Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Majyo Rin Tome 1 de Setsuko YONEYAMA

Genre : Manga

 

Quatrième de couverture :

Rinko Asaoka vit pleinement et avec plaisir son quotidien de lycéenne ordinaire. Mais une fois par mois, magiciens et autres sorciers aux personnalités toujours plus hautes en couleurs viennent la voir par l’intermédiaire de Louis, le plus grand arrangeur de mariage de l’Association de Magie, afin de lui demander sa main.

 

Voici la destinée bien embarrassante contre laquelle lutte Rinko, l’héritière de la lignée des Ravenscroft qui compte parmi les plus éminentes du monde magique.

 

Ce que j'en ai pensé :

Un petit manga dont la couverture noire et rose m’a attiré l’œil et dont le résumé a confirmé mon envie de le lire. Il s’agit d’une histoire de magical girl avec donc tout le nécessaire : transformation avec la chansonnette qui l’accompagne et le déguisement adéquat, baguette magique, etc… L’auteur joue d’ailleurs beaucoup sur les codes du genre. L’humour présent dans ce manga ressort souvent dans ces moments-là. Néanmoins, c’est peut-être aussi ce qui m’a le moins plu : cela rend l’ensemble très « enfantin » (comprendre : plus de mon âge ^^). Il y a cependant de très bonnes idées à exploiter davantage comme la relation entre Rinko, l’héroïne et Kôichi, l’humain avec qui elle souhaite se marier, en dehors des conventions préconisées par l’Association de Magie qui souhaite préserver les familles de sorciers de sang pur, les pouvoirs de la jeune fille, sa personnalité que l’on entraperçoit pour l’instant mais où l’on sent poindre un peu de noirceur, des possibilités multiples quant à son évolution qui amènerait plus de maturité à l’univers créé, les codes, le fonctionnement du monde duquel est issue Rinko, etc… Espérons que tout cela sera plus étoffé dans la suite. Enfin, le schéma introduit par l’auteur me fait également un peu peur : chaque chapitre est dédié à un prétendant de l’héroïne qui s’empresse de le faire rentrer dans ses pénates, après lui avoir botté les fesses. Le risque de se lasser vite semble grand et ce serait dommage car j’ai passé un bon moment avec cette lecture fantaisiste, fraîche, légère et pleine d’humour et je n’ai pas envie que les choses s’arrêtent en si bon chemin…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :