Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #romans historiques catégorie

La Reine de lumière tome 1 : Elora de Mireille CALMEL

Genre : Roman historico-fantastique

 

Série Le Chant des sorcières :

Le Chant des sorcières tome 1

Le Chant des sorcières tome 2

Le Chant des sorcières tome 3

 

Série La Reine de lumière :

1. Elora

2. Terra incognita

 

 Attention risque de spoiler : ne lisez pas ce qui suit si vous n'avez pas encore lu les 3 tomes du Chant des sorcières...

Quatrième de couverture :

 1494. Dans une sombre forêt du Vercors, la jeune Elora, fille adoptive de la baronne Hélène de Sassenage, découvre un cadavre décharné. Au lieu de s'enfuir terrorisée, Elora fouille sans sourciller le gilet de l'homme à terre pour récupérer le précieux message qu'il était venu porter. Car Elora n'est pas une enfant comme les autres : descendante de Mélusine, elle détient les savoirs et les pouvoirs d'une fée.
En cet instant, Hélène de Sassenage est loin d'imaginer l'impact qu'aura ce meurtre sur sa destinée. Mais Elora, elle, le sait déjà : leur chemin tourmenté va les entraîner toutes deux jusqu'à Rome, et le temps du bonheur ne reviendra qu'après bien du sang et des larmes...

Des souterrains obscurs du Dauphiné aux dorures d'un Vatican sous l'emprise de la famille Borgia, une lutte à mort entre le Bien et le Mal emporte les personnages dans son tourbillon. Qu'ils soient brigand, duchesse, vagabond, pape ou sorcière, tous connaîtront la passion, le drame et l'amour avant de parvenir enfin à la résolution des mystères.

 

Ce que j'en ai pensé :
Dans ce tome, nous retrouvons les personnages du Chant des sorcières, 10 ans après les événements survenus. La vie de Matthieu, Algonde, Hélène, Djem… a bien changé depuis la mort de Mélusine et la disparition de Constantin. Elora a grandi et du haut de ses 11 ans, elle possède une sagesse et une maturité qui la placent hors du temps. Ses pouvoirs se sont développés et promettent de grandes choses. On a du mal à se dire qu’elle n’a que 11 ans et d’ailleurs tous ceux qui la croisent ne le soupçonnent même pas ! J’ai aimé suivre ses aventures à la cour des Borgia, célèbre famille italienne, pourrie jusqu’à la mœlle, manipulatrice et puissante, ce qui permet également de resituer l’histoire dans son contexte historique. Matthieu, croyant Algonde et Elora mortes, s’est engagé auprès de Villon et de sa troupe de voleurs et pillards de grands chemins. Nous vivons quelques temps auprès de cette petite communauté et recroisons la route de la petite Fanette qui a bien changé ! Algonde est toujours enfermée dans sa grotte en compagnie de Constantin et de Présine, ect…

Vous l’aurez compris, j’ai adoré retrouver tous ces personnages ! De nouveaux viennent se greffer à l’histoire et les éléments de la Prophétie se mettent lentement en marche. Le dénouement est proche ! J’ai hâte de savoir comment tout cela va finir (pas parce que je n’aime pas, bien au contraire ! Je veux savoir ce qu’il adviendra de mes personnages préférés et d’ailleurs dans ce tome, il y en a très peu auxquels j’ai eu du mal à m’attacher : ils font donc quasiment tous partie de mes personnages préférés, même si certains sont plus en retrait. Loin d’être un défaut, je trouve cela très bien : cela permet d’en développer d’autres, jusqu’ici moins présents, comme Fanette, Matthieu ou de nouveaux personnages comme Celma, Petit Pierre, Jean, Bertille, Khalil…). Vivement le tome 2 !

Le Chant des sorcières tome 3 de Mireille CALMEL

Genre : roman historique

 

Tomes précédents :

Le Chant des sorcières tome 1

Le Chant des sorcières tome 2

 

Quatrième de couverture :

Le temps est loin où, chambrière à la cour, Algonde pouvait compter sur ses puissants alliés. Si le baron Jacques l’a bien assurée de son aide et Philippine, sa fille, de son éternelle amitié, la menace plane toujours sur son enfant, Elora, la fillette aux pouvoirs fabuleux, l’instrument de la prophétie…

Prophétie dont l’accomplissement semble imminent. Les Hautes Terres entrouvrent déjà leurs portes : qui de l’ignoble Marthe, de la trouble Mélusine ou de Mounia l’Egyptienne en franchira le seuil la première ? Les nuages s’amoncellent sur les amours du prince Djem, d’Enguerrand, d’Algonde elle-même. Leur destin est-il si grand qu’il ne peut laisser place au bonheur ? De l’issue de la lutte dépend plus que leurs vies…

 

Ce que j'en ai pensé :

J’aime toujours autant, même si j’ai eu un peu (beaucoup) de mal à le lire jusqu’au premier tiers. Je ne pense pas que cela vienne de l’histoire en elle-même mais de moi. En ce moment, j’ai envie de tel livre, j’en lis quelques pages puis je n’en n’ai plus envie, je passe à un autre et ainsi de suite… De plus, souvent avec les sagas sur plusieurs tomes, j’ai un temps de latence pendant lequel il me faut me replonger dans l’histoire, me remettre dans le bain. Ma tâche n’a pas été facilitée car dans ce troisième tome, au début, on passe très rapidement d’un personnage à un autre, il faut donc ressortir d’une « histoire » pour entrer dans une autre. Même si ce découpage se justifie pleinement (cela donne plus l’impression que les destins de chacun sont liés), ça m’a gênée.

Pour ce qui est de l’histoire, certains éléments de la prophétie trouvent ici leur conclusion, les manigances des uns sont déjouées par les autres avec l’aide de personnages jusqu’ici peu présents mais tout aussi charismatiques que les autres. L’amour et la tristesse sont les émotions dominantes de ce tome. La fin laisse clairement deviner qu’il y aura une suite et n’en ai pas vraiment une. Elle ouvre sur une autre saga (La Reine de lumière et le premier tome : Elora). J’ai hâte de lire la suite d’autant que l’on devrait y suivre Elora, personnage au haut potentiel, par ses pouvoirs très développés…

Le fait de mêler la légende des Hautes Terres et la mythologie égyptienne (avec le personnage de Mounia que j’aime encore plus suite à la lecture de ce 3ème tome) ne me paraissait pas nécessaire. Pour moi, c’est de la surenchère. J’aurai préféré qu’on s’en tienne à la première m’enfin, j’attends la suite pour voir comment l’auteur va relier les deux…

 

Il s'agit d'une lecture commune avec Mariiine.

Le Chant des sorcières tome 2 de Mireille CALMEL

Genre : roman historique

 

ATTENTION RISQUE DE SPOILER PAR RAPPORT AU TOME 1 QUE VOUS POUVEZ RETROUVER ICI

 

Quatrième de couverture :

Jour après jour, nuit après nuit, la prophétie s'accomplit. Si Mélusine a pu tromper la jeune Algonde, ce n'est plus le cas aujourd'hui. Chambrière à la cour, auprès de Philippine de Sassenage, l'ancienne paysanne ne s'en laisse plus conter. Elle a l'oreille de sa maîtresse et fait grande impression devant les courtisans. Certes, l'ignoble Marthe persiste à comploter à sa perte et ses yeux sont partout : Algonde n'en a cure qui puise, au plus profond de son ventre, le courage et la certitude de vaincre. Son enfant, c'est écrit, aura raison des forces maléfiques qui convoitent les Hautes Terres.

Ainsi les fées en ont-elles décidé. Privée de Mathieu, son malheureux amour, Algonde souffre pourtant. Il lui faudra plus d'habileté, plus de magie que jamais, pour triompher des ombres et étouffer le chant des sorcières...

 

Ce que j'en ai pensé :

Après un premier tome riche en enseignement sur Mélusine et le monde des fées, ce deuxième tome se déroule essentiellement à la cour de la Batie en Royans où l'on suit Algonde et Philippine dans leur quotidien riche de fêtes, de médisances et de libertinage. Les élèments de la prophétie se mettent lentement en place. Chaque jour, les pouvoirs d'Algonde croissent. Elle va également trouver une alliée précieuse. Sauront-elles faire pencher la balance et faire obstacle aux projets de Mélusine et de Marthe? On en n'apprend pas beaucoup plus sur la fée. Par contre, le secret des Hautes Terres commence à être dévoilé et des personnages jusque-là entraperçus vont prendre de l'importance et auront un rôle à jouer dans la prophétie. La fin ramène un peu d'espoir et je n'ai qu'une hâte : lire le tome 3! Même si j'ai un peu moins aimé ce deuxième tome (mais ne vous trompez pas : j'aime beaucoup quand même...), la plume de Mireille CALMEL m'a une fois encore charmée et je me suis laissée porter par l'histoire, accrochée aux pas d'Algonde, de Philippine, du prince Djem... Tous ont un petit quelque chose qui les rend attachants ou haïssables pour certains comme Philibert de Montoison mais une chose est sûre : je n'ai pas su rester indifférente. Même les personnages "secondaires" sont bien décrits. On a réellement l'impression de les côtoyer!

 

Il s'agissait d'une lecture commune avec Mariiine pour qui ce tome 2 fut encore meilleur que le premier. Marine, c'est quand tu veux pour le tome 3 (je crois d'ailleurs qu'il sort en poche début mai).

Le Chant des sorcières tome 1 de Mireille Calmel

Genre : roman historique

coeur_rouge.jpg Coup de coeur

Quatrième de couverture :

En 1483, dans le Vercors, la jeune Algonde, fille de l’intendante du château de Sassenage, échappe miraculeusement à la mort après être tombée dans un torrent. Sous le choc, elle confie avoir été sauvée par la fée à queue de serpent, Mélusine… Désormais, pour la fière Algonde, rien ne sera plus comme avant. Afin d’échapper à une redoutable prophétie, elle doit percer les secrets du château : quel mystère entoure la mort de la baronne ? Pourquoi la plus haute chambre du donjon est-elle condamnée ? (…) La jeune fille s’apprête à combattre des puissances aussi mystérieuses que maléfiques…

 

Mon avis :

J’ai A.D.O.R.E. C’est un véritable coup de cœur. J’aime toujours autant la plume de Mireille Calmel que j’ai découverte avec Le Bal des louves. Elle fait revivre l’époque et les personnages à merveille. On s’y croit réellement, grâce à la féodalité bien reconstituée, ses rapports dominant-dominé entre les maîtres et leurs vassaux, le langage de l’époque… De plus, ce roman n’est pas dénué d’une touche de fantastique, tout comme Le Bal des louves mais, ici, il est beaucoup plus présent. Les intrigues ne manquent pas non plus, qu’elles soient d’ordre politique, amoureux ou magique. Les personnages sont très attachants : Algonde, facétieuse, qui ne cesse de torturer le pauvre Matthieu, lui-même taquin et fou amoureux d’elle, Philippine, la fille du baron de Sassenage, Sidonie, le baron… Ils sont nombreux mais l’auteur prend le temps de nous les présenter, de nous les faire découvrir et aimer.

A la fin de ce premier tome, les événements se sont mis en marche, certaines intrigues ont été révélées et d’autres viennent s’ajouter.

Attention spoiler...
On se demande quels sont les desseins de Mélusine et l’on découvre que Marthe est à son service. Pourquoi ? Qui est la sorcière ? Quel rôle va-t-elle jouer dans la prophétie et son dénouement ? Mathieu et Algonde seront-ils à nouveau réunis ? Fin du spoiler

Je n’ai qu’une hâte : lire la suite !

Il s'agit d'une lecture commune avec Mariiine qui a également beaucoup aimé!

objectif-PAL.jpg

3/143