Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes Premiers Poètes de Michel PIQUEMAL

9782745929716.jpg

Genre : Poésie

 

Quatrième de couverture :

La poésie est aussi nécessaire que le pain. Elle nourrit notre besoin d’émotion, d’enthousiasme, de plaisir. La poésie française a mille ans ; au cours des siècles, elle a pris mille visages, brassé mille images, joué de mille mots. Cette anthologie réunit les plus beaux poèmes de cette longue histoire. Mes premiers poètes, c’est la première rencontre avec la magie et la diversité de la poésie. Et on n’oublie jamais sa première fois…

 

Ce que j'en ai pensé :

L’auteur a regroupé ici des poèmes de tout mouvement littéraire (classicisme, lyrisme, surréalisme, symbolisme, etc…) et de toute époque, en commençant par les plus modernes, ceux du 20ème siècle jusqu’aux plus anciens, remontant au Moyen-Age.

J’ai longuement hésité avant d’acheter ce livre. Je ne suis pas spécialement réceptive à la poésie mais heureusement, ma curiosité m’a poussée vers cette lecture ! En fait, j’ai perdu le goût de la poésie à mon entrée au lycée, quand on vous apprend à décortiquer les vers, à extraire toute leur substance pour deviner les intentions cachées du poète, voir ce qu’il y a sous la surface. J’ai toujours trouvé cela stupide : il ne s’agit que d’une interprétation, comment être sûr du sens donné par l’auteur, à moins de l’avoir interrogé à ce sujet ? Ce qui me paraissait difficile pour ceux des siècles précédant le nôtre (^^). Du coup, la poésie était devenue quelque chose d’obscur, d’hermétique à mes yeux. Avec ce livre, j’ai retrouvé ce que j’aimais petite, dans la poésie : le goût des mots, la mélodie des rimes, la beauté des vers, sans pour autant essayer d’aller au-delà. Ce recueil a des accents de nostalgie, en me faisant redécouvrir des poésies apprises sur les bancs de l’école (Le Cancre de Prévert, la Complainte du petit cheval blanc de Paul Fort, Il pleure dans mon cœur de Verlaine…) mais il va bien au-delà. J’ai découvert des poètes qui m’étaient inconnus ou que je connaissais uniquement de nom. Même pour les plus connus, les textes choisis ne sont pas toujours les plus courants, ce qui permet d’ouvrir notre horizon. Une très bonne surprise donc, qui me donne envie de continuer sur ma lancée en lisant d’autres ouvrages du genre et qui surtout, met fin à une croyance que je m’étais forgée après mes mésaventures lycéennes : non, je ne suis pas allergique à la poésie !

 

Une poésie qui m’a particulièrement touchée :

 

Prière (poème écrit à la mort de la femme de l’auteur)

 

Nous sommes les oiseaux d’une île nouvelle

Tout est toujours à recommencer

Nous allons créer d’autres cris d’oiseaux

Tout est toujours à recommencer

Nous allons créer des fontaines

Et une eau propre

Et un ciel clair

Nous allons laver nos yeux de nos larmes

Aux chutes du fleuve avenir

Tout est toujours à recommencer

Nous allons escalader les désastres

Pour y planter la vie

Nous allons aller au sommet de cet

Everest de peine

A force de courir

A force de pâlir

A force de nous cogner aux murs de ce bas monde

Nous déboucherons dans les plaines de la sagesse

Et moi je te hisserai devant moi

Comme la proue d’un vaisseau

En pleine mer démontée

Tout est toujours à recommencer

Sur ma Pompéi enseveli

J’installerai un nouveau pays

 

Extrait de Chandeleur 75, Julos Beaucarne

 

logo p11