Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Club des philosophes amateurs d'Alexander McCALL SMITH

Genre : Policier

Série Isabel Dalhousie :

1. Le Club des philosophes amateurs

2. Amis, amants, chocolat

3. Une question d'attitude

4. Le Bon Usage des compliments

5. La Douce tranquillité des samedis

6. L'Importance d'être reconnaissant

7. Les Charmants Travers de nos semblables

...

 

 

Quatrième de couverture :

 

Isabel Dalhousie est quadragénaire, célibataire et vit à Edimbourg où elle est rédactrice en chef de la très respectée Revue d’éthique appliquée.

Elle préside aussi le club des philosophes amateurs qui se rassemble chez elle.

 

Isabel s’intéresse à des problèmes qui, à parler franc, ne la regardent en aucune façon – à commencer par ceux qui sont du ressort de la police.

 

Un soir, alors qu’elle assiste à un concert à l’Opéra, Isabel est témoin de la chute mortelle d’un jeune homme.

 

Poussée par la curiosité et par son éternel besoin de comprendre la nature humaine, Isabel Dalhousie va mener l’enquête.

 

A sa façon.

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Un tome d’introduction où nous est présenté le personnage principal, Isabel Dalhousie, rédactrice en chef de la Revue d’éthique appliquée.

 

Lors d’un concert à l’Usher Hall, à Edimbourg, elle assiste, impuissante, à la chute mortelle d’un homme, Marc Frazer, du haut du deuxième étage.

 

Accident, meurtre ou suicide ?

 

Elle ne laissera pas tomber l’affaire tant qu’elle n’aura pas découvert le fin mot de cette histoire.

 

Une enquête qui prend son temps pour démarrer et pour être résolue, ce qui génère quelques longueurs (ce qui est tout de même bien dommage pour un « petit » livre de 290 pages) et l’ennui chez le lecteur.

 

J’ai eu du mal avec l’héroïne, trop pleine de certitudes et de préjugés et adepte des lieux communs, bien loin de l’idée que je me fais d’une philosophe. Ce sont d’ailleurs des défauts qu’elle reproche à son employée de maison, Garce, mais qu’elle ne semble pas voir chez elle !

C’est une fouineuse, qui met son nez partout, se mêle des affaires des autres sans vergogne, notamment celles de sa nièce, Cat et de Jamie, son ex.

Au bout d’un moment, j’en ai eu assez du « c’était mieux avant » ou des descriptions d’Edimbourg comme la ville la plus vertueuse du monde, très conformiste et conventionnelle.

 

J’imagine que l’effet escompté était de provoquer le rire aux dépens de notre philosophe, grâce à l’ironie de certaines situations mais ça n’a malheureusement pas pris avec moi ! Je préférais l’humour plus subtil de la série des Mma Ramotswe

 

Par ailleurs, point positif cette fois-ci, de nombreuses réflexions philosophiques émaillent le texte, même si le club dont il est question dans le titre brille par son absence…

 

L’enquête en elle-même est intéressante mais sa résolution a soulevé une légère déception, une partie des découvertes d’Isabel restant sans réponse, dans l’impasse au profit de l’identité du coupable, qui a su me surprendre.

 

Bref, un avis en demi-teinte pour une lecture qui n’est certes pas exempte de défauts mais qui a très bien rempli son office de lecture-détente que je recherchais alors.

 

Par contre, je le fais rarement mais là, je pousse un gros coup de gueule pour le manque de relecture et de correction de la traduction française : le texte est plein de coquilles (ce qui passe encore : les erreurs de frappe ne sont pas dérangeantes en soi) mais surtout plein de fautes de français, ce qui est davantage impardonnable à mes yeux !

Les fautes de grammaire (dans l’emploi des pronoms par exemple : on passe du « tu » au « vous » sans préambule. Ok les deux sont employés indifféremment en anglais mais pas dans notre langue !) et de conjugaison (concordance des temps) piquent les yeux et gênent surtout la lecture en freinant la compréhension du texte, effet assez dissuasif pour le lecteur !

Il m’a parfois fallu relire deux fois la même phrase pour remettre les choses dans l’ordre et saisir le sens de celle-ci, ce qui est très déplaisant !

C’est franchement dommage, surtout que c’est la première fois que cela m’arrive avec cet éditeur.

On sent comme un sentiment d’urgence dans la sortie de ce titre, qui joue sur la qualité de la relecture du texte avant impression !

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
S
Je crois avoir lâchement abandonné l'unique tome de cette série que j'avais commencé. Je préfère aussi Mma Ramotswe.
Répondre
L
Je ne suis pas sûre d'en lire un autre de mon côté ^^ Je comprends parfaitement ton abandon, j'ai failli faire la même chose mais le livre étant assez petit, j'ai finalement été jusqu'au bout ^^