Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mesdemoiselles de la vengeance de Florence THINARD

Mesdemoiselles-de-la-vengeance-01.jpg

Genre : Littérature jeunesse

 

Quatrième de couverture :

L’épée à la main, Olympe, baronne de Haussy, Nagîna, princesse du désert, Agathe, fine lame du royaume de France et Sylvine, vigoureuse paysanne, veulent se venger du Commodore, redoutable pirate qui les a toutes, d’une façon ou d’une autre, cruellement blessées.

Sur les côtes de Charente, dans la France du XVIIè siècle, ces quatre jeunes femmes qui n’ont pas froid aux yeux se lancent dans une aventure tumultueuse et riche d’imprévus…

 

Ce que j'en ai pensé :

Une histoire de pirates pour filles : nul doute qu’elles n’auront aucun mal à s’identifier à l’une ou à l’autre de nos héroïnes, au caractère bien défini (et quelque peu stéréotypé) : Agathe, l’effrontée, impulsive, rebelle, un brin garçon manqué et n’ayant pas la langue dans sa poche, Nagîna, la princesse orientale, fine stratège, rusée et savante, Sylvine, bienveillante, généreuse et très « brute de pomme » ou encore Olympe, la baronne timide, innocente, qui s’est faite enlever par le Commodore à la sortie du couvent, parfois très niaise, comme le dit si bien Agathe… Il y en a pour tous les goûts. Le début est peut-être un peu lent, même si je n’ai ressenti aucune sensation d’ennui, seulement l’auteur prend le temps d’installer son intrigue et ses personnages. Pour nous faire patienter avant la « grande bataille », elle nous conte plus en détail l’aventure de deux d’entre elles : Sylvine et Nagîna. Puis, arrive l’action dès qu’Agathe s’enfuit et est emprisonnée à la Rochelle. Les événements s’enchaînent alors à un rythme effréné, jusqu’à la chute finale, attendue, sans réelle surprise mais la lecture reste néanmoins sympa même si très jeunesse, je me suis parfois sentie un peu vieille . Le style de l’auteur est à noter, très soigné. Elle utilise un langage soutenu, si l’on fait exception du langage de certaines héroïnes dans les dialogues (d’ailleurs je pense que l’âge conseillé est très bien choisi : à partir de 11 ans ou pour de très bons lecteurs, même si je ne le conseillerais pas à des plus jeunes à cause de certaines scènes peu ragoûtantes…). J’ai beaucoup aimé également les références historiques, intelligemment intégrées, même si j’aurais aimé plus de détails, d’approfondissements, comme les Filles du Roy ou la rébellion des habitants de La Rochelle. Je regrette par contre qu’il n’y ait pas de lexique ou notes de bas de pages expliquant les termes maritimes utilisés. C’eut été bien utile !

logo p11

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

myrta 19/12/2013 20:02

combien y'a t-il de pages ???