Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les Enquêtes d'Enola Holmes Tome : La Double Disparition de Nancy SPRINGER (roman)

Genre : Roman jeunesse (policier)

Série Les Enquêtes d'Enola Holmes :

1. La Double Disparition

2. L'Affaire Lady Allistair

3. Le Mystère des pavots blancs

4. Le Secret de l'éventail

5. L'Enigme du message perdu

6. Métro Baker Street

 

 

Quatrième de couverture :

 

Ceux qui disent que Sherlock Holmes est le meilleur détective du monde ignorent encore l’existence de sa jeune sœur de quatorze ans…

 

Sa mère l’a appelé Enola, qui, à l’envers, se lit alone, « seule » en anglais.

 

Lorsque Madame Holmes disparaît, Enola se refusant au destin trop convenu que lui ont choisi ses frères Mycroft et Sherlock décide de prendre son avenir en main et se lance, seule, à la recherche de sa mère…

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Il y a peu de temps, je lisais le premier tome de la BD (alors que ce livre-ci est déjà dans ma Pal depuis des années ! Qui a dit que j’étais une fille logique ? Lol). Je l’avais beaucoup aimée !

 

Eh bien, je dois dire d’emblée que l’adaptation BD est très fidèle au roman, mon avis sera donc assez court car il correspond à mon ressenti précédent, je ne m’étalerai donc pas trop sur l’histoire.

 

Les sentiments d’Enola sont plus approfondis, on s’attarde davantage sur sa solitude notamment et la peine causée par la disparition de sa mère avec cette question lancinante : pourquoi ne l’a-t-elle pas emmenée avec elle ?

 

C’est un récit immersif, à la première personne, ce qui permet de bien s’imprégner des doutes, des interrogations, des peurs de la jeune demoiselle, de ses réflexions et réactions face aux événements, également ainsi que de suivre « de l’intérieur » son raisonnement afin de résoudre à la fois l’énigme posée par la disparition de sa mère et celle du fils du duc de Basilwether, le jeune vicomte Tewksbury, lequel a deux ans de moins qu’elle.

Cela nous la rend très proche de nous, lecteurs et attachante.

 

L’auteure s’attarde également plus sur la brouille à l’origine de la fracture entre les fils aînée et lady Eudora Vernet Holmes, plus présente aussi malgré sa disparition, présentant un aspect caractéristique de cette société victorienne : la condition des femmes, maintenues sous la dépendance de leur père, mari ou fils et tenues pour peu de choses par les hommes, il n’y a qu’à lire les commentaires de Sherlock sur « le sexe faible » et son cerveau atrophié !

On prend ainsi un malin plaisir à la voir défier le grand détective et à lui échapper grâce à sa débrouillardise, sa ruse et souvent aussi, grâce à la chance : il s’en faut parfois de peu !

Elle a encore beaucoup à apprendre et le lecteur tremble souvent pour elle !

 

Enola découvre ainsi que leur dispute n’est pas imputable au scandale causé par sa naissance tardive ou, en tout cas, pas uniquement.

Elle découvre une réalité et un monde dont elle a été jusque-là préservée.

 

Lors de sa fuite, elle entrevoit également les deux visages de Londres : celui des beaux quartiers et celui, plus triste et dur des bas quartiers de l’East End.

 

En bref, ce premier tome signe finalement pour elle la fin de l’enfance et de ses illusions.

Je l’ai trouvé plus sombre que la BD et bien entendu, il est aussi plus poussé et permet de comprendre certains éléments qui ne sont qu’effleurés dans celle-ci, format oblige. Les deux se complètent donc parfaitement bien !

Je pense continuer la lecture de la sorte : lire d’abord la BD et ensuite les romans.

 

Il s'agit d'une lecture que je suis contente de partager avec Blandine.

 

Voir les commentaires

Le Crime de Paragon Walk d'Anne PERRY

Genre : Policier

Série Charlotte Ellison et Thomas Pitt :

1. L'Etrangleur de Cater Street

2. Le Mystère de Callander Square

3. Le Crime de Paragon Walk

4. Resurrection Row

5. Rutland Place

6. Le Cadavre de Bluegate Fields

7. Mort à Devil's Acre

8. Meurtres à Cardington Crescent

9. Silence à Hanover Close

10. L'Egorgeur de Westminster Bridge

...

(il y a 32 tomes ! Argh !!!!!)

 

 

Quatrième de couverture :

 

Un crime sordide vient troubler la quiétude huppée de Paragon Walk.

 

Tandis que l’inspecteur Pitt, chargé de l’affaire, se heurte au mutisme des résidents, son épouse Charlotte ne se laisse pas intimider par cette omerta des classes.

 

De garden-parties en soirées, les façades respectables de l’Angleterre victorienne ne tarderont pas à se fissurer…

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Troisième enquête de Thomas et Charlotte Pitt, laquelle suit le même schéma que les tomes précédents : Thomas est appelé à Paragon Walk, où une jeune femme de 17 ans, Fanny Walsh, a été retrouvée poignardée et violée.

 

Il commence à mener son enquête parmi l’entourage de la victime, les Nash, des personnages peu sympathiques, notamment l’aîné des frères, Afton, méprisant, cassant et brutal, il semble peu se préoccuper de ce qui est arrivé à sa demi-sœur, laissée au soin de son cadet, Diggory, beaucoup plus abordable et chaleureux (mais pas vis-à-vis de Pitt) et de sa belle-sœur, Jessamyn, une femme à la beauté fatale, intelligente et redoutable. Le troisième des frères, Fulbert, est une vraie fouine, aimant déterrer les secrets bien gardés de ses semblables, les narguant à la vue de tous.

 

Eux et leurs voisins ne se mélangent pas au petit peuple, dont fait partie Thomas, n’étalent pas au grand jour leurs vices, pourtant nombreux, craignant par dessus tout le scandale qui mettrait à mal leur réputation et causerait leur fin et celle de leur famille.

 

Heureusement, le crime a eu lieu dans la rue où vivent Emily et George Ashworth, durant la saison, et Fanny était une de leurs connaissances, une jeune femme insipide, innocente et très naïve.

 

Charlotte s’en mêle donc à son tour, introduite par sa sœur dans ce cercle très fermé, véritable nid de guêpes, faisant sortir les fantômes du placard et révélant le visage peu brillant de cette Haute Société, avec son franc-parler coutumier, lequel lui attire - encore une fois ^^ - les foudres de ces messieurs-dames, sauf pour Paul Alaric, qui semble plutôt s’en amuser et lui fait frôler le danger de très près.

 

Malgré ce schéma répétitif, j’ai eu grand plaisir à la retrouver et me suis totalement immergée dans cette enquête dont les fils ne sont pas si simples à dénouer.

 

J’ai adoré la voir évoluer dans son rôle de mère, au côté de Jemima, la voir s’épanouir et trouver sa place dans le monde de Pitt, un monde très éloigné du sien, elle semble s’être bien adaptée à son nouveau statut social, grâce notamment aux bons conseils et à la solidarité de Mrs Smith, sa voisine et à sa débrouillardise mais j’ai également adoré revoir Emily, qui sera bientôt mère à son tour et que j’aime de plus en plus, je me demande d’ailleurs si elle ne détrône pas Charlotte dans mon cœur et découvrir de nouveaux personnages dont Lady Vespasia, la tante par alliance d’Emily, le double de Charlotte en plus âgée et plus affranchie de l’étiquette sociale : elle aussi à la langue bien pendue, dit tout haut ce qu’elle pense, sans la moindre gêne, l’avantage de son âge aidant…

 

Je regrette que Thomas ne soit pas davantage présent et mis en valeur !

 

 

Voir les commentaires

Les Détectives du Yorkshire Tome 1 : Rendez-vous avec le crime de Julia CHAPMAN

Genre : Policier

Série Les Détectives du Yorkshire :

1. Rendez-vous avec le crime

2. Rendez-vous avec le mal

3. Rendez-vous avec le mystère

4. Rendez-vous avec le poison

5. Rendez-vous avec le danger

6. Rendez-vous avec la ruse

 

 

Quatrième de couverture :

 

Quand Samson O’Brien débarque sur sa moto rouge à Bruncliffe, dans le Yorkshire, pour y ouvrir son agence de détective privé, la plupart des habitants voient son arrivée d’un très mauvais œil.

 

De son côté, Delilah Metcalfe, génie de l’informatique au caractère bien trempé, tente de sauver de la faillite son site de rencontres amoureuses.

Pour cela, elle décide de louer le rez-de-chaussée de ses locaux.

 

Quelle n’est pas sa surprise quand son nouveau locataire se révèle être Samson – et qu’elle découvre que son entreprise porte les mêmes initiales que la sienne !

 

Les choses prennent un tour inattendu lorsque Samson met au jour une série de morts suspectes dont la piste le mène tout droit… à l’agence de rencontres de Delilah !

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Première rencontre avec Delilah Metcalfe, propriétaire de l’Agence de Rencontres des Vallons (ARV), Brunclifienne pur jus, butée et au caractère bien trempé, comme toute sa famille et Samson O’Brien, pestiféré de la ville, d’abord à cause des origines irlandaises de son père et de l’alcoolisme de celui-ci puis suite à son départ précipité et fracassant une dizaine d’années plus tôt, les causes nous étant révélées au fur et à mesure de la lecture et nous aidant à comprendre le ressentiment des Metcalfe envers lui, en ravivant un passé douloureux, lié à la disparition de Ryan, l’un des frères de Delilah.

 

Une rencontre explosive (!!!!!) sur fonds de mystère et d’humour.

 

Les deux ennemis vont devoir faire équipe - bien malgré eux – pour résoudre une série de meurtres déguisés en accidents et ayant tous pour point commun l’Agence de Delilah !

 

Ambiance petit village garanti, où tout se sait, où chacun épie et commente les moindres faits et gestes des autres, les étrangers ne sont pas les bienvenus, sensation qu’a toujours eu Samson, à Bruncliffe, même s’il est né entre ses murs.

 

Un premier tome qui nous permet de découvrir l’entourage de Delilah, sa famille, dont Will, l’aîné, bourru et le plus « hargneux » et rancunier envers Samson et Ash notamment, le plus jeune frère, beaucoup plus sympathique et amical, avec qui elle semble très complice mais aussi ses amies, Lucy, sa belle-sœur, la veuve de Ryan et mère de leur fils, Nathan, un adolescent en crise et Elaine, gemmologue excentrique et maladroite.

 

N’oublions pas les habitants de Bruncliffe : Melle Hird, redoutable directrice d’école à la retraite, à la langue bien pendue et aux yeux acérés et sa sœur, Joseph O’Brien, le père de Samson, qui semble avoir changé depuis le départ de son fils et s’être repenti, Stuart Lister, jeune agent immobilier, Troy Murgatroyd, le tenancier du bar local, peu loquace et encore moins aimable qu’une porte de prison, Rick Procter, le promoteur immobilier, pas très net, on se demande bien ce qu’il cache, peut-être le découvrira-t-on dans les prochains tomes, Harry Furness, Seth Thistlethwaite, l’ancien entraîneur de Delilah, etc.

 

Outre les personnages, j’ai adoré l’intrigue, bien maîtrisée et le duo formé par Delilah et Samson.

 

J’ai très envie d’en savoir plus sur la véritable raison de son retour dans son village natal, savoir à quoi et surtout à qui il tente d’échapper, même si l’on entrevoit quelques petites choses, le mystère reste entier à ce sujet !

 

Voir les commentaires

La Mystérieuse Affaire de Styles d'Agatha CHRISTIE

Genre : Policier

 

 

Quatrième de couverture :

 

Lorsque la richissime Emily Inglethorp est retrouvée empoisonnée dans son manoir de Styles, les soupçons se portent rapidement sur son très jeune mari, Alfred Inglethorp.

 

Mais (…) [le] colonel Hatsings (…) décide de faire appel à son vieux compagnon Hercule Poirot.

 

Ce dernier met alors tout en œuvre pour découvrir à qui pourrait profiter le crime.

 

Car il y a aussi les beaux-enfants de Mme Inglethorp, et Cynthia, la protégée de la défunte : tous auraient pu se procurer la strychnine fatale…

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Il s’agit ici du premier roman écrit par Agatha Christie et de la première enquête mettant en scène Hercule Poirot, narrée par son ami Hastings et donc entièrement vue du point de vue de ce dernier, un peu à la manière du Dr Watson avec son compère détective, Sherlock Holmes.

 

Il partage ses pensées avec le lecteur, les faits et les indices récoltés lors de l’enquête, ses soupçons, sur la mort de Mrs Inglethorp et le probable coupable.

 

La victime, belle-mère de son ami, John Cavendish, était une femme forte et autoritaire.

Elle menait son petit monde à la baguette, qu’il s’agisse de ses beaux-fils pour qui elle tenait les cordons de la bourse ou de Cynthia, la fille d’une amie défunte, qu’elle a pris sous son aile et qu’elle semble traiter en servante, lui demandant sans cesse quelque chose.

 

Invité à Styles par John, il rencontre Hercule Poirot, un autre de ses amis, hébergé avec d’autres belges dans une pension, aux frais de Mrs Inglethorp, leur bienfaitrice.

 

Le lecteur s’amuse beaucoup des théories avancées par le jeune homme qu’est alors le capitaine Hastings (il a 30 ans) et du regard qu’il porte sur Poirot, qu’il admire mais dont il doute également du jugement.

Celui-ci aurait, selon lui, en prenant de l'âge, perdu de ses capacités à résoudre des enquêtes.

 

Bien sûr, il n’en est rien et le détective belge nous le prouve admirablement, s’amusant lui aussi de la naïveté et de l’imagination fertile de son compagnon, le baladant, tout comme l’auteure balade son lecteur avec cette intrigue particulièrement tortueuse et retorse, qui ne semble aboutir à rien, si ce n’est à des voies sans issue.

 

J’ai deviné certaines choses mais encore une fois, j’étais bien loin de la solution – complexe et simple en même temps – et le pire, c’est que j’avais vu juste à un moment donné puis… j’ai douté et en suis venue à une autre piste, me faisant à mon tour bernée par le petit homme belge.

 

Bref, pour une première enquête et surtout pour le premier roman écrit et publié par Agatha Christie, l’intrigue est déjà parfaitement maîtrisée et on sent l’œil amusé et aiguisé de la Dame derrière, qui porte un regard objectif sur ses personnages, notamment Hastings, qu’elle mène en bateau, tout comme elle le fait avec son lecteur, dévoilant ses billes à la toute fin du roman dans la scène culte où, comme à chaque fois, Hercule Poirot révèle enfin ses cartes et dénouent les fils – bien embrouillés, dans cette intrigue – sous les yeux de son public !

 

Le pire, c’est que, même si je ne l’avais pas encore lu, je savais que j’avais vu l’épisode de la série avec David Suchet et je me suis quand même fait avoir, me laissant porter par l’histoire et ne me souvenant pas de sa résolution ! Vive ma mémoire de poisson rouge ^^

 

Une lecture commune réalisée avec Enna, qui a lu Le Mystérieux Mr Quinn et Mr Quinn en voyage. Nous ont rejointes également Anne, Jojo en herbe avec Le Meurtre de Roger Ackroyd et Stéphanie avec Le Train bleu.

 

 

 

Voir les commentaires

Le mois anglais fête ses 10 ans !

Déjà 10 ans ! 

J'ai commencé à participer en cours de route c'est-à-dire pas dès la première année mais depuis ma première participation, j'attends fébrilement et avec grande impatience juin et le retour du mois anglais pour les découvertes, les échanges, les lectures communes autour de cette passion que sont nos lectures, séances de cinéma, escapades, recettes anglaises et tout autre lié à l'Angleterre et sa culture.

Je resigne donc pour une nouvelle année (et les suivantes ^^).

Pour les 10 ans du mois anglais, Titine, Lou et Cryssilda nous ont concocté un très beau programme, comme d'habitude :

  • Présentation de PAL, d’envies : dès à présent
  • Billets libres: à tout moment
  • Avant 1837 : 3 juin
  • Animaux : 5 juin
  • 1ere ou 2e guerre mondiale : 7 juin
  • Littérature jeunesse / album jeunesse : 9 juin
  • Époque victorienne : 10 juin
  • Une saison au choix : 12 juin
  • Années 50/60 : 14 juin
  • Époque édouardienne : 17 juin
  • English Royals : 19 juin
  • Années 70/80/90 : 21 juin
  • Non fiction (essai / biographie / livre d’histoire) : 22 juin
  • Années 20/30/40 : 24 juin
  • Voyage / évasion au sens large (régions anglaises, voyage dans le temps, dans l’espace si l’équipage est anglais) : 26 juin
  • Années 2000 jusqu’à aujourd’hui : 28 juin

Il ne s'agit pas de participer à tous les rendez-vous mais de choisir en fonction de nos pals et de nos envies, tout autre billet sur un thème non évoqué est également le bienvenu !

 

Voici ma Pal avec mes lectures finies

(et d'ores et déjà programmées ou en cours de programmation ^^) :

- Les Détectives du Yorkshire Tome 1 : Rendez-vous avec le crime de Julia CHAPMAN

- Le Crime de Paragon Walk d'Anne PERRY, troisième aventure de Charlotte et Thomas Pitt

- La Première Enquête d'Agatha de M.C. BEATON

- La Mystérieuse Affaire de Styles d'Agatha Christie (pour une LC autour de l'auteure le 4 juin, avec Enna)

- Les Chemins de la haine de Eva DOLAN

- Les Enquêtes d'Enola Holmes Tome 1 : La Double Disparition de Nancy SPRINGER, le roman (pour une LC avec Blandine Lanza)

- Le Collier du géant de Michael MORPURGO (texte) et Briony May SMITH (illustrations) (pour une LC autour de l'auteur le 20 juin, toujours avec Enna ^^)

- Maman est une fée Tome 1 : Une Baguette très magique de Sophie KINSELLA

- J'ai également commencé Une Autobiographie d'Agatha CHRISTIE mais c'est un énorme morceau (pas sûre de l'avoir fini pour le 22 juin et la journée consacrée à la non fiction, je ne suis même pas sûre de le terminer d'ici fin juin lol ^^)

 

Un mois anglais placé sous le signe du cosy mystery et des lectures jeunesse donc pour l'instant.

 

J'espère avoir le temps de lire quelques romans :

- Mansfield Park de Jane Austen (pour une LC  avec Blandine Lanza autour de l'auteure)

- Tout ce qui nous submerge de Daisy JOHNSON

- La Chorale des Dames de Chilbury

et des Bds :

- relire Miss Charity Tome 1 : L'Enfance de l'art de Loïc CLEMENT et Anne MONTEL, que je n'ai pas pris le temps de chroniquer

- Le Jardin secret - Première partie de Maud BEGON

- Les Enquêtes d'Enola Holmes Tome 2 : L'Affaire Lady Alistair de Serena BLASCO

et beaucoup d'autres mais je ne suis pas sûre d'avoir le temps de tout lire ^^, ce sera donc en fonction !

 

N'hésitez pas à venir nous rejoindre, vous ne le regretterez pas !

Et bon mois anglais à tous !

 

Voir les commentaires

Sol, les réfugiés du froid de Sylvie KAUFHOLD

Genre : Fantasy jeunesse

 

 

Quatrième de couverture :

 

De dangereux changements climatiques ont profondément modifié la vie des habitants de l’Intérieur.

 

Au cœur de l’hiver permanent, seule la cité bulle de Sol détient le secret de l’éternel printemps.

Elle réserve cet incroyable privilège à une population d’élus, descendants des premiers bâtisseurs.

 

Mais tout manquement aux règles édictées par les conseillers et les prêtres conduit au bannissement.

Et la première règle est d’ignorer les souffrances des exclus, de ceux qui, exilés des territoires glacés, sont condamnés à choisir entre la mort par le froid ou le supplice des mines de pierre noire.

 

Au sein de la cité comme dans les rangs des exclus, la colère gronde.

Marqué par la mort des siens, Inok n’a plus rien à perdre.

Il décide de tout faire pour percer le secret du printemps et détruire l’ordre établi par les maîtres de Sol.


 

Ce que j'en ai pensé :

 

L’auteure nous immerge dans un monde rude, où chacun cherche à survivre dans un environnement hostile : le froid envahit peu à peu toutes les contrées.

Les habitants des territoires de l’intérieur sont obligés de partir de chez eux, en direction de Sol, seule enclave épargnée et miraculeusement préservée du froid.

 

C’est le cas de la famille d’Inok, venue de Bru, il se dirige vers cet El Dorado en compagnie de son père, sa mère, ses deux frères, Jehan et Luc, et sa petite sœur, Ylva, 6 ans, leur petit rayon de soleil, plein de vie, toujours gaie et à l’entrain communicatif.

Le jeune homme la berce de belles histoires sur cette Terre promise, pour la rassurer, pour les rassurer, tous !

 

Ils vont très vite déchanter…

 

Ils découvrent la vie dans les faubourgs, régie par les Akhs, les géants du Nord et le travail, usant, dangereux et toujours fatal de la mine, loin de Sol et de ses privilégiés.

 

S’il s’agit d’un roman jeunesse, l’auteure ne nous épargne pas face aux souffrances endurées par les personnages et face aux atrocités de ce monde où règne la loi du plus fort, où les femmes ont très peu de valeur.

 

Je me suis immédiatement attachée à Inok, sa famille et notamment à Ylva (j’en veux encore à l’auteure, même si je m’y attendais !).

 

En parallèle, on découvre aussi l’intérieur de la Cité, où les habitants ne sont finalement pas si épargnés, vivant sous le joug tyrannique du premier conseiller et des moines.

Leur seul salut réside dans l’obéissance passive aux règles établies, en ignorant ostensiblement les faubourgs, où d’autres meurent pour les préserver du froid, sous peine d’être bannis… ou de disparaître, on ne sait où et de tomber dans l’oubli.

 

C’est ainsi que l’on fait la connaissance de Liane, Alan et leur père, le luthier, de Fleur, Sila et Pomme, dont les chemins vont croiser celui d’Inok, un procédé que j’aime beaucoup : ce principe des destins liés/croisés.

Il y a aussi Alma, jeune noble, aventurière à la poursuite de son but : trouver d’autres Terres, encore inexploitées, pour y vivre.

 

Chacun survit à sa façon : la fuite, la rébellion, la résignation, l’acceptation ou la recherche d’un ailleurs plus clément.

Inok va suivre plusieurs de ces voies avant de faire un choix, son destin paraissant bien incertain au lecteur, qui le voit évoluer, s’interroger, douter et l’accompagne jusqu’au bout !

 

L’intrigue est parfaitement maîtrisée, la tension palpable à chaque page, j’ai retenu mon souffle plus d’une fois (!) et le mystère quant au secret de ce printemps éternel n’est dévoilé qu’à la fin, un autre aspect que j’ai beaucoup aimé !

On se demande tout du long qui "elles" sont, ces fameuses tisseuses, cachées dans les sous-sols de la cité-bulle.

Quel est leur rôle dans la préservation de ce printemps artificiel et égoïstement tenu secret par les gouvernants de la Cité ?

 

En bref, une très belle découverte réalisée grâce à ce mois de… Sylvie Kaufhold, organisé par Phooka et Dup, du blog Book en Stock.

Merci à elles, aux éditions du 38 (que je découvre également pour la toute première fois !), aux autres participants et à l’auteure, dont j’ai lu les réponses à nos questions avec très grand plaisir.

Cette première rencontre en appelle d’autres !

Il y aura donc d’autres lectures d’elle, sur mon blog, c’est une certitude !

 

J’ai aimé tant le style d’écriture soigné et fluide que l’intrigue, maîtrisée de bout en bout.

 

L’aspect social m’a également énormément plu : en filigrane, apparaît la question houleuse du partage des richesses, aux mains d’un tout petit nombre, qui cherche à préserver leur confort et leur pouvoir, quand d’autres se tuent à la tâche, dans l’indifférence générale, faisant cruellement écho à nos propres sociétés.

On peut aussi y voir la question de l’immigration et de l’accueil que nous leur réservons.

 

Le problème du réchauffement climatique est également soulevé et ses conséquences pour les habitants de Sol et des territoires alentour.

 

Une lecture, comme je les aime, donc, qui amène à la réflexion, avant qu’il ne soit trop tard (en espérant que ce n’est pas déjà le cas !), aux thèmes d’actualité et traités de manière assez approfondie.

 

J’ai quitté les personnages à contrecœur, et c’est mon seul bémol : je trouve qu’on les quitte un peu trop vite – mais bon, c’est aussi un très bon signe, celui qui montre que la lecture a été réussie, passionnante de bout en bout, sans aucun signe d’essoufflement. J’aurais aimé que l’auteure nous offre un véritable épilogue, j’ai eu l’impression de les abandonner juste à l’orée d’un nouveau départ, à la porte d’un nouveau chapitre, certes plein d’espoir mais il y a comme une impression d’inachevé, pour moi

 

Je vous invite à aller voir les questions posées et les réponses de l'auteure, à votre tour :

ITV 1

ITV 2

ITV 3

ITV 4

ITV 5

ITV 6

Voir les commentaires

Le mois de... Sylvie Kaufhold

En ce joli mois de mai (j'espère qu'il sera joli ^^), commence sur le blog Book en Stock de Phooka et Dup le mois de... Sylvie Kaufhold, auquel j'ai la chance de participer (je viens de finir ma lecture hier de Sol, les réfugiés du froid, je vous en reparle très vite sur mon blog ^^).

N'hésitez pas à passer faire un tour, poser des questions à l'auteur ou simplement lire ses réponses afin de mieux la connaître !

Voici d'ailleurs une bibliographie qui lui est consacrée et les premiers volets de l'interview participative :

Premier volet

Deuxième volet

Voir les commentaires

L'Hôtel de la dernière chance de Nicki THORNTON

Genre : Jeunesse (fantastique)

Série Une Enquête de magique de Seth Seppi :

1. L'Hôtel de la dernière chance

2. Le Phare du bout du monde

3. Le Café coupe-gorge

 

 

Quatrième de couverture :

 

L’hôtel de la Dernière Chance est un endroit très particulier ; le jardin y est probablement enchanté, les murs ne se contentent pas d’avoir des oreilles, ils peuvent aussi parler, et le garçon de cuisine, Seth Seppi, a empoisonné par mégarde le sorcier le plus important du pays !

 

Mais si le jeune garçon est le suspect numéro 1, le bâtiment grouille de magiciens aux pouvoirs tous plus loufoques les uns que les autres… et chacun avec une excellente raison de faire le coup !

 

Pour prouver son innocence, Seth, seulement aidé de Belladone, son chat noir, devra éveiller le brin de magie qui sommeille en lui et démasquer le véritable coupable avant qu’il ne soit trop tard.

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

L’intrigue démarre doucement mais sans laisser le temps au lecteur de s’ennuyer.

On fait tout d’abord la connaissance de Seth Seppi, jeune garçon orphelin au service des Miche, les propriétaires de l’hôtel et souffre-douleur attitré de leur fille, Thiffany.

Cette dernière n’apparait pas tout de suite.

 

L’hôtel est en effervescence et accueille des visiteurs bien étranges, que l’auteur, là encore, prend le temps de nous présenter puis, une fois le Dr Thallomius retrouvé mort par empoisonnement, tout s’accélère et prend une tournure des plus inattendues et intrigantes.

 

Ce premier tome est donc surtout un tome d’introduction, présentant un univers original et surprenant.

On découvre progressivement les inventions enchantées et les personnages, au même titre que Seth, notre héros.

Tout cela est très prometteur et donne envie d’en savoir plus car certaines questions se posent en cours de route et sont encore sans réponse une fois la lecture terminée : qui est véritablement Seth ?

Qui est sa mère ?

Où sont passés les Disparus ?

Sont-ils morts ou toujours vivants ?

 

Bien que très naïf par moment, Seth est un héros très touchant et l’on croise les doigts pour qu’il trouve le vrai coupable et prouve ainsi son innocence alors même qu’aux yeux des autres, tout l’accuse !

 

Concernant l’identité du coupable, je n’ai rien vu venir et certaines révélations ont été de véritables surprises, tout comme le retournement de situation finale.

 

Outre Seth, j’ai beaucoup aimé l’inspecteur Platine de MagiPol, qui m’a beaucoup fait penser à Columbo, avec son air de ne pas y toucher, de ne pas savoir où il va dans son enquête alors qu’il est beaucoup plus perspicace qu’il n’y parait !

Le personnage d’Angélique est également très intrigant : qui est-elle vraiment ?

Une amie sur laquelle peut compter Seth pour le sortir de ce guêpier ou une ennemie redoutable, sans doute la plus puissante et dangereuse des sorciers présents, travaillant dans l’ombre pour Valérian le rouge ?

N’oublions pas non plus Belladone, la fidèle compagne à quatre pattes de Seth, au caractère pas toujours très facile ^^

J’espère retrouver tout ce beau monde dans le tome 2…

 

Voir les commentaires

La Cité des ténèbres Tome 1 : La Coupe mortelle de Cassandra CLARE

Genre : Jeunesse (fantasy)

Série La Cité des ténèbres :

1. La Coupe mortelle

2. La Cité des cendres

3. La Cité de verre

4. La Cité des anges déchus

5. La Cité des âmes perdues

6. La Cité du feu sacré

 

 

Quatrième de couverture :

 

New York, de nos jours.

 

Au cours d’une soirée, Clary, 15 ans, est témoin d’un meurtre.

Elle est terrifiée lorsque le corps de la victime disparaît mystérieusement devant ses yeux…

 

Elle découvre alors l’existence d’une guerre invisible entre des forces démoniaques et la société secrète des Chasseurs d’Ombres.

Le mystérieux Jace est l’un d’entre eux.

 

À ses côtés, Clary va jouer dans cette aventure un rôle qu’elle n’aurait jamais imaginé.

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Cela faisait un moment que je voulais me lancer dans cette série jeunesse.

J’ai finalement profité d’une offre sur les deux premiers tomes en numérique pour me l’offrir.

Puis, aussitôt acheté et aussitôt lu !

 

En effet, j’ai pour habitude de « feuilleter » les premières pages des livres dont je fais l’acquisition, dès que je les ai sous la main et là, une fois commencé, je n’ai pas réussi à le reposer !

C’est dire si j’ai aimé !

 

On part pourtant d’un postulat de départ assez classique : une ado ordinaire se découvre des pouvoirs ou plutôt découvre ici qu’elle n’est pas celle qu’elle croit, sa mère lui a caché son passé et leurs origines.

 

Une bande de jeunes de son âge va donc l’aider à faire ses premiers pas dans ce monde qui lui était jusque-là inconnu et l’aider à retrouver sa mère disparue dans des circonstances étranges.

 

L’originalité du roman tient dans cette équipe de Chasseurs d’Ombres, constituée de Jace, jeune homme mystérieux, fort, sarcastique, arrogant et énervant (mais ô combien attirant pour toutes ses mêmes raisons ^^), Isabelle, beauté dangereuse et son frère Alec, peu disert ainsi que Simon, le meilleur ami de Clary, qui se retrouve embarqué dans l’aventure bien malgré lui, tout comme elle, d’ailleurs !

 

J’ai beaucoup aimé Luke aussi, personnage troublant, que Clary considère presque comme un père et qui la rejette pourtant au moment où elle a le plus besoin d’elle mais finit par réapparaître et nous révéler sa vraie nature ainsi que le sorcier (je ne me souviens déjà plus de son prénom ^^ : Magnus ?).

J’espère qu’on le reverra dans les tomes suivants !

 

L’histoire de Jocelyn, la mère de Clary, et les circonstances de sa fuite de la Terre Promise m’ont également beaucoup touchée (mais je n’en dirai pas plus pour ne pas vous spoiler).

 

J’ai aimé le monde créé par l’auteur, un monde riche et complexe dont on entrevoit ici qu’une toute petite parcelle.

L’intrigue est parfaitement maîtrisée et ne souffre d’aucun temps mort.

 

Bien sûr, il y a aussi la petite romance courue d’avance et le triangle amoureux habituels mais l’auteur a su se jouer des codes et les fait voler en éclat de manière magistrale, à la fin du récit, venant surprendre son lecteur.

 

Bref, je n’ai quasiment rien vu venir, à part une certaine trahison.

Pour le reste, je me suis magnifiquement fait berner.

 

Même le « méchant », Valentin, extrémiste, manipulateur et retors, tient la route : il ne se révèle pas facile à combattre dans les dernières pages, contrairement à d’autres romans où l’on a souvent un méchant très puissant qui se fait botter les fesses par le héros assez facilement lors du combat final, souvent décevant.

J’ai hâte de lire la suite (ça tombe bien, le tome 2 m’attend dans ma liseuse ^^) !

 

Voir les commentaires

Lucky Harbor Tome 2 : Tendrement de Jill SHALVIS

Genre : Romance

Série Lucky Harbor :

1. Irrésistible

2. Tendrement

3. Éperdument

4. Passionnément

5. Infiniment

6. Aveuglément

(Il y en a 12 en tout mais ils ne sont plus traduits en français à partir du tome 7 inclus)

 

 

Quatrième de couverture :

 

Dix-sept ans après un été mémorable passé à Lucky Harbor, Tara est de retour dans cette petite station balnéaire, où sa mère lui a légué, ainsi qu’à ses sœurs, un hôtel qu’elles ont décidé de retaper.

 

Alors qu’elle tente de résister à son attirance pour le beau Ford Walker, son amour de jeunesse, les conséquences de ce qu’ils ont partagé tant d’années auparavant resurgissent.

 

Pour mieux les réunir ?

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Ce n’était a priori pas un tome que j’étais pressée de lire vu qu’il porte plus spécialement sur Tara, l’aînée des filles de Phoebe, laquelle n’était pas ma préférée dans le tome 1 !

Elle m’agaçait beaucoup avec ses grands airs de Dame de fer et finalement, je me suis surprise à beaucoup l’aimer dans ce second opus…

Comme quoi, tout arrive ^^

 

Le vernis commence doucement mais sûrement à se craqueler et le lecteur comprend que son air peu aimable voire  carrément glacial est une armure qui lui permet  de cacher ses failles et de se protéger.

 

La présence de ses sœurs, le retour de Ford dans sa vie, son amour de jeunesse, qui adore la faire tourner en bourrique et la voir sortir de ses gonds et surtout l’arrivée inopinée de Mia, leur fille, qu’ils n’ont jamais revue depuis son adoption, 17 ans plus tôt, créent quelques remous et nous la font apparaître sous un autre jour, plus fragile et vulnérable.

 

Elle m’a beaucoup touchée et j’ai souvent eu les larmes aux yeux à la lecture de ce tome, notamment devant sa maladresse en présence de Mia, laquelle la tient pour seule responsable de son abandon mais aussi face à Ford qui fait remonter de douloureux souvenirs.

 

Mais, j’ai aussi beaucoup ri, surtout quand elle se retrouve dans la même pièce que Ford et qu’ils se chamaillent ! On sent la tension sexuelle entre eux.

Mais, ne reste-il que cela de leur amour éteint ?

Vont-ils enfin réussir à tourner la page, faire la paix et s’avouer leurs sentiments, quitte à se brûler de nouveau les ailes si ceux-ci ne sont pas partagés ?

 

L’histoire est certes assez prévisible mais j’ai passé un très bon moment à leurs côtés et j’ai aimé entrapercevoir également Maddie, Jax, Sawyer, Chloé et les petits nouveaux : Mia, Carlos mais aussi Logan, l’ex-mari de Tara, qui a bien choisi son moment pour essayer de la reconquérir !

 

Un très bon divertissement donc, sur fonds de romance, aux accents à la fois torrides, doux et amers.

 

J’ai eu envie plus d’une fois de secouer Ford, qui se complaît dans la facilité et ne semble pas comprendre les doutes de la jeune femme ni même ses attentes.

Partager les pensées du personnage masculin est ici un véritable plus !

 

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>