Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un Endroit où se cacher de Joyce Carol OATES

53890040da2e0b7d67b42e1c0ba9a16ee253ce4c.jpg

Genre : Littérature jeunesse

 

Quatrième de couverture :

Avant, j’étais une fille normale, j’avais une vie normale.

Après, il y a eu l’accident. En me réveillant, j’ai tout vu en bleu. J’étais dans le coton. Un monde douillet et bleu. Mais maintenant, le bleu s’efface, le douillet s’envole. Et je suis seule à nouveau. En colère. Contre moi. Contre l’univers tout entier. Je cherche un endroit où me cacher.

 

Ce que j'en ai pensé :

Nous suivons Jenna « après » l’accident de voiture qui a coûté la vie à sa mère et laissé la jeune fille sur un lit d’hôpital pendant quelques semaines ou mois, dans un état de semi-conscience, dans le bleu, où elle peut encore nier la réalité, où sa mère qu’elle aime tendrement est toujours présente et bien vivante, où elle échappe à la douleur physique mais surtout morale. L’auteur nous plonge directement dans la tête de l’héroïne, au plus près de ses pensées et émotions. L’écriture est d’ailleurs parfaitement adaptée : le phrasé est haché (ellipse du pronom « je », notamment), spontané, sans fioriture ou emballage factice, direct. Le ton est juste, ce qui fait que tout « sonne » vrai. J.C. Oates est en ce sens une auteure réaliste, qui maîtrise très bien la plume. Impossible d’échapper aux émotions qui tiraillent l’adolescente. Il va falloir qu’elle apprenne à vivre avec sa colère mais surtout avec la culpabilité qui la ronge et l’éloigne de ceux qui l’aiment. Elle se renferme sur elle-même, souffre en silence, refuse d’être aimée car elle est persuadée de ne pas le mériter et refuse d’aimer en retour, pour ne pas connaître à nouveau l’épreuve de l’abandon. Sa situation n’est pas des plus faciles. Non seulement il lui faut gérer la douleur mais aussi se faire à son nouvel environnement. Installée chez sa tante et son oncle, les McCarthy, elle quitte Tarrytown, dans la banlieue de New-York, son lycée, ses amis et la maison de son enfance pour Yarrow Lake, New Hampshire. C’est beaucoup de changements en peu de temps pour un être déjà bien éprouvé. Elle va alors chercher à retrouver les sensations perçues dans le bleu, au risque de se brûler les ailes. D’ailleurs, le lecteur n’est pas dupe et sent bien venir la chute, tant Jenna parait évoluer sur une corde de funambule, sur une pente savonneuse. Pour mieux se relever et se reconstruire ensuite ?

Dans ce roman, nous suivons donc une jeune fille tourmentée, dans son deuil, celui de sa mère, de son ancienne vie, dans son ancien environnement, celui aussi de la sportive, qui ne peut plus courir. Au-delà de cela et de manière plus générale, c’est un livre qui parlera à tous les ados mais aussi aux adultes avec lesquels ils ont du mal à communiquer. Jenna est confrontée à des problèmes d’ados, aux plus grandes frayeurs de leurs parents. Un bon moyen d’ouvrir la conversation…

Néanmoins, ne vous attendez pas à une « plume jeunesse », ce serait mal connaître l’auteur.

 

Du même auteur :

Black girl, white girl

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
P
<br /> j'aime bien cet auteur ,même si parfois elle est un peu difficile à lire, je ne connais pas ce titre, je note<br />
Répondre
L
<br /> <br /> Ce n'est que le deuxième que je lis mais les deux m'ont plu : je pense que j'en lirai d'autres...<br /> <br /> <br /> <br />
M
<br /> Un livre qui est dans ma PAL !<br /> <br /> <br /> Je crois que je vais sortir pour enfin le lire !<br /> <br /> <br /> Bonne soirée<br />
Répondre
L
<br /> <br /> Bonne lecture <br /> <br /> <br /> <br />