Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

jeunesse

Lili Goth et la souris fantôme de Chris RIDDELL

Genre : Littérature jeunesse

 

Quatrième de couverture :

Au manoir des Frissons Frissonnants, Lili Goth s’ennuie à mourir. Mais, lorsqu’elle rencontre Ismaël, une petite souris fantôme, tout change !

A elles les explorations, les aventures et les passages secrets du château ! Jusqu’au jour où elles tombent sur Maltravers. Le sombre et sinistre Maltravers. Son air louche sent le mystère à plein nez… Et les mystères, Lili, elle adore !

 

Ce que j'en ai pensé :

Au Manoir des Frissons frissonnants, Lili, fille de Lord Goth et de Parthénope Goth, morte après une chute sur les toits lors d’un entraînement de funambule, une nuit d’orage, les journées sont bien longues et solitaires. Ses gouvernantes, dont certaines ne sont pas sans en rappeler d’autres, très connues dans la littérature jeunesse classique comme Nounou Darling ou Hebe Poppins, qui est partie avec Van Dyke, le ramoneur, ont toutes désertées et elle ne voit son père qu’une fois par semaine, pour prendre le thé, celui-ci évitant tout contact (visuel) avec sa fille, qui lui évoque trop douloureusement sa défunte épouse. Jusqu’au jour où elle fait la rencontre d’Ismaël, la souris fantôme. Elle va alors au-devant des divers habitants occasionnels ou invités oubliés depuis de nombreuses années par son père, tous plus étranges les uns que les autres et avec qui elle va vivre de fabuleuses aventures.

On retrouve l’univers fantaisiste et farfelu de l’auteur de la série Appolline et les adultes s’amuseront beaucoup des différentes références littéraires qui parsèment le texte et ajoutent encore au grain de folie ambiant. Maltravers, le majordome, apporte la petite touche de mystère et de peur que possède tout manoir digne de ce nom. Charge à Lili et ses nouveaux amis (William et Emma Choux, Arthur et Kingsley, …) de déjouer ses plans… Les illustrations ne sont pas en reste et portent bien la griffe de leur auteur, Lili ayant des airs d’Appolline. Les détails sont soignés, jusqu’à la tranche, toute en violet scintillant et donne d’autant plus envie de se plonger dans l’histoire sans plus tarder ! Un auteur à suivre pour moi et il n’y a pas à dire, je le préfère seul aux commandes que lorsqu’il officie avec Paul Stewart (même si je n’ai lu qu’un seul de leurs livres communs (Chroniques du bout du monde Tome 1 : Par-delà les grands bois), c’était loin d’être une réussite… J’essayerai peut-être d’en lire un autre. Si vous en avez des « bons » à me conseiller, ce n’est pas de refus…).

pour le personnage de Lucy Borgia, gouvernante vampire et Van Hellsung., qui n'est pas sans rappeller le Van Hellsing de Dracula.

 

Du même auteur sur ce blog :

Appolline et le chat masqué

Appolline en mer

Voir les commentaires

Lady Grace Tome 2 : Une Mystérieuse Disparition de Patricia FINNEY

Genre : Littérature jeunesse

Série Lady Grace :

1. Un Assassin à la cour

2. Une Mystérieuse Disparition

3. Intrigue au bal masqué

4. Trahison et fausse monnaie

5. La Princesse au rubis

6. Vengeance au palais

7. L'Or de sa majesté

...

 

Quatrième de couverture :

Lady Sarah a disparu !

Elle se serait enfuie avec le capitaine Drake, qu’elle a rencontré il y a trois jours à peine. C’est du moins ce que les apparences laissent penser. Moi, je me méfie des apparences…

Et je compte bien tirer cette affaire au clair. Foi de Lady Grace ! Même si je dois, pour cela, affronter la mer !

 

Ce que j'en ai pensé :

Retour à la cour d’Elizabeth Ière avec ce deuxième tome des aventures de Lady Grace. La reine et ses demoiselles d’honneur vont visiter les chantiers navals de Tilbury. A l’époque, la flotte anglaise est en bien mauvais état et Mr Christopher Hawkins, qui brigue le poste le secrétaire de l’Amirauté, aimerait que sa Reine en prenne conscience. Il a de grands projets pour la Marine et notamment celui de réformer les bateaux en les rendant plus rapides, avec l’aide des capitaines Hugh Derby et Francis Drake, lesquels n’ont d’yeux que pour Lady Sarah et essayent d’attirer son regard. Elle aussi semble attirée par Drake, ce qui n’est pas au goût de Lady Jane et va entraîner une lutte de haute volée entre les deux jeunes filles, sous les yeux amusés de Lady Grace et Mary Shelton.

Suite à cet épisode, Lady Sarah disparait, laissant en tout et pour tout une lettre expliquant son intention de se marier en mer avec le capitaine Drake. Pour éviter qu’elle ne soit déshonorée et bannie de la cour, Lady Grace et Masou, son ami acrobate, embarquent à bord de la Judith afin d’aller la chercher.

 

Un deuxième tome plein d’action, où notre poursuivante d’armes devra se faire passer pour un mousse et affronter les mers et leurs dangers afin de remplir sa mission. Le fonds historique reste très présent et permet de sortir de la Cour. Les personnages prennent plus d’ampleur, notamment les secondaires comme Masou ou Mary Shelton, qui vont aider notre héroïne l’un en l’accompagnant sur les flots, l’autre en couvrant sa fuite et celle de Lady Sarah, toujours aussi pimbêche. J’aime toujours autant la Reine également, son caractère emporté et son intelligence. Elle n’est pas dupe mais préfère faire comme si elle ne savait pas, laissant ainsi pas mal de liberté à sa protégée.

Une bonne lecture, divertissante, qui nous emmène à l’aventure et se lit très vite, trop vite ^^

Voir les commentaires

Comment devenir une rock star (ou pas) d'Anne PERCIN

Genre : Littérature jeunesse

Série :

1. Comment (bien) rater ses vacances

2. Comment (bien) gérer sa love story

3. Comment devenir une rock star (ou pas)

 

Présentation Fnac :

Maxime, qu'on avait abandonné entre les mains de policiers à la gare du Nord à cause d'un téléphone de contrebande, alors que sa chère Natacha venait de s'embarquer pour Londres, tente de reprendre tant bien que mal le cours de ses vacances (ratées) de Noël. Pour ne pas retourner illico chez les parents, il trouve refuge à Creil, chez l'oncle Christian, rencontré dans la Saison 2. Ce loser de première semble n'avoir jamais quitté l'adolescence, ses disques, ses pétards... et sa guitare Fender. Durant les trois jours qu'il passe cloîtré avec lui dans son HLM, Maxime découvre avec ravissement que son oncle est non seulement une encyclopédie vivante du rock mais, surtout, qu'il " touche sa race " à la guitare. Alors, si c'était avec lui qu'il montait enfin ce groupe de rock dont il rêvait tant ? L'aventure musicale va, bien sûr, être dans tous les sens " monstrueuse " (ou freaks, si vous préférez). Car à l'oncle déprimé et mutique, va s'ajouter... [Stéphane] ainsi qu'un bassiste allumé, habillé en télétubbies. Quatuor improbable dont vont jaillir, bien sûr, nombre de situations cocasses...Tandis qu'entre deux répétitions, la vie de Maxime poursuit son cours délirant, en particulier avec Natacha, toujours aussi jalouse(…) Quant aux secrets de la famille Mainard - notamment concernant l'amant brésilien de la mamie - on va enfin en savoir un peu plus... Affaires (émouvantes) de famille et musique (à donf) : Anne Percin poursuit et signe une Saison 3 toujours aussi épatante !

 

Ce que j'en ai pensé :

On retrouve un Maxime en mauvaise posture (mais il a l’habitude lol), tel qu’on l’avait laissé dans le deuxième volet de ses (més)aventures. Notre Monsieur Catastrophe va encore se surpasser : du grand art et un grand final que nous offre l’auteur avec toujours cet humour ravageur, à la limite de l’insolence (mais comptez sur Mamie pour le remettre sur les rails !). Une Mamie qui fait ici son grand retour, pour notre plus grand plaisir ! On sait de qui tient son petit-fils ! Moi qui déplorais son absence (ou quasi absence) dans le tome 2, j’ai été ravie. On en apprend davantage sur Tonton Christian. Sortez les mouchoirs. Vous verrez également apparaitre un extraterrestre du nom de Julius Bogossian et là, c’est pas triste ! Des personnages hauts en couleurs, attachants et que l’on quitte à regret… Un troisième volet placé sous le signe des révélations qui promet de grands moments (le meilleur de tous : la découverte de l’identité de Stéphane selon moi. Je n’ai pas pu m’empêcher d’éclater de rire ^^) et où les projets de notre héros se concrétisent enfin. Ce 3ème tome est pour moi le meilleur et clos à merveille cette série de très bonne facture aux nombreuses références rock. N’hésitez pas à vous lancer, vous ne le regretterez pas !

Voir les commentaires

Le Club des cœurs solitaires d'Elizabeth EULBERG

Genre : Littérature jeunesse (romance)

 

Quatrième de couverture :

L’amour, c’est vital… ou pas ? En tout cas, Penny, jeune lycéenne, en a assez des rencontres sans lendemain avec des garçons et des rencards qui ne débouchent sur rien de sérieux.

 

Alors, un jour, elle prend une décision : STOP ! Stop aux garçons, adieu les amourettes et les déceptions. Pour Penny, c’est un choix très personnel, mais rapidement d’autres filles de son lycée l’imitent. Un groupe est né : le Club des cœurs solitaires qui se réunit tous les samedis.

 

Penny devient alors une célébrité. On la reconnaît comme la fille qui en a marre des garçons. Ce qui, finalement, est dommage, parce qu’il y a un gars justement qu’elle ne peut pas s’empêcher d’apprécier particulièrement…

 

Ce que j'en ai pensé :

Une romance jeunesse cousue de fil blanc – à peine commencé la lecture, on sait déjà comment l’histoire se termine et surtout avec qui l’héroïne finit – mais très sympathique. En créant son Club des cœurs solitaires suite à une déception amoureuse de trop, Penny ne sait pas dans quoi elle met les pieds. Son projet qui devait au départ se cantonner à une seule personne, elle-même, prend finalement une telle ampleur que les choses lui échappent totalement. Elle est rejointe par une trentaine d’autres filles, subit l’animosité des garçons et notamment celle de Todd, son binôme d’espagnol, se voit convoquer par le principal Braddock, qui voit le club d’un très mauvais œil dans un lycée où les représentants de la gente masculine semblent avoir plus d’importance que ceux de la gente féminine. Mais il y a aussi de très bons côtés : chacune des filles membres du club s’épanouit, prend son envol pour réaliser ses rêves et la solidarité entre elles leur permet de faire face à toutes les épreuves. Cependant, est-il bien raisonnable de renoncer à tous les garçons ? Toutes les pommes du panier sont-elles pourries ? N’y en a-t-il pas quelques-uns de potables voire plus si affinités ? On voit poindre de très loin sa relation avec Ryan, Monsieur Perfection, qu’elle tente pourtant de tenir à distance. Bref, une lecture-détente qui fait du bien et remet du baume au cœur, tout à fait ce que je voulais en lisant ce livre, je ne suis donc pas déçue ! Bien au contraire ! Elle m’a fait penser à Irrésistible Alchimie, par certains côtés, par l’écriture notamment et les émotions qu’elle suscite.

Je regrette néanmoins que les personnages secondaires soient juste esquissés, seules Penny, Diane et Tracy ont une vraie « personnalité », les autres membres du club restent dans l’ombre du trio et il est parfois difficile de les différencier. En même temps, elles sont nombreuses !

Voir les commentaires

Les Colombes du Roi-Soleil Tome 1 : Les Comédiennes de Monsieur Racine d'Anne-Marie DESPLAT-DUC

Genre : Littérature jeunesse (roman historique)

Série Les Colombes du Roi-Soleil :

1. Les Comédiennes de Monsieur Racine

2. Le Secret de Louise

3. Charlotte, la rebelle

4. La Promesse d'Hortense

5. Le Rêve d'Isabeau

6. Eléonore et l'alchimiste

7. Un Corsaire nommé Henriette

8. Gertrude et le Nouveau-Monde

9. Olympe, comédienne

...

 

Quatrième de couverture :

Quatre jeunes filles, des Colombes du Roi-Soleil, rêvent d’aventure et de succès…

 

Le célèbre monsieur Racine écrit une pièce de théâtre pour les élèves de madame de Maintenon, les Colombes du Roi-Soleil. L’occasion idéale pour s’illustrer et, qui sait, être remarquée par le Roi.

L’excitation est à son comble parmi les jeunes filles.

Y aura-t-il un rôle pour chacune d’entre elles ?

 

Ce que j'en ai pensé :

J’ai beaucoup aimé le contexte historique, très bien rendu, et notamment la vie au sein de cette Maison Royale de Saint Louis, très stricte et codée, morne et terne, son fonctionnement, comment les jeunes filles avaient le droit d’y accéder car l’entrée n’était pas donnée à tout le monde – il fallait pouvoir justifier de 4 quartiers de noblesse, se faire recommander par une personne, ne pas être infirme ou souffrir d’un handicap, etc… J’ai beaucoup appris sur l’institution de Madame de Maintenon, en compagnie de nos trois héroïnes : Charlotte, huguenote convertie au catholicisme contre son gré, la rebelle de la bande, qui n’hésite pas à dire ce qu’elle pense et n’en fait qu’à sa tête, Isabeau, plus sage, intelligente mais qui se laisse souvent dissiper par son amie et Hortense, avec qui j’ai eu plus de mal, pieuse et rabat-joie, naïve mais qui finit un peu par se décoincer à la fin de ce tome (ouf ! j’ai envie de dire, même s’il reste encore du chemin à parcourir !). Trois personnalités très différentes pour des destinées qui le seront tout autant j’imagine !

L’histoire en elle-même ne m’a pas vraiment passionnée. C’est un peu plan-plan et ça manque de développements par moments. Par exemple, lorsque le père de Charlotte vient lui rendre visite, on ne sait pas pourquoi sa mère est absente même si on comprend que les visiteurs parlent à mots couverts. Seulement, les éclaircissements quant à cet épisode ne viennent jamais : je pensais avoir une réponse et je l’ai attendu en vain jusqu’à la fin. S’agissant d’un tome 1, je me dis qu’elle devrait se trouver dans les suivants mais c’est assez surprenant…

Bref, une lecture jeunesse assez sympa mais j’attends de lire le tome 2 avant de savoir si je souhaite poursuivre ou non… Ce premier tome ne m’a pas entièrement convaincu, mis à part le côté historique et le personnage de Charlotte.

Voir les commentaires

Madame Pamplemousse et le café à remonter le temps de Rupert KINGFISHER

Genre : Littérature jeunesse

Série Madame Pamplemousse :

1. Madame Pamplemousse et ses fabuleux délices

2. Madame Pamplemousse et le café à remonter le temps

3. Madame Pamplemousse et la confiserie enchantée

 

Quatrième de couverture :

Il existe à Paris un café aux stores rayés de vert et d’or. Sur le bar trône un percolateur argenté. Lorsqu’on y introduite des ingrédients spéciaux et parfumés, il en sort un café noir qui transporte celui qui le boit dans l’espace et le temps.

Et si Madeleine, madame Pamplemousse et Camembert ont recours à cette invention géniale, ce n’est pas pour faire un paisible voyage dans le temps, mais pour aller chercher dans le passé de quoi sauver le monde de la mélancolie…

 

Ce que j'en ai pensé :

Une suite dans le prolongement du premier tome. La magie opère de nouveau, aucune baisse de régime. Bien au contraire ! On est directement plongé au cœur de l’action en compagnie de Madeleine face à l’horrible ministre, Mademoiselle Fondue, en charge des changements actuels de la ville de Paris, que le Président de la République souhaite remodeler : les bâtiments anciens (immeubles et monuments) sont donc détruits et remplacés par d’hideux immeubles. Mêmes les petits restaurants, comme L’Escargot affamé, tenu par les Cornichons, les parents adoptifs de notre jeune héroïne, sont menacés. Il faut agir vite ! Pour cela, il lui faudra retrouver Madame Pamplemousse, qui a disparu et voyager dans le temps et dans l’espace, grâce à l’invention de Monsieur Moutarde. Des rencontres improbables vont voir le jour : des dinosaures, le monstre du Loch Ness et bien d’autres encore.

Bref, une très belle série qui étonne et ravit à chaque fois les yeux et l’imagination des lecteurs.

 

Voir les commentaires

Irrésistible Alchimie de Simone ELKELES

Genre : Littérature jeunesse

Série

1. Irrésistible Alchimie

2. Irrésistible attraction

3. Irrésistible Fusion

 

Quatrième de couverture :

Brittany est belle, intelligente et douce et sort avec le capitaine de l’équipe de football. Alex, mexicain terriblement séduisant, est connu pour être un membre du dangereux gang des Latino Blood. Tout les oppose jusqu’à ce cours de chimie et ce travail imposé en binôme. Au-delà des apparences, Alex et Brittany vont se trouver et se connaitre. Une attirance plus forte que les préjugés et les interdits, une attirance qui pourrait bien changer l’avenir d’Alex… mais à quel prix ? (…)

 

Ce que j'en ai pensé :

Une histoire d’amour assez clichée : une jeune fille des quartiers huppés qui tombe amoureuse du bad boy latino issu des quartiers pauvres de la ville et appartenant à un gang. On a déjà tous vu le film ou lu le livre cent fois. Et pourtant, la recette fait toujours merveille, surtout sous la plume de Simone Elkeles, fluide, agréable et sans aucun accroc. Une lecture détente bien sympathique, entre deux histoires plus compliquées, c’est toujours bon à prendre. Les personnages sont un peu caricaturaux mais on se rend vite compte qu’il ne faut pas se fier aux apparences. La petite blonde, capitaine de l’équipe de pom-pom girl n’est pas qu’un physique aux atours imparables. Sous ses allures de jeune fille parfaite, se cache une fille sensible et fragile, qui fait souvent passer les attentes des autres à son égard avant ses propres désirs et surtout celles de sa mère, pour qui la perfection est une gageure, une apparence qu’il faut à tout prix préserver. Quant à Alex, il est bad boy mais juste ce qu’il faut. Enrôlé dans le gang très jeune pour protéger sa famille, il se retrouve aujourd’hui coincé, ne pouvant plus en sortir mais se refusant à tout trafic, à franchir une certaine limite mais pourra-t-il toujours repousser l’inévitable ? Leur rencontre plus qu’improbable nous offre de belles scènes de romance très édulcorées, au moins jusqu’aux tout derniers chapitres, où la réalité les rattrape et se rappelle à eux avec violence. Je les ai lus la gorge serrée, ne sachant pas bien à quoi m’attendre. C’est la surprise de cette lecture, une surprise très positive même si elle nous laisse un goût de sang dans la bouche et si le mystère quant à la mort du père d’Alex n’en est pas un : on comprend très vite qui se cache derrière (dès le début en fait). Bref, une lecture agréable, pleine de bons sentiments, parfaite pour les petits coups de mous. Je lirai sans doute la suite, même si j’ai un peu peur du « on [ne] prend [pas] les mêmes et on recommence », chaque tome étant consacré à un des frères Fuentes et le suivant étant consacré à Carlos, que l’on sent sur la même voie que son grand frère. Saura-t-il échapper au gang ?

Voir les commentaires

Le Chat assassin, le retour d'Anne FINE

Genre : Littérature jeunesse

L'image est celle du Grand Livre du chat assassin qui comprend les trois premiers tomes de la série et que j'ai emprunté à l médiathèque...

Série Le Chat assassin :

1. Journal d'un chat assassin

2. Le Chat assassin, le retour

3. La Vengeance du chat assassin

4. L'Anniversaire du chat assassin

5. Le Noël du chat assassin

 

Présentation éditeur (L’Ecole des loisirs) :

La vie de chat peut parfois être magique. Ellie et ses parents partent une semaine en vacances. Je vais pouvoir me dorer au soleil sur les parterres de fleurs, sans leurs réprimandes et leurs cajoleries. Magique, je vous dis. À un détail près : ils m'ont trouvé un chat-sitter, le pasteur Barnham, un vrai tortionnaire. Il m'impressionne assez dans son genre. Entre nous, c'est une furieuse amitié. Je crois que je vais le quitter pour une perle, Mélanie. Elle m'aime parce que ma fourrure est douce. Je suis un chat, non ? (…)

 

Ce que j'en ai pensé :

La poursuite des aventures du chat assassin est toujours aussi drôle ! Tuffy en fait voir de toutes les couleurs au pasteur Barnham, venu le garder pendant l’absence de la famille d’Ellie et celui-ci le lui rend bien. Mélanie quant à elle prie pour avoir à domicile un félin en tous points semblables à notre héros à poils. Sera-t-elle exaucée ?

Anne Fine a créé un chat plus vrai que nature dont on savoure le ton doucement ironique et la mauvaise foi assumée sans bouder notre plaisir. Une lecture qui plaira aux petits lecteurs également, à qui elle est destinée car l’écriture est simple et fluide. Parfait pour ceux qui commencent à lire tous seuls. D’ailleurs il va falloir que je l’offre à mes filleuls !

Voir les commentaires

Peter Pan de James Matthew BARRIE

Genre : Littérature jeunesse (fantastique)

 

Quatrième de couverture :

Wendy, John et Michael n’auraient jamais imaginé qu’ils pouvaient voler. Ni qu’ils s’en iraient au Pays Imaginaire affronter les Indiens ou les Pirates du redoutable Capitaine Crochet. Seulement, un beau soir, Peter Pan a fait irruption dans leur vie tranquille. Et pour visiter le Pays Imaginaire, rien n’est plus simple : il suffit de bien connaître Peter Pan et de posséder quelques grains de poussière des fées.

 

Ce que j'en ai pensé :

Une très belle lecture qui fait la part belle à l’Imagination, à l’Enfance et au Rêve. L’écriture de James Matthew Barrie est parfois très poétique, notamment lorsqu’il décrit le Pays Imaginaire, fluide et moderne, ce qui m’a il est vrai beaucoup surprise (les préjugés ont la vie dure !). Il a un regard très acéré, objectif sur ses personnages et ses interventions créent une véritable complicité avec son lecteur. Peter Pan n’a rien d’une oie blanche, d’un chevalier au grand cœur ou d’un gentil pur et transparent comme de l’eau de roche. Il représente l’insouciance de l’enfance, son égoïsme et sa cruauté aussi. C’est presque la personnification de notre âme d’enfant oubliée, cette part de nous qui refuse de grandir et qu’il vient nous remettre en mémoire. Quant à Wendy, c’est une des figures maternelles marquantes de l’histoire. Le regard que l’auteur porte sur les mères est très attendrissant. Tous deux, accompagné de John, Michael, Clochette et des enfants perdus, vont vivre nombre d’aventures au Pays Imaginaire et le lecteur les suit avec entrain, qu’il soit enfant ou adulte. Comment ne pas être émerveillé devant tant d’inventivité ? Enfin, autre figure prépondérante du récit : le capitaine Crochet, bien loin du personnage éponyme vu façon Disney. Le côté ridicule du personnage n’existe pas ou peu dans l’œuvre originale et le pirate retrouve toute sa grandeur. Il est intelligent, cruel et tyrannique, fourbe, comme tout pirate qui se respecte. Serait-ce le pendant adulte de Peter Pan ? Je me suis souvent posé la question… qui restera sans réponse. Bref, un classique de l’enfance à lire et à relire sans modération…

 

 

Voir les commentaires

Lady Grace Tome 1 : Un Assassin à la cour de Patricia FINNEY

Genre : Littérature jeunesse

Série Lady Grace :

1. Un Assassin à la cour

2. Une Disparition mystérieuse

3. Intrigue au bal masqué

4. Trahison et fausse monnaie

5. La Princesse au rubis

6. Vengeance au palais

7. L'Or de sa majesté

...

 

Quatrième de couverture :

Sir Gerald a été assassiné cette nuit, dans le palais même ! D’un coup de poignard dans le dos… L’homme que l’on arrêté ce matin est innocent. J’en suis sûre. Je vais trouver le véritable coupable.

Foi de Lady Grace !

 

Lady Grace, demoiselle d’honneur à la cour d’Elisabeth Ire, mène l’enquête dans les couloirs du palais et les ruelles de Londres.

 

Ce que j'en ai pensé :

Une petite lecture sympathique, dans le sillage de la reine Elisabeth Ire et des intrigues de cour. Le contexte historique est plutôt bien rendu, même s’il n’est pas non plus très développé. Les personnages sont attachants, Lady Grace, l’héroïne, en tête. Intelligente, curieuse et n’ayant pas la langue dans sa poche, elle bouscule les convenances afin de faire le jour sur cette mort qui tombe assez bien à propos, l’homme ayant été assassiné faisant partie de ses prétendants. Aussitôt, on soupçonne Lord Robert, son promis, ses aiguillettes se trouvant fort malheureusement sur le lit de la victime. Il est donc le coupable tout désigné. Mais les preuves ne sont-elles pas un peu trop évidentes ? Et quel intérêt aurait-il eu à tuer le prétendant écarté alors qu’il a été choisi par Lady Grace ? C’est ce que cette dernière va tenter de découvrir. Elle nous fait part de ses réflexions sous forme de journal intime et va recevoir l’aide de Masou et Elsie, ses fidèles amis, afin de démêler les fils de cette intrigue, pas si convenue qu’il n’y parait. Je me suis fait surprendre - deux fois ! – et ai trouvé le tout assez bien mené, même si ça reste très jeunesse. Le style est simple et fluide, sans fioriture, émaillé du vocabulaire de l’époque, notamment celui sur l’habillement. Heureusement, un lexique en fin d’ouvrage vient combler les lacunes et permet de suivre sans difficulté. Un joli début de série donc, à la croisée des genres, mélangeant roman historique et roman policier, qui permet de passer un bon moment.

 

 

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>