Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

No et moi de Delphine de VIGAN

9782253124801_image.jpg

coeur_rouge.jpg

Genre : Roman

 

Quatrième de couverture :

Adolescente surdouée, Lou Bertignac rêve d’amour, observe les gens, collectionne les mots, multiplie les expériences domestiques et les théories fantaisistes.

Jusqu’au jour où elle rencontre No, une jeune fille à peine plus âgée qu’elle. No, ses vêtements sales, son visage fatigué, No dont la solitude et l’errance questionnent le monde. Pour la sauver, Lou se lance alors dans une expérience de grande envergure menée contre le destin. Mais nul n’est à l’abri…

 

Ce que j'en ai pensé :

Lou rencontre No à la gare d’Austerlitz, où elle aime venir observer les départs et les arrivées de parfaits inconnus, voir l’attente, l’impatience, l’émotion dans leurs yeux et dans leurs gestes, échapper pour quelques instants à son quotidien, à ce qui se passe chez elle, avec sa mère absente, retirée dans sa bulle ou dans le vide. Le lendemain, son professeur, Monsieur Marin, lui demande si elle a choisi son thème d’exposé. Spontanément, elle repense à No et annonce qu’elle étudiera le quotidien d’une jeune femme SDF. C’est ainsi que nous ferons plus ample connaissance avec No. Lou prendra conscience de son existence difficile, de la fatigue, du désespoir, de l’insécurité, des doutes de la jeune femme en même temps que nous. Une jolie façon d’ouvrir les yeux sur ceux que l’on ne regarde même plus, que l’on ignore ostensiblement et de se dire qu’il suffit de bien peu pour arriver là où ils sont : une perte d’emploi, un divorce, une fugue pour échapper à des parents indignes ou un mari violent… Et si nous nous retrouvions à leur place ?

Peu à peu, No et Lou nouent une réelle amitié, elles trouvent l’une en l’autre une confidente, une comparse de solitude car le quotidien de Lou n’est pas non plus de toute quiétude. On sent bien que son intelligence hors norme lui pèse. Ce qui pour nous apparait comme un don, elle le vit comme un handicap, une malédiction qui l’isole des jeunes de son âge (elle n’a que treize ans et est en classe de seconde) et qui ne la laisse jamais en paix. Les idées fusent dans son cerveau, à longueur de temps, sans répit. Cela se ressent dans l’écriture : les phrases sont souvent courtes ou contiennent une succession de verbes séparés par des virgules qui montrent ce déferlement, comme si nous étions dans sa tête : les pensées s’embrouillent, tout va très vite et elle n’a aucun contrôle là-dessus. Ainsi, elle est très mature mais cette maturité s’explique aussi par sa situation familiale. Et pourtant, elle reste une ado comme les autres, avec des problèmes d’ado et notamment ses premiers émois amoureux. Elle est très touchante et m’a souvent mis les larmes aux yeux ! Lucas est également craquant : son comportement change du tout au tout en sa compagnie. Il passe du rebelle qui envoie tout emballer au parfais gentleman, très protecteur avec sa Pépite ! Il vient compléter le duo formé avec No à merveille : lui aussi est hanté par la solitude, l’abandon de ses parents. Ensemble, ils vont se reconstruire un cocon, un foyer chaleureux et calfeutré (ça m’a paru significatif quand elles vont dans son appart, qu’ils ferment les fenêtres et se posent sur le canapé : un havre de paix et de bien-être). La vie de tous va être chamboulée par l’arrivée de No. Les parents de Lou n’y échappent pas, sa mère en est la meilleure preuve. Cela la fait sortir de sa léthargie, reprendre sa vie en main, continuer d’avancer malgré la douleur. Néanmoins, toute bonne chose à une fin et les démons de No vont la rattraper : l’expérience de la rue et surtout le rejet de sa mère à son égard l’ont irrémédiablement abîmée. Elle m’a fait de la peine et même si je la trouve moins attachante que Lou parce que plus distante, du moins au premier abord, sa douleur est palpable. Difficile de passer à une autre lecture après ça ! Les personnages créés par l’auteur sont toujours avec moi et j’ai du mal à les laisser partir. Ils paraissent tellement réels, tellement vrais ! D’ailleurs, j’ai pris mon temps pour lire, pour ne pas arriver à la fin, ne pas refermer la dernière page tout de suite !

 

logo p11

 

partage-lecture-logo

5/11

lasardine 19/05/2012 15:10


j'avais aussi beaucoup aimé!!!

Les lectures d'Alexielle 20/05/2012 12:03



Oui c'est vraiment émouvant et l'auteur a une belle plume !



zazy 17/05/2012 17:27


Belle chronique, mais je n'ai pas envie de lire ce livre

Les lectures d'Alexielle 17/05/2012 21:27



Dommage, Zazy ! C'est vraiment une lecture plaisante... Mais chaque livre son lecteur  


Merci !