Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dent d'ours Tome 1 : Max de Yann et Alain HENRIET

Genre : BD

Série Dent d'ours :

1. Max

2. Hannah

 

Quatrième de couverture :

Silésie, dans les années trente. Trois enfants inséparables, Max, Werner et Hannah, partagent la même passion pour l’aviation. Mais au loin, l’écho du martellement de bottes et du sinistre fracas  de casques commence déjà à résonner ! Bientôt l’ouragan d’acier qui va ravager toute l’Europe va contraindre notre trio à devoir effectuer de terribles choix. Leur amitié pourra-t-elle y résister ?

 

Ce que j'en ai pensé :

Max, aviateur qui se bat aux côtés des Etats Unis pendant la Seconde Guerre Mondiale, d’origine polonais, remonte le cours de ses souvenirs et nous ramène avant le conflit, en Silésie, son pays natal, alors partagé entre les Polonais et les Allemands. Nous découvrons alors la situation particulière de cette région à travers ses yeux et son amitié avec Hannah et Werner, d’origine allemande et l’évolution de leur rapport. Lui étant juif, il se trouve peu à peu exclu de leur groupe, au gré de la prise de pouvoir des nazis. Eux sont contraints d’adhérer aux jeunesses hitlériennes et au parti pour pouvoir voler et exaucer leurs rêves. Pour eux, il ne s’agit que d’une formalité, d’un geste anodin afin d’aller au bout de leurs projets : devenir aviateurs. Mais Max sent bien le vent tourner et les liens se délitent donc progressivement, chacun prenant des voies différentes.

J’ai beaucoup aimé cet éclairage apporté sur cette région peu évoquée et au statut particulier, où Allemands et Polonais vivaient en bonne intelligence puis, voir les choses changer, de manière insidieuse, jusqu’aux horreurs que l’on sait. Je n’avais jamais entendu parler de la Silésie avant d’ouvrir cette BD et je trouve cet apport historique très intéressant et très bien complété par l’interview du scénariste (Yann) figurant en fin d’ouvrage. On voit également les personnages évoluer grâce aux flashbacks de Max, jusqu’au dénouement final qui n’est que le début de l’intrigue. En effet, ce premier tome ne sert qu’à présenter les trois amis et leur parcours respectif ainsi que le décor. Lorsqu’il se termine, l’histoire commence tout juste. J’aurais aimé en avoir plus. Pour ça, il me faudra lire la suite !

 

Un grand merci à Babélio et aux éditions Dupuis pour cette édition de Masse critique spéciale BD !