Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une Vie après l'autre ou l'incarnation des possibles de Frankie VENTANA

Genre : Roman

 

coeur_rouge.jpg Coup de coeur

 

Quatrième de couverture :
D’incidences en coïncidences se forgent d’improbables destins : celui de Gabrielle aura été de rencontrer, un soir de décembre 1982, Lila von Haffen, pianiste classique adulée. Leurs existences vont s’imbriquer en dépit de l’empreinte que nulle gloire, nul génie, nul talent n’effacera. De cette étrange nuit où chacune se trouve dans l’attente d’un événement indéfini, la première va s’enfermer dans sa destinée tandis que la seconde s’en délivrera par le suicide.
Vingt ans plus tard, Gabrielle entre en possession d’une correspondance signée de la main de la virtuose. Elle se lance alors sur ses traces, à travers l’Europe jusqu’en Argentine.

Ce voyage la conduira à accepter son destin cristallisé en la personne de Lila von Haffen…

 

Ce que j'en ai pensé :
Gabrielle, autrefois pianiste de talent, écrit aujourd’hui des biographies et notamment celle d’une autre célèbre pianiste, Lila Von Haffen, livre qui a connu un grand succès. Il faut dire que Lila fascine encore : devenue célèbre dans les années 60, elle envoûtait les âmes autant qu’elle dérangeait par son comportement rebelle. Une fois le concert terminé, elle ne saluait pas le public, ne faisait pas de rappels. Ce qui plaisait aux uns agaçait les autres mais tous étaient d’accord sur son génie et le talent qu’elle avait pour retranscrire à la perfection les œuvres de Chopin. Seulement, Lila s’est laissée enfermée dans ce personnage qu’elle s’est construite et s’est perdue. Aussi a-t-elle décidé d’en finir avec la vie et s’est suicidée en 1983, dans sa propriété de Lintz, en Autriche, qu’elle a hérité de son père. Or, Gabrielle reçoit une correspondance de Lila avec un homme dont elle était amoureuse. Les dates ne correspondent pas avec son suicide car l’une d’elle est datée de 2003. Serait-ce un plaisantin qui, profitant du regain d’intérêt pour Lila, aurait décidé de faire parler de lui ? Elle décide d’enquêter et va donc remonter le cours de la vie de Lila au travers des lieux de son enfance, de son adolescence et de sa fin de vie. On se rend vite compte que plus que la recherche de la vérité, c’est surtout et avant une quête initiatique pour Gabrielle. Elle a beaucoup de points communs avec Lila et à l’aube de ses quarante ans, elle est, tout comme Lila en 1983, au bord du gouffre, sur la brèche. Elle aussi s’est construite une carapace pour affronter les blessures de la vie et se retrouve donc seule, perdue, ne sachant plus qui elle est, ce qu’elle veut, où elle va. De plus, sa rencontre avec Lila, peu de temps avant le suicide de cette dernière, la hante encore. Pourquoi ? Qu’ont-elles partagé cette nuit-là ? Les personnages sont très charismatiques. On s’attache sans mal à Lila et à Gabrielle, se demandant comment tout cela va se finir. Plus qu’un roman, Frankie VENTANA nous offre une réelle leçon de vie en nous montrant qu’il faut savoir rester fidèle à soi-même, garder son identité, oui, mais comment, lorsque la vie vient nous chahuter, mettre des obstacles en travers de notre route ? Comment ensuite sortir de la carapace que l’on s’est construite ? Faut-il accuser le destin ? Non, il vient nous dire que chaque homme est maître de sa vie. Seules nos actions ou celles des autres ont des conséquences qui viennent interagir sur nous. Libres à nous de nous enfermer dans un cocon, de fuir ou de faire table rase du passé et d’aller de l’avant… Ce retour dans le passé de Lila est pour Gabrielle une deuxième chance de reprendre sa vie en main, de s’affirmer et de redevenir actrice de sa vie.

J’adore ce genre de livre qui, sous couvert d’une histoire, nous raconte bien plus, nous pousse à nous interroger, sur le sens de la vie, sur nous.

Un grand merci à PartageLecture et aux éditions Kyklos pour ce livre. Sans l’avis de Thot et d’Ansault, je pense que je n’aurai jamais été vers ce livre et je serai passée à côté d’une belle découverte. Un grand coup de cœur !

Un extrait qui m'a marquée :
"Sache que la prédestination n'est que prétexte à fuir indéfiniment, jusqu'à ce que l'on se trouve à court de souffle.
Là intervient la chance que l'on doit s'accorder.
A partir du moment où tu auras décidé de la direction que tu veux prendre, ne te retourne pas, ne t'encombre plus de cet excès de bagages que sont la vanité et sa cohorte de sentiments vains."
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
L
<br /> <br /> Je note ! Merci pour ce billet, Alexielle !<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> <br /> De rien, Liyah! Je découvre également beaucoup de livres à rajouter à ma lal en parcourant les blogs...<br /> <br /> <br /> <br />