Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Objectif Pal de décembre : Neige de Maxence FERMINE

Genre : roman (?)

 

Lecture commune de décembre 2010 (forum Livraddict)

 

Quatrième de couverture :

Dans le Japon raffiné du XIXè siècle, le jeune Yuko a choisi sa voie : il sera poète, contre l’avis de son père. Soseki, l’ancien samouraï et vieux peintre aveugle, lui enseignera l’art du haïku. Entre les deux hommes plane l’image obsédante d’une femme disparue dans la neige…

 

Ce que j'en ai pensé :

Le style de l’auteur est épuré : il va l’essentiel. Il n’y a pas de superflu et pourtant, rien ne manque, tout est dit en peu de lignes. Une très belle langue, pleine de poésie. Moi qui n’y suis en principe pas du tout sensible, voire même carrément allergique, je me suis laissée happer par la plume de l’auteur. De très beaux passages sont à noter…

Le récit est découpé en trois parties aux chapitres très courts (2 pages maximum). Dans la première, le lecteur fait la connaissance de Yuko, jeune homme de 17 ans, qui a choisi d’emprunter une autre voie que celle suivie par son père ou les autres membres de sa famille. Il ne dévie jamais de sa route qui consiste à écrire des haïkus avec pour sujet principal la neige : celle-ci ne m’a jamais paru aussi belle qu’à travers les yeux de ce personnage. Son seul souci consiste à mettre des couleurs dans ses poèmes, ce qui l’amène à partir à la rencontre de Soseki, autre personnage touchant. Ainsi, dans la deuxième partie nous est contée la rencontre entre ce dernier et une belle Européenne au doux surnom de Neige.

 

La neige (ou Neige) est donc le fil conducteur du récit : c’est elle qui fait le lien entre chaque personnage, dans la troisième partie. Tout s’imbrique parfaitement et naturellement afin d’arriver au dénouement. Encore une fois, un moment plein de grâce. Le tout est très esthétique, notamment la découverte de la jeune femme dans la neige par Yuko qui, pourtant, est une découverte macabre, nous est rendue belle par l’auteur. La fin de Soseki m’a énormément touchée, de même que celle de Yuko !

A travers son récit, l’auteur envoie un message : celui d’apprendre à prendre son temps, à contempler le monde qui nous entoure, nous poser pendant quelques minutes et profiter des petits bonheurs que la vie nous offre…

Un récit tout en sensibilité, en pudeur et dont on ressort plus serein. Une vraie petite douceur qu’il ne faut pas bouder, d’autant qu’elle se lit aisément et rapidement. Vous l’aurez compris : j’ai été conquise…

 

Quelques citations :

«La neige est un poème. Un poème d’une blancheur éclatante. (…) Là où vivait Yuko, la neige était la poésie de l’hiver ».

 

« La poésie est avant tout la peinture, la chorégraphie, la musique et la calligraphie de l’âme. Un poème est un tableau, une danse, une musique et l’écriture de la beauté tout à la fois. Si tu désires devenir un maître, il te faudra posséder le don d’artiste absolu. Tes œuvres sont merveilleusement belles, dansantes, musicales, mais aussi blanches que de la neige. Il leur manque la couleur, la peinture. Tu n’es pas peintre, Yuko. C’est cela qui te fait défaut. Simplement cela. Et c’est pourquoi, si tu ne m’écoutes pas, ta poésie restera invisible aux yeux du monde ».

 

« En vérité, le poète, le vrai poète, possède l’art du funambule. Ecrire c’est avancer mot à mot sur un fil de beauté, le fil d’un poème, d’une œuvre, d’une histoire couchée sur un papier de soie. Ecrire c’est avancer pas à pas, page après page, sur le chemin du livre. Le plus difficile, ce n’est pas de s’élever du sol et de tenir en équilibre, aidé du balancier de sa plume, sur le fil du langage. Ce n’est pas non plus d’aller tout droit, en une ligne continue parfois entrecoupée de vertiges aussi furtifs que la chute d’une virgule, ou que l’obstacle d’un point. Non, le plus difficile, pour un poète, c’est de rester continuellement sur ce fil qu’est l’écriture, de vivre chaque heure de sa vie à hauteur du rêve, de ne jamais redescendre, ne serait-ce qu’un instant, de la corde de son imaginaire. En vérité, le plus difficile, c’est de devenir un funambule du verbe ».

 

objectif-PAL.jpg

Philippe D 06/01/2011 22:12



J'ai lu ce livre aujourd'hui en 40 min. J'ai aimé mais sans plus. C'est vrai que c'est un livre plein de poésie mais pas très prenant, je trouve. J'ai bien aimé le style.



Les lectures d'Alexielle 07/01/2011 14:00



Je pense que c'est justement le style qui fait tout son charme (même si j'ai bien aimé l'histoire aussi). En tout cas, il sort des sentiers battus au moins sur ce point-là et ça fait du bien,
aujourd'hui où les éditeurs nous pondent des livres qui se ressemblent tous, tout ça parce que ça fait du chiffre (je pense aux Twilight et compagnie)



antigone 26/12/2010 19:22



Bizarrement, j'étais restée froide avec ce titre . Tant mieux si c'est une bonne pioche de Pal pour toi !!



Les lectures d'Alexielle 27/12/2010 16:32



Dommage, Antigone mais bon, on est pas tous touché par les mêmes choses et c'est tant mieux



Frankie 25/12/2010 18:18



Un très beau livre qui m'a également beaucoup touchée.



Les lectures d'Alexielle 26/12/2010 11:34



Oui Frankie! Joyeuses fêtes



Laure 23/12/2010 13:47



J'ai passé un bon moment de lecture moi aussi.



Les lectures d'Alexielle 24/12/2010 13:49



 J'ai vu ton avis et tu me donnes envie de lire du Xinran ou du Murakami!!!!! Merci d'être passé, Laure et
bonnes fêtes !