Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les Trois Lumières de Claire KEEGAN

9782848050959.jpg

Genre : Roman

 

Quatrième de couverture :

Par une radieuse journée d’été, un père emmène sa fillette dans une ferme du Wexford, au fond de l’Irlande rurale. Le séjour chez les Kinsella semble devoir durer. La mère est à nouveau enceinte, et elle a fort à faire. Son mari semble plutôt désinvolte : il oublie le bagage de la gamine dans le coffre de la voiture en partant.

Au fil des jours, la jeune narratrice apprivoise cet endroit singulier. Livrée à elle-même au milieu d’adultes qui ne la traitent pas comme une enfant, elle apprend à connaitre, au gré des veillées, des parties de cartes et des travaux quotidiens, ce couple de fermiers taciturnes qui l’entourent de leur bienveillance. Pour elle qui était habituée à une nombreuse fratrie, la vie prend une autre dimension. Elle savoure la beauté de la nature environnante, et s’épanouit dans l’affection de cette nouvelle famille si paisible. En apparence du moins (…).

 

Ce que j'en ai pensé :

Voilà un petit roman qui se lit très rapidement car il ne compte qu’une centaine de pages. L’écriture est agréable. Le lecteur se laisse donc porter par l’auteur et son histoire, contée par une fillette dont on ignore le nom. Elle est appelée « gamine », « fillette » mais jamais par son prénom de la part de son père : anonyme parmi les autres enfants du couple, très nombreux (au moins cinq avec celui à naitre, si j’ai bien compté ^^), elle est conduite chez son oncle et sa tante, qu’elle ne connait pas. Un univers totalement étranger pour elle, ce qui est loin de la rassurer et on la comprend ! Sa mère attend un nouvel enfant et n’a pas beaucoup de temps à consacrer à chacun d’eux. C’est elle qui gère tout : les enfants, la maison, les finances, l’exploitation familiale… Le père semble totalement indifférent à ce qui se passe chez lui, absent, « désinvolte » comme le dit si bien la 4ème de couverture. Le couple Kinsella va lui offrir ce qui lui manque le plus : de l’amour, de l’attention. Petit à petit, une routine va s’installer entre ces trois êtres, la petite va s’épanouir et en apprendre plus sur ceux qui l’ont accueilli. Le lecteur passe par toute une gamme de sentiments : la compassion, la joie, la tristesse, l’amour, la haine mais je dois avouer qu’il m’a quand même manqué quelque chose : un peu plus d’épaisseur dans leur personnalité et leurs sentiments, qui auraient mérité d’être plus développés, pour moi. J’ai pris grand plaisir à suivre les personnages mais j’aurais aimé que leur histoire soit plus longue. La fin me laisse perplexe, le roman finit en queue de poisson mais à dire vrai, je suis d’abord restée interloquée et me dis que finalement, c’est un coup de génie. Cela interroge, marque : je pense m’en souvenir longtemps alors que si l’histoire s’était terminée de manière plus classique, je ne pense pas qu’elle serait restée dans ma mémoire. D’ailleurs, j’aimerais beaucoup en discuter avec ceux qui l’ont lu : comment l’interprétez-vous ? Que se passe-t-il selon vous ou qu’est-ce qui est en train de se jouer ?

 

ATTENTION SPOILER Pour ma part, j’ai eu l’impression d’un grand malheur en train de s’abattre à nouveau sur les Kinsella, à cause du père dans le dos de John et que l’on voit à travers les yeux de l’enfant avec un bâton à la main, à cause également d’Edna qui est en train de pleurer : je n’ai pas eu l’impression que c’était uniquement à cause des paroles du père mais plutôt pour ce qui était en train de se jouer… Le père veut-il taper sur John ? Pourquoi ? Ou plus probablement sur la petite pour la faire rentrer ou parce qu’elle a refusé de répondre à la question de la mère, pour qu’elle révèle ce qui s’est passé malgré elle ? Comment vont réagir les Kinsella dans ce cas ? Ou alors ce qu’elle voit n’est qu’une « projection mentale » : d’un côté le père qu’elle aurait voulu avoir, plein d’attention et rempli d’amour pour elle : Kinsella et de l’autre le « père fouettard » : son père biologique, ce qui l’attend une fois de retour à la maison, quand la vie de tous les jours reprendra son cours, une vie sans amour avec un père tyran domestique ? Finalement à force de réfléchir, je penche plus pour cette troisième interprétation : quand je vous dis que cette fin me travaille… FIN DU SPOILER

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :