Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

mangas- bd

Princesse Sara Tome 4 : Une Petite Princesse ! d'Audrey ALWETT (texte), Nora MORETTI (dessins) et Claudia BOCCATO (couleurs)

Genre : BD

Série Princesse Sara :

1. Pour une mine de diamants

2. La Princesse déchue

3. Mystérieuses Héritières

4. Une Petite Princesse !

5. Retour aux Indes

6. Bas les masques !

7. Le Retour de Lavinia

8. Meilleurs Vœux de mariage

9. Intrigue à Venise

 

 

Quatrième de couverture :

 

À force de vouloir arracher son sourire à Sara, Miss Minchin finit par effrayer les jeunes élèves de son pensionnat.

 

Ce qu’elle ignore, c’est qu’un mystérieux bienfaiteur transforme la vie de l’orpheline en conte de fées et que cette dernière mange maintenant à sa faim !

 

Malheureusement, dans la maison d’à côté, le Monsieur Indien dépérit totalement.

Il est maintenant convaincu qu’il ne retrouvera jamais la fille du Capitaine Crewe et que celle-ci est perdue pour toujours…

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Un tome beaucoup plus lumineux que les précédents, pour Sara et Becky, qui retrouvent le sourire grâce aux bons soins de James et Ram Dass, avec la bénédiction de Mr Carrisford, qui dépérit de jour en jour et malgré les humiliations et les mauvais traitements de Miss Minchin.

 

De plus en plus injuste et cruelle, même ses pensionnaires viennent à la craindre et à prendre la défense de notre petite princesse, entre elles, loin des oreilles de la directrice…

 

Quand vont-ils découvrir que Sara est la fille de Mr Crew, celle qu’ils recherchent assidûment et sans grand succès (et pour cause ! Elle est juste sous leur nez mais ils n’en savent rien!) dans les rues de Londres, cette fois-ci ?

Ils se rapprochent donc…

 

Une attente insoutenable et frustrante pour le lecteur qui a envie de leur crier ce qu’il en est ! Quelques rencontres ratées nous font grincer des dents, comme l’échange surpris entre Melle Rose et les parents de Jessie par Mr Carmickael…

Grrrrrrr !

 

Miss Minchin se trouve prise au dépourvu devant les attentions dont fait l’objet Sara. Qui est son mystérieux protecteur ? Aurait-elle encore de la famille fortunée, pour lui offrir son soutien ?

 

 

 

Voir les commentaires

La Balade de Yaya Intégrale 1 à 3 de Jean-Marie OMONT (scénario) et Golo ZHAO (illustrations)

Genre : BD

Série La Balade de Yaya :

1. La Fugue

2. La Prisonnière

3. Le Cirque

4. L'Île

5. La Promesse

6. Perdue

7. Le Piège

8. Le Retour

9. La Sonate

 

Quatrième de couverture :

 

Chine, 1937.

Les japonais entrent dans Shanghai et poussent à l'exode des milliers de chinois.

 

Au cœur de ce chaos, deux enfants vont se lier d'amitié alors que tout semblait les séparer : Yaya est la fille d'un riche commerçant et Tuduo est un gamin des rues.

 

Les deux jeunes héros vont traverser une chine en guerre, à la recherche des parents de Yaya.

 

Voici comment tout a commencé...

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Des illustrations qui ne sont pas sans évoquer les films d’animation d’Hayao Miyazaki, avec leurs rondeurs dans les traits de l’héroïne, qui rappellent également la douceur, la tendresse et la poésie de l’œuvre du maître, pour un scénario portant les mêmes qualités.

 

Une belle histoire d’amitié improbable entre cet enfant des rues, Tuduo, exploité par le méchant Zhu, qui le maltraite et cette petite fille choyée, aux grands talents de pianiste, qui, pour passer un concours, s’enfuit de chez elle, dans un contexte de début de guerre entre la Chine et le Japon.

 

Une aventure pleine d’embûches pour ces deux enfants, qui vont croiser la route de personnes aussi malfaisantes que Zhu mais aussi d’adultes qui vont les aider dans leur quête pour joindre l’oncle de Yaya, à Hong-Kong et retrouver sa famille, comme Li ou Feng Li, la gouvernante.

 

 

Voir les commentaires

Mortelle Adèle Tome 2 : L'enfer, c'est les autres de Mr TAN et Miss PRICKLY

Genre : BD

Série Mortelle Adèle :

1. Tout ça finira mal

2. L'Enfer c'est les autres

3. C'est pas ma faute

4. J'aime pas l'amour

5. Poussez-vous les moches

6. Un Talent monstre !

7. Pas de pitié pour les nazebroques !

8. Parents à vendre !

9. La Rentrée des claques

10. Choubidoulove

11. ça sent la croquette

12. A la pêche aux nouilles

13. Big bisous bâveux

 

 

Quatrième de couverture :

 

Que ce soit pour faire enrager mes parents, torturer mon stupide chat, lutter contre Jade et ses copines ou briser le cœur de Geoffroy… j’ai toujours une idée intéressante !

 

 

Une bonne dose d’humour noir et un soupçon de tendresse, voici la recette d’Adèle, une héroïne d’un nouveau genre…

 

Accrochez votre ceinture, ça va déménager !

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Toujours aussi délicieusement peste, notre Adèle !

 

Cependant, ses parents la connaissent suffisamment pour ne pas (toujours) se faire avoir et arrivent même quelquefois à la prendre à son propre jeu, pour le plus grand plaisir du lecteur !

 

Un tome tout aussi drôle que son prédécesseur mais un peu répétitif à mon goût, ce qui ne m’a pas empêché de passer un très bon moment en compagnie des personnages mais, j’espère être davantage surprise dans les prochains, pour ne pas me lasser.

 

Je souhaiterais qu’elle conserve cette originalité que j’aime tant et qui fait tout son charme, malgré son côté sadique (que j’adore aussi.. et oui, même pas honte ! ^^) et sans tomber dans la facilité ou sans tourner en rond…

 

A voir donc pour les prochains tomes…

 

 

Voir les commentaires

L'Adoption Tome 1 : Qinaya de ZIDROU (scénario) et Arno MONIN (dessins et couleurs)

Genre : BD

Série L'Adoption :

1. Qinaya

2. La Garua

 

 

Quatrième de couverture :

 

Lorsque Qinaya, une orpheline péruvienne de 4 ans, est adoptée par une famille française, c’est la vie de tous qui est chamboulée.

 

Les parents essaient de lui faire oublier le drame qu’elle a vécu, Maryse se découvre un caractère de mamie gâteau et les amis du couple apprivoisent doucement cette petite qui s’adapte à sa nouvelle vie.

 

Mais pour Gabriel, ce sera bien plus compliqué : il lui faudra apprendre à devenir grand-père, lui qui n’a jamais pris le temps d’être père.

 

Des premiers contacts distants aux moments partagés, Gabriel et Qinaya vont peu à peu nouer des liens que même le vieux bourru était loin d’imaginer.

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Une magnifique BD, ancrée dans son temps, qui raconte le quotidien de Gabriel, à la retraite, de sa femme, Maryse et des Gégés, le club fermé qu’il forme avec ses amis, Gaston et Gérald, bouleversé par l’arrivée d’une enfant, Qinaya, adoptée par son fils Alain et sa femme, Lynette.

 

Le vieil homme bourru, ayant travaillé toute sa vie du matin au soir, n’ayant pu voir grandir ses propres enfants avec qui il n’est pas tendre, notamment avec son fils, qu’il aurait aimé voir reprendre la boucherie familiale, voit ses petites habitudes bousculées par cette petite-fille dont il ne voulait pas.

 

Un petit bout de chou qui va l’amadouer sans trop de mal, le transformant en véritable papy gâteau, attentionné et émerveillé devant les progrès de sa petite merveille, malgré son côté ours.

 

Beaucoup d’émotions, de tendresse et de douceur dans cette histoire au plus proche de la vie de tous les jours : les relations difficiles entre un père et son fils, apaisées par cette arrivée impromptue, la perte d’êtres chers, renforcée par l’injustice de voir partir ses enfants avant soi, la stérilité et le difficile combat d’une femme pour être mère, les petits tracas et les petits bonheurs de la vie quotidienne en somme, tout ça l’air de rien, avec beaucoup de naturel et un regard attendrissant porté sur ce vieillard qui apprend à être grand-père.

 

Un gros coup de cœur, qui m’a touchée, que je n’attendais même pas !

 

Et cette fin, déchirante, cruelle. Une vraie torture !

 

Comment ne pas se jeter sur le tome 2 après ça, en croisant les doigts pour ses beaux personnages que j’ai grande hâte de retrouver !

 

 

Voir les commentaires

Black Butler Tome 8 de Yana TOBOSO

Genre : Manga

Série Black Butler :

Tome 1

Tome 2

Tome 3

Tome 4

Tome 5

Tome 6

Tome 7

 

Attention risque de spoilers !

 

Quatrième de couverture :

 

Des membres de la troupe du cirque Noah’s Ark s’introduisent dans le manoir de Phantomhive en l’absence de Ciel et Sebastian…

 

Pendant ce temps, sur ordre de son maître, le majordome Sebastian met un point final à cette histoire dramatique…

 

Pareilles aux lotus pourpres des Enfers, les flammes brûlent les traces d’un Pierrot triste d’avoir perdu.

 

Invoquez mon nom… mon maître…

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Les acolytes du Noah’s Ark Circus pénètrent dans le manoir Phantomhive pendant que Ciel et Sebastian ne sont pas là. Les domestiques de notre jeune lord les attendent et leur réservent – ainsi qu’au lecteur – des surprises. Ils se révèlent sous un autre jour, nous montrent un autre visage, bien caché sous leurs airs d’incompétents notoires. On comprend maintenant pourquoi ils ont été recrutés !

 

Un épisode très sanglant, sombre… et drôle à la fois, notamment vers la fin, grâce à un équilibre savamment dosé qui fait la patte de cette série et permet de souffler un peu après cet épisode très éprouvant pour le lecteur comme pour Ciel.

 

Ici s’achève - peut-être - la triste histoire des membres de la troupe du cirque pour lesquels, malgré leurs méfaits, on ne peut s’empêcher d’éprouver une certaine compassion devant ces enfants rejetés et abusés, manipulés par deux adultes pervers et fous.

 

Je n’ai pu que m’émouvoir devant le jugement sans appel et sans pitié de Ciel, de plus en plus trouble, que l’on a encore beaucoup de mal à cerner, même si la fin nous montre bien que cette mission ne l’a pas laissé de marbre et risque de le hanter pendant longtemps !

 

 

Voir les commentaires

Black Butler Tome 7 de Yana TOBOSO

Genre : Manga

Série Black Butler :

Tome 1

Tome 2

Tome 3

Tome 4

Tome 5

Tome 6

 

Quatrième de couverture :

 

Ciel et son majordome sont entrés dans la troupe du cirque Noah’s Ark en dissimulant leur identité.

 

Afin d’en apprendre plus sur leur bienfaiteur qui reste dans l’ombre, Sebastian s’approche furtivement d’une jeune femme de la troupe afin de la séduire…

 

Les extrémités de ses doigts, pareilles à des plumes noires, dansent sur la peau de la dompteuse de fauve désarmée.

 

Exécuter loyalement les ordres de son maître uniquement…

 

 

Ce que j'en ai pensé:

 

Un tome dans la continuité du précédent, aussi sombre et tendu.

 

Sebastian se révèle encore un peu plus, dans son côté dangereux, diabolique, dont Ciel va faire les frais, oubliant parfois à qui il a à faire !

 

On commence à reconstituer quelques bribes du passé du jeune maître en découvrant enfin l’identité du « père » de nos compagnons du cirque.

 

Une intrigue complexe, pleine de mystère et de suspense dont on sent la fin approcher avec beaucoup de crainte.

La tension est à son maximum !

 

 

 

 

Voir les commentaires

Le Grand Méchant Renard de Benjamin RENNER

Genre : BD

 

Quatrième de couverture :

 

Face à un lapin idiot, un cochon jardinier, un chien paresseux et une poule caractérielle, un renard chétif tente de trouver sa place en tant que grand prédateur.

Devant l'absence d'efficacité de ses méthodes, il développe une nouvelle stratégie. Sa solution : voler des œufs, élever les poussins, les effrayer et les croquer.

Mais le plan tourne au vinaigre lorsque le renard se découvre un instinct maternel...

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Un titre drôle où les rôles sont inversés : le renard y est persécuté par une poule au caractère bien trempé. Et il a tellement l’habitude de se rendre à la ferme voisine pour essayer de voler une poule que le cochon et le lapin le traitent comme une vieille connaissance et semblent même compatir à son triste sort !

 

Loin d’être très futé, contrairement à l’image que l’on a des renards, il prend conseil auprès du loup, animal dangereux, c’est finalement lui le vrai méchant de l’histoire !

 

Celui-ci lui recommande un jour avec malice de voler des œufs au lieu d’une poule et d’élever les poussins qui en sortiront jusqu’à ce qu’ils soient assez gros pour les manger. Ce qu’il va faire… mais les choses ne se passent pas comme prévu !

 

Des situations cocasses et hilarantes, pleine de tendresse, où le lecteur prend plaisir à suivre les (més)aventures de ce renard pas si méchant, qui joue de malchance et se retrouve, ironie du sort, à devoir jouer les mères poules de trois poussins… qui se prennent pour des renards !

 

C’est le monde à l’envers et ce qui fait également tout le charme et l’originalité de cette BD décalée !

 

 

Voir les commentaires

Princesse Sara Tome 3 : Mystérieuses Héritières de Audrey ALWETT (scénario), Nora MORETTI (dessins) et Claudia BOCCATO (couleurs)

Genre : BD

Série Princesse Sara :

1. Pour une mine de diamants

2. La Princesse déchue

3. Mystérieuses Héritières

4. Une Petite Princesse !

 

5. Retour aux Indes

 

6. Bas les masques !

 

7. Le Retour de Lavinia

 

8. Meilleurs voeux de mariage

9. Intrigue à Venise

10. La Guerre des automates

 

Attention risque de spoilers

 

Quatrième de couverture :

 

Avec toutes les punitions que lui inflige Miss Minchin, la vie est rude pour Sara Crewe.

 

De princesse, elle est devenue servante.

 

Il lui faut maintenant encaisser les privations successives.

 

Heureusement, ses rêves ne sont pas morts.

 

Et souvent, Sara se plaît à penser au mystérieux monsieur indien qui a emménagé près du pensionnat de jeunes filles où elle travaille.

 

Ce qu’elle ignore, c’est que cet homme est justement à la recherche de la fille du Capitaine Crewe pour lui restituer son bien, et qu’il croit l’avoir retrouvée, là-bas, quelque part en Russie…

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Suite des aventures de Sara dans la pension de l’horrible Miss Minchin pour qui elle travaille désormais comme domestique avec Rebecca, sa compagne d’infortune, qui partage le même sort qu’elle.

 

En parallèle, Mr Carrisford, l’ancien associé de son père, et son ami et obligé, Mr Carmichael, sont à sa recherche mais sans savoir que la jeune fille est juste sous leur nez et qu’ils la croisent souvent, sans savoir qui elle est, sans même imaginer qu’elle pourrait être la fille du capitaine Crew.

 

Ils pensent l’avoir trouvé à Moscou, où une demoiselle, Dorothy Carew, dans la même situation que Sara, se fait passer pour elle afin d’échapper à la domesticité à laquelle la condamne la faillite de son père et son suicide, faisant d’elle une orpheline, autrefois fille de riche, aujourd’hui tombée dans la misère et le déshonneur, devant servir de gouvernante à deux enfants n’ayant aucune gratitude ni compassion ni tendresse pour elle.

 

Malgré son mensonge, on se prend à l’aimer et on a envie qu’elle s’en sorte.

 

Un tome qui nous montre le sort de ces jeunes filles de bonne famille tombées en disgrâce suite au revers de fortune de leur père. Sara n’est donc pas la seule à vivre la même situation. Combien d’autres comme elles ?

 

Une triste fin pour cet épisode qui apporte malgré tout une lueur d’espoir dans toute cette noirceur mais promet aussi encore de nombreuses souffrances et privations pour nos héroïnes, Sara et Becky…

 

Voir les commentaires

Iroquois de Patrick PRUGNE

Genre : BD

 

 

Présentation de l’éditeur :

 

En 1608, Québec n'est qu'un nom griffonné sur une vague carte d'Amérique du Nord, une grande bâtisse fortifiée construite sur les rives du Saint Laurent où une quarantaine d'âmes s'apprêtent à passer leur premier hiver.

 

La France d'Henri IV se soucie peu de ces arpents de neiges habités par une poignée de sauvages.

 

Plus préoccupée par les richesses que lui procurent la pêche à la baleine et la traite des fourrures, elle n'envisage nullement l'installation d'une colonie.



Samuel de Champlain, fondateur de Québec, n'aura alors de cesse de défendre "son" Canada. Il saura imposer un climat de paix et de confiance entre nations amérindiennes (Hurons, Algonquins, Montagnais) et Français.

 

De ces relations naîtra un commerce florissant. Peaux de castors et de loutres s'échangent à bas prix contre marmites, haches, clou et autres divers objets en fer. Ce juteux commerce ne dure qu'un temps…

 

Les raids meurtriers incessants que mènent les Iroquois dans la vallée du Saint Laurent contre les convois de pelleterie hurons ou algonquins exaspèrent très vite la petite communauté française. Soucieux de consolider l'alliance faite avec ses alliés amérindiens, Champlain prend le sentier de la guerre à leurs côtés et part pour l'Iroquoisie.


C'est dans ce contexte que se situe l'histoire qui suit. Le long de la Rivière des Iroquois, sur le lac Champlain, un mois de juillet 1609 en Nouvelle France.

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

L’histoire nous est contée par Petite Loutre, une Iroquoise retenue prisonnière par les Français, dans l’idée de négocier avec son peuple suite à la guerre qui se prépare et à laquelle se joignent aux côtés de Champlain, les autres peuples amérindiens : Hurons, Montagnais et Algonquins.

 

On suit parallèlement Jeune Daim, son frère, qui veut la libérer, même s’il doit pour cela désobéir au Conseil des sages.

 

Les illustrations, sublimes, de vraies œuvres d’art à elles seules, subliment la Nature, la mettent en avant et lui donnent presque un rôle à part entière. Celle-ci est omniprésente à travers les paysages environnants et les animaux qui peuplent la forêt, s’exprimant même à travers les corneilles qui suivent la jeune indienne, l’entourent d’un halo de mystère et de danger, comme un présage (bon ou mauvais ?) qui plane au-dessus de sa tête et de celles de l’équipage qui l’a enlevée.

 

Je regrette que le récit soit aussi court mais cela semble être une volonté de l’auteur, celle de ne se focaliser que sur un épisode précis de l’Histoire du Canada.

 

Il s’inspire pour cela de faits réels et leur donne vie sous nos yeux.

Il lui a fallu un très gros travail de recherche, ce que l’on découvre en fin d’ouvrage, dans les toutes dernières pages, un « bonus » regroupant les croquis préparatoires de l’auteur.

 

Une belle BD aux dessins très vivants et poignants, qui donne envie d’en savoir plus sur les tribus indiennes, notamment les Iroquois, sur leur histoire et celle du Canada également qui apparaît en filigrane.

 

 

Voir les commentaires

Un Petit Goût de noisette de VANYDA

Genre : BD

 

Quatrième de couverture :

 

Quel est le cri de l’ours en néerlandais ?

 

Qu’est-ce qu’un moment parfait ?

 

Est-ce qu’on meurt tous les soirs pur renaître le lendemain matin ?

 

Et si on était tous des écureuils à la recherche de la plus belle noisette ?

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

L’auteur nous fait suivre plusieurs histoires qui s’imbriquent les unes dans les autres, des tranches de vie prises sur le vif avec une couleur par personnage.

 

Ses dessins très expressifs sont vraiment beaux et ne nécessitent pas toujours de texte, lequel est d’ailleurs très sporadique, notamment au tout début.

 

Le souci pour moi c’est que le lien entre chaque histoire est très ténu, ce qui les rend assez décousues : certaines n’ont même pas de fin, se terminent en queue de poisson, nous présentant un personnage que l’on ne revoit pas par la suite comme Corentin, Manon (que j’ai pourtant adoré : j’aurais beaucoup aimé savoir ce qu’elle devient ensuite. Il me semble qu’on la voit vite fait dans l’histoire de Benoit mais de manière très fugitive, ça passe quasiment inaperçu…) ou Barnabé dont les apparitions sont très courtes et n’apportent pas grand-chose.

 

Certaines sont plus « développées » si l’on peut dire : on retrouve leurs personnages à d’autres moments de leur vie, qui semblent presque choisis au hasard comme Eléonore, Chloé, Esteban, Aymeric et Luna.

 

C’est un concept en soi, je le comprends parfaitement et ça aurait pu marcher mais, pour moi, cette façon de raconter ne permet pas d’aller au fonds des choses, tout reste trop superficiel : à peine entré dans la vie des uns, on passe à un autre. Le tout manque de profondeur.

 

On n’a pas vraiment le temps de s’attacher aux personnages et les seuls auxquels je me suis réellement attachée ne reviennent pas…

 

Bref, je suis contente d’avoir découvert cette auteure dont j’avais beaucoup entendu parler, sa façon de raconter les histoires, les parcours de ses personnages est originale mais ça manque de consistance et me laisse un fort goût d’inachevé, de pas assez…

 

J’essayerai un autre titre d’elle pour voir, quand même et ne serait-ce que pour retrouver son coup de crayon qui, lui, me plait beaucoup !

 

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>