Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Trafic de haut vol de Kerry GREENWOOD

Genre : Policier

 

Quatrième de couverture :

Avec son style inimitable, ses manières de garçonne et son charme espiègle, Phryne Fisher est devenue la coqueluche du Tout-Melbourne des années 20. La détective attitrée de la haute société locale se voit même confier deux nouvelles affaires : éclaircir les circonstances de la mort d’un homme dont les violentes disputes avec son fils étaient de notoriété publique, et retrouver les ravisseurs d’une petite fille avant qu’ils ne disparaissent avec la rançon. Un menu copieux et hautement dangereux, mais loin d’effrayer la plus glamour des héroïnes.

Aux commandes de son avion ou au volant de son Hispano-Suiza, en pantalon ou en robe du soir, Phryne Fisher pourchassera les coupables sans relâche, bien décidée à rentrer à temps pour sa prochaine soirée.

 

Ce que j'en ai pensé :

Plus que les intrigues, j’ai beaucoup aimé l’héroïne de cette série dont c’est ici la deuxième aventure (après Cocaïne et tralala). Le fait qu’il s’agisse d’un tome 2 n’est pas dérangeant et n’empêche pas de suivre et de passer un bon moment de lecture car les enquêtes semblent indépendantes les unes des autres, même si la première est parfois évoquée.

 

Le livre peut se diviser en trois parties : dans la première, nous sont donnés tous les faits relatifs à la mort de William McNaughton, homme d’affaires influent et brutal, victime haïssable au sort de qui peine à compatir le lecteur. En parallèle, nous suivons l’enlèvement de la petite Candida Maldon, une petite fille de 6 ans, gentille peste qui n’a pas la langue dans sa poche ni froid aux yeux, vive et intelligente et dont les répliques acerbes prêtent souvent à sourire : elle vise juste ! Puis, l’enquête sur la mort du notable local est mise entre parenthèses, le temps pour Phryne de résoudre l’enlèvement de manière rapide et efficace, avec un plan peut-être un peu trop gros pour être réel mais bon… S’ensuit finalement la résolution du meurtre du mari et père violent que l’on avait mis de côté. Cette construction est payante. Alors que la première enquête fait travailler nos petites cellules grises et ne trouvera une réponse qu’à la fin, à la manière d’un Sherlock Holmes ou d’un Hercule Poirot, la seconde est beaucoup plus dynamique, plus addictive aussi car la victime est dix fois plus attachante : on a envie d’une fin heureuse pour elle et sa famille (alors que, personnellement, je me suis dit que McNaughton était bien mieux là où il était : il a eu ce qu’il méritait et son entourage peut maintenant vivre sa vie sans crainte de ses sautes d’humeur et méchancetés répétées, peu importe qui l’a tué…). Les énigmes posées n’ont rien de révolutionnaire. Je l’ai dit : c’est l’héroïne qui fait tout le charme de cette lecture ainsi que certains personnages qui gravitent autour d’elle mais restent cependant très secondaires (comme Amelia, fille de McNaughton, les Maldon, Jack Leonard, Dot, l’assistante de Phryne, …). Je me suis attachée dès le départ à notre détective. Généreuse, prévenante et à l’écoute, elle n’en est pas moins une femme d’action, qui prend les choses en main avec dextérité et sait se faire obéir, avec un soupçon d’impertinence et beaucoup de charme qu’elle exerce surtout sur les beaux jeunes hommes, en véritable séductrice qu’elle est ! Bref, rien que pour faire sa connaissance, il faut le lire ^^

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
C
moi je viens de lire le premier tome d'une autre héroïne: Maisie Dobbs, détective et psychologue dans l'angleterre des années 20/30/ Très sympa! Je note ce titre, ce n'est pas fréquent pour moi les lectures australiennes!
Répondre
A
Je ne connais pas Maisy Dobbs, je vais aller voir ça ! Merci, Choupynette, en espérant que tu poasses de bons moments avec Phryne, tout comme moi !