtout pour le premier roman écrit et publié par Agatha Christie, l’intrigue est déjà parfaitement maîtrisée et on sent l’œil amusé et aiguisé de la Dame derrière, qui porte un regard objectif sur ses personnages, notamment Hastings, qu’elle mène en bateau, tout comme elle le fait avec son lecteur, dévoilant ses billes à la toute fin du roman dans la scène culte où, comme à chaque fois, Hercule Poirot révèle enfin ses cartes et dénouent les fils – bien embrouillés, dans cette intrigue – sous les yeux de son public !

 

Le pire, c’est que, même si je ne l’avais pas encore lu, je savais que j’avais vu l’épisode de la série avec David Suchet et je me suis quand même fait avoir, me laissant porter par l’histoire et ne me souvenant pas de sa résolution ! Vive ma mémoire de poisson rouge ^^

 

Une lecture commune réalisée avec Enna, qui a lu Le Mystérieux Mr Quinn et Mr Quinn en voyage. Nous ont rejointes également Anne, Jojo en herbe avec Le Meurtre de Roger Ackroyd et Stéphanie avec Le Train bleu.

 

 

 

Voir les commentaires