Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

jeunesse

Les Aventuriers du très très loin Tome 3 : Zoé Zéphyr de Paul STEWART et Chris RIDDELL

Genre : Littérature jeunesse

Série Les Aventuriers du très très loin :

1. Fergus Bonheur

2. Hugo Lachance

(ne cherchez pas le billet sur le blog, je ne l'ai pas encore lu, persuadée que Zoé Zéphyr était le tome 2 ^^)

3. Zoé Zéphyr

 

 

Résumé (booknode) :

 

Nom : Zoé Zéphyr.

 

Mission : déjouer le complot de la Confrérie des clowns et découvrir le secret de la cale.

 

Signe particulier : ne se sépare jamais de son carnet.

 

Une caisse au fond de la cale. Une confrérie de clowns à chapeau melon.

 

Les passagers du « S.S. Euphonia » sont bien étranges, et Zoé veut connaître leurs secrets et déjouer les complots qui se trament…

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Encore une héroïne comme savent si bien les inventer nos deux compères : courageuse, intrépide, curieuse, aventureuse et ingénieuse, Zoé Zéphyr voyage avec sa famille expansive et bruyante mais néanmoins très sympathique, à bord de l’Euphonia, navire ayant autrefois connu son heure de gloire et aujourd’hui sur le déclin.

 

Elle observe les faits et gestes des autres passagers et les consignent dans son guide Hoffendinck, qui permet d’en savoir plus sur les étranges îles que l’on peut apercevoir du bateau, sans jamais faire escale sur leurs rivages.

 

Sont ainsi passés au crible de son esprit de fin limier les Chapeaubas, qui parlent une langue inintelligible, le pauvre capitaine Belvédère, qui voit son navire bien-aimé partir à vau-l’eau sans pouvoir rien faire et son second, Jon Jolyon Jolicoeur, qui en pince pour sa sœur, Séréna, à qui il fait une cour pleine de miellerie et de flatteries qui ne brillent pas par leur discrétion ou subtilité.

Viennent ensuite le passager mystérieux et discret de la cabine 21 dont le secret ne sera dévoilé qu’à la fin (même si l’on peut le deviner sans trop de mal) et surtout, les 5 compagnons de la ligue des clowns, qu’elle fuit comme la peste. On la comprend : ils n’ont rien de comique et seraient plutôt du genre à coller des frissons d’épouvante à tout un chacun…

 

Une aventure sympa mais qui, contrairement au premier tome, manque de punch, de rythme et de plus de fantaisie. Les choses bougent assez tard, quand notre petite héroïne met enfin pied à terre, c'est alors un véritable florilège de trouvailles et de découvertes farfelues qui nous attendent, tout ce que j'aime chez les auteurs !

 De plus, je m’attendais à recroiser la route de Fergus et s’il est évoqué indirectement, il n’apparait pas dans ce troisième volet, chaque tome étant apparemment indépendant, en tout et pour tout, les uns des autres, si ce n’est que l’on évolue dans le même univers…

Je m’étais fait pour le coup de fausses illusions, ce qui explique une partie de ma déception, même si j’ai aimé ma lecture mais je n'en garderai malheureusement pas un souvenir impérissable...

Il devait normalement faire partie de mon mois anglais, fini depuis fin juin mais dont il me reste encore pas mal de lectures à chroniquer (oups !)...

Voir les commentaires

Le Mystère de Lucy Lost de Michael MORPURGO

Genre : Roman jeunesse

 

 

Quatrième de couverture :

 

Mai 1915.

Sur une île au Sud de l’Angleterre, un pêcheur et son fils découvrent une jeune fille blessée, à bout de forces et à peine capable de parler.

 

D’où vient-elle ?

Est-elle une sirène ?

 

Le bruit court que c’est une espionne au service des Allemands…

 

De l’autre côté de l’Atlantique, le paquebot Lusitania quitte New York.

La jeune Merry s’est embarquée sur le géant des mers pour rejoindre son père blessé au combat et hospitalisé en Angleterre.

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

J’ai beaucoup entendu parler de Michael Morpurgo (et en très bons termes à chaque fois – je comprends mieux pourquoi ^^) mais c’est la première fois que je le lis.

 

Une très belle découverte, celle d’un auteur d’abord puisque, si l’on en croit le prologue et l’épilogue, il nous conte ici une partie de la vie de sa grand-mère et donc un peu de lui mais aussi celle d’une plume travaillée, soignée, poétique, où chaque mot semble pesé et choisi avec attention mais qui reste naturelle, sans fioriture et suscite des émotions chez le lecteur, ne le laisse pas insensible.

 

Comment l’être devant cette jeune fille de 12 ans, l’âge d’Alfie, le fils de Mary et Jim Wheatcroft, qui vont la prendre sous leur aile ?

Retrouvée seule sur l’île voisine de St Helen’s, elle ne parle pas, prisonnière en elle-même, semble perdue, assoiffée et mourant de faim. Alfie et son père la trouvent juste à temps.

 

Commence alors pour elle un long et lent (ré)apprentissage des gestes de tous les jours : se lever, sourire, manger, aller dehors, communiquer… sous l’œil vigilant et bienveillant de Mary, qui la couve comme si c’était sa propre fille et tente patiemment de la ramener à la vie, physiquement mais aussi et surtout psychologiquement et avec l’aide et les précieux conseils du Dr Crow, un médecin dévoué à ses patients, respecté et craint aussi pour ses prises de position et son franc-parler.

 

Par quelles épreuves terribles est-elle passée ?

Qui est-elle ?

Comment lui donner le goût de l’existence à nouveau ?

Comment la sortir de son marasme intérieur, faire resurgir son passé et sa mémoire enfouis ?

 

J’ai adoré Mary, une femme de caractère, forte, fiable, qui se bat becs et ongles pour ceux qu’elle aime, que ce soit pour Lucy ou pour son frère, Billy, un original, qui préfère la compagnie de son bateau, l’Hispaniola à celle des gens.

En même temps, quand on voit le surnom dont ils l’ont affublé (Silly Billy) et la façon dont il le traite, on se dit qu’il n’a pas tort de les éviter et que le plus important c’est finalement qu’il soit heureux tel qu’il est !

 

Alfie devient vite pour Lucy son point de référence, son phare dans cette nuit, dans les ténèbres qui l’ont envahie. Toujours là pour elle, il est le seul qui suscite des réactions de sa part.

Leur relation est vraiment très touchante. Ils n’ont finalement pas besoin de mots pour communiquer, Alfie apprenant peu à peu à « l’apprivoiser », à la faire sortir de son isolement et la faire avancer, pas à pas, vers eux et vers le monde extérieur.

D’autres belles personnes vont croiser sa route et auront un rôle à jouer dans son rétablissement : Melle Nightingale, Peg, …

 

En parallèle, nous suivons Merry, une jeune new-yorkaise, dans un récit à la première personne.

 

Le lecteur a tôt fait de faire le lien.

Aussi le mystère ne tient pas là-dessus mais bien plutôt sur les épreuves qu’elle a traversées, comment elle en est arrivée là, comment va-t-elle s’en sortir.

 

Je suis passée par toutes les émotions, pleurant plus d’une fois comme une madeleine tellement je me suis trouvée immergée dans cette histoire, vivant les faits en même temps et en chœur avec les personnages, tellement ils m’ont paru réels.

J’ai également difficilement retenu ma colère devant la bêtise des autres, du directeur de l’école, Mr Bigley, une brute sans cœur, étroit d’esprit et sadique ou devant le fils de Big Dave et le reste de l’île de Bryher…

Comment peut-on s'en prendre à une créature déjà bien éprouvée par la vie ?

Certes, leur réaction s'explique par le contexte de guerre dans lequel nous sommes (sauf celle de Bigley, qui reste juste fidèle à lui-même et à sa méchanceté), par les pertes éprouvées par les habitants comme le sort funeste du pauvre Jack Brody mais, j'ai quand même eu du mal à le supporter !

 

Bref, un très bon roman jeunesse, qui vaut vraiment le détour et grâce auquel j’ai appris de nombreuses choses (mais je ne veux pas en dire trop... je pense que c’est déjà le cas. Oups !).

Merci à Enna et à Bastien, qui m'ont proposé cette lecture commune. Sans eux, il serait sans doute encore en train de croupir dans ma Pal ^^

Si vous l'avez déjà lu, je vous conseille Le Ciel nous appartient de Katherine Rundell, auquel je n'ai pu m'empêcher de penser durant cette lecture (et que j'ai également adoré) !

Voir les commentaires

Mary Poppins de Pamela LYNDON TRAVERS

Genre : Jeunesse

Série Mary Poppins :

1. Mary Poppins

2. Le Retour de Mary Poppins

3. Les Bonnes Idées de Mary Poppins

4. Mary Poppins en promenade

5. Mary Poppins from A to Z

6. Mary Poppins in the kitchen

7. Mary Poppins in Cherry Tree Lane

8. Mary Poppins and the house next door

 

 

Quatrième de couverture :

 

Mary Poppins, la nouvelle gouvernante des quatre enfants Banks, est vraiment très spéciale !

 

Elle monte l’escalier sur la rampe, ouvre un sac vide et en tire un lit pliant, verse de la même bouteille du sirop de citron, de la glace à la fraise, du lait et… du rhum !

 

La fantaisie, le merveilleux et l’extravagance viennent soudain bouleverser la vie quotidienne de toute la famille.

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Voilà un roman jeunesse que j’avais très envie de découvrir, depuis fort longtemps. Il faut dire que je suis une grande fan du film de Disney.

 

Eh bien, une fois n’est pas coutume (c’est plutôt l’inverse d’habitude) mais la version film aura mes faveurs par rapport à la version livre.

 

En fait d’histoire, l’auteur nous conte plutôt des histoires, des épisodes de l’enfance de Jane et Michael, les aînés de la famille Banks, depuis l’entrée dans leur vie de ce drôle de phénomène qu’est Mary Poppins.

 

Le roman ressemble finalement davantage à un feuilleton aux chapitres pouvant être lus indépendamment les uns des autres, même s’il y a une certaine continuité entre eux, une chronologie à respecter avec des personnages récurrents.

 

En ce qui concerne la plus célèbre des nurses anglaises, je dois avouer qu’elle m’a beaucoup moins plu que sa consœur cinématographique, incarnée par Julie Andrews.

Certes, on retrouve certains traits de caractères comme sa vanité légendaire et ce ton sans réplique qu’on lui connait si bien mais, elle est, pour moi, beaucoup moins sympathique, éprouvant moins de tendresse pour ces chers bambins, d’ailleurs moins dissipés que leurs homologues de Disney, si ce n’est peut-être pour les jumeaux, Barbara et John, deux irrésistibles poupons.

Peut-être est-ce le cas à la fin, une fin assez émouvante, mais, cela vient un peu tard.

 

De plus, elle nous laisse toujours dans le flou, le mystère est ici savamment entretenu autour de sa personne et de ses tours de passe-passe.

Le lecteur reste dans le doute : les événements vécus par Jane et Michael ne sont-ils que le fruit de leur imagination ou bien se sont-ils bel et bien déroulés tels qu’ils nous sont contés, malgré les démentis de Mary.

 

C’est finalement ce va et vient constant entre fantaisie et réalité qui fait tout le charme de cette œuvre et ranime notre âme d’enfant car on a très envie d’y croire nous aussi, tout comme les enfants Banks, d’autant que certains indices viennent nous susurrer à l’oreille que tout est bien réel et que ce n’est pas uniquement leur imagination qui leur joue des tours !

Malgré mes petits bémols, j'ai quand même bien envie d'en lire davantage, pour en savoir plus sur ce personnage qui reste très énigmatique !

 

Voir les commentaires

Il était deux fois dans l'Ouest de Séverine VIDAL

Genre : Littérature jeunesse

 

 

Quatrième de couverture :

 

Quand Luna arrive à Monument Valley, en territoire indien pour les vacances d’été, elle ne sait pas qu’elle vient de mettre les deux pieds dans l’aventure !

 

En réalité, Luna va vivre des vacances… complètement dingues.

 

Ça commence par sa rencontre avec Josh, un (très beau) garçon Navajo qui va lui faire découvrir à cheval les paysages incroyables du territoire indien ; et ça continue avec de la magie, des croyances indiennes, des animaux sauvages, un vieux cow-boy fou sur- nommé « Sloppy Joe »…

 

Bref : Luna et Josh vont vivre les « mille façons de frémir en Arizona » !!!

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Il était deux fois dans l’Ouest pour les deux voix de ce roman : une première fois pour Luna, jeune française de 11 ans, en voyage aux Etats-Unis avec sa mère, Viviane, maquilleuse pour le cinéma.

 

Une deuxième fois pour Josh, indien navajo, obligé de rester dans sa réserve, en Arizona, à Monument Valley, pour assister à la kinalda, cérémonie d’entrée dans l’âge adulte, de sa sœur, Doli.

 

Ils racontent chacun, dans un chapitre dédié, leur rencontre improbable et leur complicité immédiate, malgré leurs deux cultures différentes, aux antipodes l’une de l’autre.

 

J’ai beaucoup aimé retrouver la plume de Séverine Vidal dans ce roman, où se mêlent amitié, amour, humour, découverte de la culture navajo (avec des pages consacrées à celle-ci, où l’auteur nous apprend quelques spécificités propres à cette culture riche et intrigante) et grande aventure pleine de surprises, de folie et d’émotions au milieu d’un paysage grandiose, impressionnant, aussi beau qu’il est dangereux…

 

J’adorerais retrouver Josh et Luna dans d’autres aventures, les voir de nouveau réunis. Ils forment une belle équipe !

 

 

Du même auteur sur le blog :

Nos cœurs tordus (avec Manu CAUSSE)

Voir les commentaires

Sherlock, Lupin et moi Tome 1 : Le Mystère de la dame en noir de Irène ADLER (Pierdomenico BACCALARIO et Alessandro GATTI (texte) et Iacopo BRUNO (illustrations))

Genre : Policier jeunesse

Série Sherlock, Lupin et moi :

1. Le Mystère de la dame en noir

2. Dernier acte à l'opéra

3. L’Énigme de la rose écarlate

4. La Cathédrale de la peur

5. Le Château de glace

 

 

Quatrième de couverture :

 

Eté 1870.

 

Sherlock Holmes, Arsène Lupin et Irène Adler font connaissance à Saint-Malo.

 

Les trois amis espèrent profiter de leurs vacances en bord de mer, mais le destin en a décidé autrement.

 

Un corps s’est échoué sur une plage voisine et les trois camarades se retrouvent au beau milieu d’une enquête criminelle.

 

Un collier de diamants a disparu, le mort semble avoir deux identités et une sombre silhouette rôde la nuit, sur les toits de la ville.

 

Trois détectives ne seront pas de trop pour résoudre l’énigme de Saint-Malo !

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Un roman policier jeunesse sympa, simple et efficace, mettant en scène des personnages connus et reconnus pour leurs futurs talents d’enquêteurs (et de voleur) perspicaces, qui offre une très belle première entrée en matière dans leur univers respectif, pour les plus jeunes (et les moins jeunes qui n’auraient pas encore fait leur rencontre ^^).

 

On retrouve donc Sherlock Holmes, Arsène Lupin et Irène Adler durant leur jeunesse et on assiste avec beaucoup de plaisir à la naissance de leur amitié.

 

Les personnages sont assez fidèles à la version originale : Holmes, d’abord réticent à lier toute conversation avec Irène, va finalement se laisser fléchir devant l’intelligence manifeste de la jeune fille.

Les relations avec son frère, Mycroft, semblent toujours aussi difficiles et il ne brille pas, ici non plus, par sa loquacité mais bien plutôt par sa grande habilité à résoudre les mystères les plus épineux, grâce à sa grande capacité d’observation, son goût du détail, sa vivacité d’esprit et son talent pour les déguisements.

 

Concernant Lupin, on entraperçoit bien le futur gentleman cambrioleur dans le jeune homme adroit, agile, vif et dynamique, facétieux aussi.

J’adore ce que l’auteur en a fait !

Il correspond parfaitement au souvenir que j’en ai dans le livre de Maurice Leblanc !

Je suis très intrigué également par le personnage de son père et par les allusions faites par notre narratrice qui ne semblent pas démentir l’adage « tel père tel fils » mais le confirme plutôt ! Bref, on voit tout de suite de qui il tient son talent.

 

Enfin, vient notre héroïne et narratrice, Irène Adler.

L’occasion pour le lecteur de faire plus ample connaissance avec la seule capable de mettre en déroute le plus célèbre de tous les détectives (lisez Un Scandale en Bohème, vous comprendrez !).

On découvre ici une jeune fille impulsive, déterminée, intelligente (comme je l’ai déjà dit) et très indépendante, au grand dam de sa mère, qui voudrait en faire « une jeune demoiselle bien comme il faut », comme il sied aux filles de bonne famille de l’époque.

 

Elle entretient une grande complicité avec son père, souvent absent malheureusement, retenu par ses hautes fonctions au sein de la compagnie des chemins de fer, mais qui semble lui par contre encourager sa nature spontanée et curieuse.

 

Quelques bribes de conversations surprises entre ses parents tendent à créer le doute sur ses origines et seront certainement l’objet de plus amples recherches dans les prochains tomes…

 

Nos trois compères vont donc devenir très complices et ont des aptitudes complémentaires les unes des autres, d’ailleurs aucun n’est mis plus en avant que les autres, je trouve, même si, Irène étant la narratrice, on a davantage accès à ses sentiments et ses raisonnements qu’à ceux de Sherlock ou Lupin mais l’auteur a su garder un bel équilibre pour qu’aucun ne prenne finalement l’avantage et que tous puissent faire montre de leurs qualités de fins limiers.

 

Ils évoluent dans les rues de Saint-Malo, autre atout majeur dans cet épisode pour l’amoureuse de la Bretagne que je suis, de revoir la ville et ses remparts et de pouvoir sans mal les imaginer déambuler dans les rues !

 

L’intrigue tourne autour de la sinistre découverte, sur la plage attenante à leur terrain de jeu favori, la villa Ashcroft, d’un étrange naufragé dont l’identité reste un mystère pendant longtemps et autour du vol du collier de Mme Martigny, la fameuse dame en noir qui donne son titre à ce premier tome.

 

Les deux affaires sont-elles liées ?

Et qui est cet inquiétant et sombre personnage qui surveille nos détectives en herbe ?

Représente-t-il une menace ?

 

C’est ce qu’ils devront mettre à jour au terme d’une aventure riche en rebondissement et en dangers divers et variés, comme cette bande d’enfants des rues, désireuses de les voir mettre leur nez ailleurs que dans cette affaire de noyé…

Charge pour eux de repérer les indices, de prendre en filature les suspects en se grimant pour ne pas être reconnus ou même encore de s’entraîner au combat à mains nues !

Il auront parfois aussi l'aide discrète mais précieuse du majordome des Adler, Nelson, autre personnage charismatique, que j'ai hâte de retrouver !

 

Bref, une lecture facile certes mais entraînante et captivante pour cette première enquête qui tient toutes ses promesses et dont le mystère n’est levé que dans les dernières pages grâce à une intrigue bien ficelée !

 

 

 

 

Voir les commentaires

P'tit Cousu Tome 1 : La Parade des monstres de Guy BASS

Genre : Littérature jeunesse (fantastique)

Série P'tit Cousu :

1. La Parade des monstres

2. L'Œil du pirate

3. Le Fantôme de Grottegroin

 

 

Quatrième de couverture :

 

Si vous apercevez au loin le sombre château de Grottegroin, surtout, surtout, REBROUSSEZ CHEMIN !

 

Car c’est là que vivent le professeur Erasmus, le plus fou des savants fous, et les horribles monstres qu’il a créés.

 

Parmi eux, il y a P’tit Cousu, la toute première création du professeur, une créature faite de bric et de broc, qui n’a qu’un désir : qu’on se souvienne de lui…

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

D’habitude, je ne suis pas très célébration d’Halloween mais, cette année, j’avais envie de marquer le coup avec cette lecture (que j’ai lu dans les temps, même si elle n’apparait sur le blog qu’aujourd’hui ^^).

 

Grand bien m’en a pris : cette lecture s’est révélée pleine de folie, comme savent si bien le faire les Anglais, d’humour et de tendresse.

 

Idéal pour les chochottes dans mon genre : juste de quoi se faire peur gentiment (et encore, le rire prédomine très largement sur la peur qui n’est absolument pas présente), sans faire de cauchemars pour nos jolies têtes blondes (et donc sans risque pour vous d’être réveillés en plein milieu de la nuit ^^) !

 

J’ai adoré P’tit Cousu, petite poupée de chiffon rapiécée de partout, la toute première création du professeur Erasmus.

Ce dernier l’a depuis oublié, est passé à autre chose en créant d’autres monstres alors que notre héros lui reste loyal et fidèle, agissant dans l’ombre pour le protéger de lui-même et de ses créations de plus en plus dangereuses, dont la dernière en date, atteinte de loup-garisme.

 

Seulement, la rencontre de Fulbert Montremonstre, directeur d’un cirque de simili-monstres qui n’effrayent plus aucun enfant, va lui faire prendre conscience qu’il aspire à autre chose : être reconnu, sortir de l’ombre et avoir enfin toute l’attention qu’il mérite et qu’il recherche tant de la part de son créateur, sans succès.

 

Mais ce fameux Fulbert est-il vraiment cet ami qu’il prétend être ?

Va-t-il se laisser séduire par sa proposition plus que douteuse ?

Les monstres sont-ils bien ceux que l’on croit et que les habitants de Nubbin Gruber craignent ?

 

Une première aventure toute mignonne avec des personnages attachants, de P’tit cousu en passant par la Créature qui n’a toujours pas de nom et recherche désespérément l’amitié de notre héros, faisant ainsi de nombreuses gaffes, malgré lui ou bien encore Arabella, la sale gosse du village voisin au château, qui n’a peur de – presque – rien et ne se laisse pas faire !

 

 

Voir les commentaires

Fablehaven Tome 4 : Le Temple des dragons de Brandon MULL

Genre : Littérature jeunesse (fantasy)

Série Fablehaven :

1. Le Sanctuaire secret

2. La Menace de l'Etoile du soir

3. Le Fléau de l'ombre

4. Le Temple des dragons

5. La Prison des démons

 

 

Quatrième de couverture :

 

Si la terrifiante société de l'Étoile du Soir s'empare des artéfacts magiques cachés à travers le monde, elle plongera la Terre dans le chaos.

 

Kendra et Seth, les jeunes gardiens de Fablehaven, doivent absolument l'en empêcher.

 

Kendra vient d'apprendre qu'un de ces précieux objets est dissimulé dans une réserve australienne.

Mais pour l'atteindre, il faut traverser Wymroost, le sanctuaire des dragons... strictement interdit aux humains.

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Un quatrième tome un peu en dessous du précédent, qui reste mon préféré à l’heure actuelle.

 

J’ai adoré le début, qui nous plonge directement dans l’action avec l’enlèvement de Kendra mais, arrivée à la recherche de la clé, dans le sanctuaire des dragons, à Wymroost, j’ai eu l’impression de revivre les événements ayant eu lieu à la Mesa perdue : le schéma se répète !

 

Bien sûr, nos héros affrontent d’autres créatures, autrement plus dangereuses et terrifiantes, dont les dragons mais il n’empêche, l’impression d’un copié-collé entre le tome précédent et celui-ci a persisté dans mon esprit, tout au long de cette aventure en territoire ennemi…

 

Par contre, concernant le retournement de situation finale, avec Navarog, je n’ai rien vu venir. C’est une vraie surprise ! J’ai été totalement bluffé. Chapeau !

 

Cependant, la lutte qui s’ensuit m’a parue trop facile, comme bien trop souvent dans les livres jeunesse : on nous vend un méchant surpuissant, intelligent et retors et il se fait vaincre en un battement de cils !

 

Bref, un peu déçue tout de même mais ça reste une très bonne série et j’ai hâte de voir comment elle se termine.

 

Concernant l’aspect positif, il vient du personnage de Seth, qui a déjà bien évolué dans les tomes précédents mais qui gagne encore en maturité.

 

Certes, il est toujours aussi imprudent et impulsif mais il est maintenant conscient de ses faiblesses, ce qui lui permet de mieux se contrôler et de peser les conséquences de ses actes.

Il prend encore des risques mais des risques calculés pour défendre les intérêts de la réserve, de sa famille et ses amis et des Chevaliers de l’aube contre leur ennemi commun, le Sphinx, lequel a toujours un coup d’avance sur eux.

 

J’aime que, contrairement aux grands-parents Sorenson et à Kendra, qui attendent que les choses se passent, d’être attaqués pour réagir ensuite, lui, prend les choses en main, est dans l’action plus que dans la défense !

 

Au lieu de n’être qu’un boulet qui crée les catastrophes, qu’il faut ensuite contenir, il devient un vrai atout dans leur manche et son rôle gagne donc en importance !

Sa sœur n’est plus la seule à être mise sur le devant de la scène et dont les actions sont décisives pour le reste du groupe…

 

 

Voir les commentaires

Lady Grace Tome 3 : Intrigue au bal masqué de Patricia FINNEY

Genre : Littérature jeunesse (roman historique)

Série Lady Grace :

1. Un Assassin à la cour

2. Une Disparition mystérieuse

3. Intrigue au bal masqué

4. Trahison et fausse monnaie

5. La Princesse au rubis

6. Vengeance au palais

7. L'Or de Sa Majesté

8. Le Secret du fantôme

9. L’Énigme de la clé d'or

10. La Malédiction des flammes

...

 

Quatrième de couverture :

 

La Reine est en danger !

 

Plusieurs accidents étranges sont survenus ces derniers jours.

 

Tantôt c’est sa selle qui se rompt, tantôt une pierre qui manque de l’assommer…

 

Je compte bien trouver qui en a après elle !

Foi de Lady Grace !

 

Et si je profitais du bal costumé pour démasquer le coupable…

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Une série que j’aime toujours autant, pour son contexte notamment : celui de la cour d’Elizabeth Ière, personnage à part entière du roman, également.

 

Cette fois-ci, le lecteur part en voyage d’été avec la cour, à Kenilworth, domaine du comte de Warwick et Leicester, Sir Robert Dudley, avec qui il fait plus amplement connaissance.

 

Un autre personnage énigmatique ayant réellement existé, qui partage un amour impossible avec la reine, contrarié par le mystérieux décès de sa femme, que chacun présume être non accidentel, malgré les apparences et impute au comte lui-même, ce qui rend tout mariage avec la reine désormais impossible.

 

Aussi joue-t-elle encore le « jeu du mariage » avec des princes venant de l’étranger, comme le prince Sven, son prétendant suédois, qui l’attend sur le domaine du comte afin de lui conter fleurette et qui sait, obtenir sa main afin d’allier leurs deux royaumes.

 

Débute ainsi une nouvelle enquête pour notre jeune héroïne, Grace, demoiselle d’honneur de la reine officielle et sa poursuivante d’armes officieuse depuis le premier tome car des incidents étranges ont eu lieu autour de la souveraine.

 

Simples incidents dus à des négligences ou complot en vue d’assassiner la reine ?

 

Qui en voudrait à sa vie ?

C’est ce que la jeune fille va devoir découvrir, aidée d’Elsie, cette fois-ci, ce qui permet de mettre en avant la petite servante, après avoir fait de même avec son ami acrobate, Masou, dans le tome précédent.

 

En bref, un roman qui mêle petite et grande Histoire, avec une pointe d’intrigue policière et des personnages attachants, fictifs ou non.

Une lecture jeunesse instructive et divertissante à la fois, qui m’a permis de revenir sur le personnage controversé de Robert Dudley, que j’avais déjà rencontré dans un documentaire qui relatait d’ailleurs cette histoire de mort suspecte de son épouse ! J’ai été ravie de le retrouver ici et de pouvoir vivre en direct l’amour qui le lie à sa reine. Malgré toutes les rumeurs qui accompagnent le personnage, c’est un fait qu’on ne peut pas lui enlever, semble-t-il et c’est sans doute aussi le seul qu’elle ait réellement aimé de son côté !

 

Dernier billet retardataire pour :

 

 

 

Voir les commentaires

Harry Potter : A la découverte de l'histoire de la magie

Genre : Document

 

 

Quatrième de couverture :

 

Passionnante exploration du monde magique de Harry Potter, cet ouvrage plonge au cœur même de la création de J.K. Rowling.

 

Vous y apprendrez la part de vérité qui se cache derrière les mythes et légendes qui peuplent la saga Harry Potter : origines de la pierre philosophale, premier atlas des étoiles, racines de mandragore, apparition du mot « abracadabra » dans un grimoire du XIIIè siècle…

 

Découvrez toutes les créatures, images et traditions qui ont inspiré l’univers de J.K. Rowling.

 

Vous entrerez dans les secrets de ses propres brouillons et croquis de travail.

 

D’activités magiques en expériences de sorcellerie (avez-vous déjà mis un fantôme dans une bouteille ?), vous testerez vos connaissances en la matière !

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Récemment, sur Arte ou sur la 5, je ne sais plus, est passé un reportage pour fêter les 20 ans du premier tome de Harry Potter, sorti en 1997, en Angleterre et en 1998, en France.

Tout comme cet ouvrage, il reprenait les archives de la British Library consultées par J.K. Rowling à titre de recherches pour l’écriture de son livre.

Malheureusement, et contrairement au livre que je vous présente, il ne m’avait pas passionnée outre mesure : trop de blabla et le tout manquait d’animations, de vie et m'avait ennuyé plus qu'autre chose. Je ne l’avais donc pas regardé jusqu’au bout.

 

Mais, quand je suis tombée sur ce livre en librairie, il m’a tout de suite attirée et à peine feuilleté, je savais déjà qu’il allait me plaire !

 

Richement illustré et documenté, revenant sur les croyances anciennes, sur les accessoires intimement liés à l’univers de la sorcellerie et leurs usages, les plantes et leurs propriétés supposées aux époques évoquées, l’astronomie et les différentes méthodes de divination, etc…, il offre une belle rétrospective de l’histoire de la magie à travers les siècles, en Europe et ailleurs dans le monde comme en Chine ou en Thaïlande.

 

Il fait également la part belle à la genèse de l’univers créé par J.K. Rowling en montrant les plans d’écriture de certains tomes, des dessins qu’elle a réalisés elle-même pour représenter ses personnages (plutôt réussis d’ailleurs), les listes des professeurs et des matières enseignées ainsi que des brouillons d’écriture du premier tome essentiellement et même des scènes inédites, qu’elle a ensuite supprimées ou modifiées, montrant tout le travail effectué en amont de la publication, toute la préparation et les recherches suscités par l’écriture d’un livre.

 

Une belle façon de fêter cet anniversaire et d’en découvrir encore plus sur la magie et l’univers Harry Potter, le tout accompagné notamment par les magnifiques illustrations de Jim Kay, que l’on retrouve dans les versions illustrées et qui me donnent grandement envie de me les procurer.

 

Les informations sont claires, concises et très intéressantes, présentées de manière vivante, ludique et aérée, ce qui suscite d’autant plus l’envie et la curiosité du lecteur !

 

 

Voir les commentaires

Lili Goth Tome 2 : Une Fête d'enfer de Chris RIDDELL

Genre : Littérature jeunesse

Série Lili Goth :

1. Lili Goth et la souris fantôme

2. Une Fête d'enfer

3. Les Hauts de Hurlefrousse

4. La Symphonie sinistre

 

 

Quatrième de couverture :

 

Comme chaque année, la grande fête de la pleine lune est organisée au manoir des Frissons frissonnants.

 

Comme chaque année, c'est aussi l'anniversaire de Lili, que tout le monde semble avoir oublié.

 

Alors que l'effervescence bat son plein au manoir, Lili découvre que Maltravers prépare une nouvelle magouille.

 

Vite, il faut agir !

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Nous retrouvons Lili à quelques jours de la Grande Fête de la pleine lune, qui attire de nombreuses personnes au manoir : pâtissiers, peintres, artistes de cirque…

 

C’est l’effervescence !

De quoi occuper toute la maisonnée et notamment les nouveaux amis du Club du grenier de Lili.

Même Lucie Borgia, sa gouvernante, a la tête ailleurs, depuis l’arrivée de l’énigmatique Lord Sydney, un ami de son père, dont les oreilles traînent un peu partout.

 

La jeune fille se retrouve à nouveau seule, sans personne avec qui parler, à quelques jours seulement de son anniversaire qu’encore une fois, tout le monde semble avoir oublié !

 

Par dessus le marché, sa femme de chambre, Marylebone, une ourse, reçoit une lettre d’un ancien amour de jeunesse, aujourd’hui général en Bolivie, qui la met dans tous ses états car il l’invite à le rejoindre.

 

Comment l’aider en la faisant sortir du placard dans lequel elle range, reprise et confectionne les vêtements de Lili, alors même qu’elle refuse d’en sortir depuis la terrible nuit où la mère de Lili a trouvé la mort ?

 

Dans le même temps, Maltravers semble tramer quelque chose avec d’étranges personnages, venus ravitailler les pâtissiers en aliments de base pour leurs recettes, en pleine nuit.

Qui sont-ils ?

Que veulent-ils ?

 

Voilà de quoi intriguer notre jeune héroïne et l'inciter à enquêter pendant que ses compagnons vaquent à leurs obligations, sans se soucier d’elle et des manigances du majordome…

 

Une fin qui nous offre un merveilleux renversement de situation et vient redonner un peu de dynamisme et de piquant à l’ensemble, avec son lot de révélations...

 

Je suis toujours aussi fan de la plume inventive de l’auteur, pleine de fantaisie et de jeux de mots (qu’est-ce que j’ai pu rire avec le personnage de Gordon Ramsgate, en tout point conforme à l’original, tant dans le physique que dans le caractère grincheux ^⁾ ainsi que de ses illustrations, même si cette série paraît beaucoup plus sombre que les Apolline.

En même temps, vu le nom de famille de notre héroïne et le côté gothique des couvertures, que l’on retrouve dans ses vêtements, dans le manoir des Frissons Frissonnants et dans les personnages, on ne saurait attendre autre chose !

 

 

 

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>