Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Objectif PAL de Mars : Les Hirondelles de Kaboul de Yasmina KHADRA

575545-gf.jpg

Genre : Roman

 

Quatrième de couverture :

Dans les ruines brûlantes de la cité millénaire de Kaboul, la mort rôde, un turban noir autour du crâne. Ici, une lapidation de femme, là un stade rempli pour des exécutions publiques. Les Talibans veillent. La joie et le rire sont devenus suspects. Atiq, le courageux moudjahid reconverti en geôlier, traîne sa peine. Toute fierté l'a quitté. Le goût de vivre a également abandonné Mohsen, qui rêvait de modernité. Son épouse Zunaira, avocate, plus belle que le ciel, est désormais condamnée à l'obscurité grillagée du tchadri. Alors Kaboul, que la folie guette, n'a plus d'autres histoires à offrir que des tragédies. Quel espoir est-il permis ? Le printemps des hirondelles semble bien loin encore...

 

Ce que j'en ai pensé :

Encore une fois, j'ai beaucoup aimé. L'auteur a vraiment un talent incroyable pour décrire les lieux et les émotions de ses personnages, suscitant ainsi de nombreux sentiments chez son lecteur. Il parle à notre cœur, nous fait ressentir avec nos tripes tous les événements ayant lieu dans son livre et l'on oublie pour un instant où l'on se trouve. Nous sommes alors à Kaboul, avec Atiq, le geôlier qui s'est construit une carapace tellement épaisse qu'il n'est plus que haine, colère et amertume, mais, une femme va réveiller son envie de vivre, son empathie, va le sortir de sa torpeur et de son état de demi-folie ; avec Mussarat, qui m'a énormément touchée : on sent vraiment son amour pour Atiq, malgré sa maladie qui la diminue et malgré la brutalité dont celui-ci fait preuve à son égard, elle lui reste dévouée ; avec Zunaira, la belle qui va sombrer pour une humiliation de trop infligée à sa dignité par les talibans. Elle a un fort caractère et souhaite conserver le peu de fierté qu'il lui reste :

« Je suis incapable de passer devant une horreur et de faire comme si de rien n'était. D'un autre côté, je refuse de porter le tchadri. De tous les bâts, il est le plus avilissant. Une tunique de Nessus ne causerait pas autant de dégâts à ma dignité que cet accoutrement funeste qui me chosifie en effaçant mon visage et en confisquant mon identité. (…) Avec ce voile maudit, je ne suis ni un être humain ni une bête, juste un affront ou une opprobre que l'on doit cacher telle une infirmité. (…) Ne me demande pas de renoncer à mon prénom, à mes traits, à la couleur de mes yeux et à la forme de mes lèvres pour une promenade à travers la misère et la désolation ; ne me demande pas d'être moins qu'une ombre, un froufrou anonyme lâché dans une galerie hostile. »

 

Impossible de ne pas s'attacher à eux, j'étais véritablement à leur côté, soucieuse de connaître leur sort et de voir comment ils allaient s'en sortir. La fin m'a serré la gorge, laissée sans voix et heureuse de vivre en France, où même si tout n'est pas rose tous les jours, notre sort en tant que femmes est mille fois plus enviable que celui de ces femmes-là.

Pour ce qui est du décor, on s'y croit réellement : la chaleur, l'étau autour de Kaboul, le désespoir et la tristesse des habitants, la violence banalisée par les exécutions publiques auxquelles tous assistent et laissent libre court à leur côté bestial et qui donnent l'impression d'assister au « spectacle », un peu comme les jeux du cirque à Rome, les femmes qui rasent les murs, vêtues de leur tchadri qui les fait paraître comme des fantômes, les déshumanise et la surveillance constante de vos moindres faits et gestes par les talibans : tout y est et rend l'ambiance pesante, suffocante, tendue.

« Au diable vauvert, une tornade déploie sa robe à falbalas dans la danse grand-guignolesque d'une sorcière en transe ; son hystérie ne parvient même pas à épousseter deux palmiers calcifiés dressés dans le ciel comme les bras d'un supplicié. Une chaleur caniculaire a résorbé les hypothétiques bouffées d'air que la nuit, dans la débâcle de sa retraite, avait omis d'emporter. Depuis la fin de la matinée, pas un rapace n'a rassemblé assez de motivation pour survoler ses proies. Les bergers qui d'habitude poussaient leurs maigres troupeaux jusqu'au pied des collines, ont disparu. A des lieues à la ronde, hormis les quelques sentinelles tapies dans leurs miradors rudimentaires, pas âme qui vive. Un silence mortel accompagne la déréliction à perte de vue. (...) »

Une vraie réussite !

 

Enfin, je tiens à le dire : j'aime les mots de Yasmina KHADRA, vraiment, sa plume est magnifique, intense et me transporte à chaque fois.

 

logo-yasmina 

Vous retrouverez les liens vers les billets des autres participants ici

objectif-PAL.jpg  

Du même auteur :

L'Attentat

antigone 30/03/2011 17:00



Ca, c'est une belle lecture, chouette !! Je n'arrive pas à me décider à lire cet auteur mais le défi de Pimprenelle commence à m'intriguer à force !! ;o)



Les lectures d'Alexielle 31/03/2011 11:31



Le défi de Pimprenelle est une très bonne occasion de découvrir des auteurs vers lesquels on irait pas forcèment : laisse-toi tenter, Antigone  En plus, c'est un très bon auteur : l'essayer c'est l'adopter



pom' 29/03/2011 19:13



c'est avec ce livre que j'ai découvert l'auteur, j'en garde un bon souvenir



Les lectures d'Alexielle 30/03/2011 11:48



Oui, un livre marquant même si j'ai une préférence pour L'Attentat : celui par lequel j'ai commencé ma découverte de l'auteur



lasardine 28/03/2011 22:40



Khadra est vraiment doué pour écrire des histoires marquantes!



Les lectures d'Alexielle 29/03/2011 12:26



Oh que oui!



pyrausta 28/03/2011 19:22



j'ai lu et critiqué pour Pimprenelle  A quoi revent les loups  qui m'a bien plu.je pense que d'autres devraient me plaire dont l'attentat



Les lectures d'Alexielle 29/03/2011 12:27



Je n'ai pas lu celui-ci mais j'ai vu ton avis...


L'Attentat est très bien!



pyrausta 28/03/2011 16:32



je pense continuer ma decouverte de cet auteur dont "les sirenes de Bagdad" ne m'avaient pas seduite



Les lectures d'Alexielle 28/03/2011 18:47



Oh dommage Pyrausta! Peut-être un autre titre : essaye L'Attentat : pour l'instant je n'ai vu que des avis positifs, avis que je partage totalement



Reveline 26/03/2011 14:50



Je regrette bien de ne pas avoir aimé autant que toi J'ai l'impression d'être restée un peu en dehors. Mais je suis
d'accord sur le fait que Khadra est un poéte ! Sa plume est très belle !



Les lectures d'Alexielle 28/03/2011 18:49



Ce n'était peut-être pas le bon moment (ou tout simplement le bon titre, celui qui TE convenait : on a pas tous les mêmes goûts et c'est tant mieux ) : ce sont des choses qui arrivent...



Syl. 26/03/2011 13:38



Bonjour, Ce livre me paraît trop dur. Je ne crois pas le lire un jour. Sinon, j'ai beaucoup aimé cette découverte.



Les lectures d'Alexielle 28/03/2011 18:53



Effectivement, il y a plus léger mais il reste assez pudique, si c'est ce qui te fait peur : l'horreur est plus suggérée que montrée et il s'agit plus d'introspection : on vibre réellement avec
les personnages, on partage leurs émotions et un bout de leur vie...


Le sujet n'est pas facile...



Choupynette 26/03/2011 09:25



Je n'ai lu de l'auteur que L'attentat, fantastique et terrible roman. J'ai Les agneaux de Dieu dans ma pal pour pousuivre la découverte avec Khadra.



Les lectures d'Alexielle 26/03/2011 10:56



Je ne connaissais pas Les Agneaux de Dieu. En tout cas je ne compte pas en rester là avec cet auteur