Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Mano Tome 1 : Montefiorino de THIRAULT et PAGLIARO

la-mano-bd-volume-1-simple-19716.jpg

Genre : BD

Série La Mano :

1. Montefiorino

A paraitre :

2. Bologne

3. Paris

 

Quatrième de couverture :

Sandro, Piero, Aristo, Raffaella et Dina sont unis comme les cinq doigts de la main. Ils vivent leurs meilleures années dans l'Italie des années 60. Pétris d'idéaux, ils fondent un groupe activiste : La Mano. Mais toute action a un prix. Sont-ils prêts à assumer tous leurs actes, surtout quand l'irréparable survient ?

 

Ce que j'en ai pensé :

Le narrateur n'est autre que Sandro, l'un des membres de La Mano qui compte leurs aventures quelques années plus tard. Il revient sur leurs débuts, sur la constitution de leur groupe activiste et leurs premières actions. C'est un personnage très attachant, qui est entré dans le groupe pour les beaux yeux de Raffaella plus que par conviction, contrairement à leurs camarades et notamment Aristo, le chef de la bande, que j'ai trouvé très irritant et que l'on voit basculer très vite dans l'action violente. Cette BD interroge : jusqu'où est-on capable d'aller par conviction ? La poursuite d'une juste cause justifie-t-elle l'emploi de moyens illégaux voire dangereux pour les autres, même si ceux-ci sont des pourritures finies ? Les dessins sont assez réussis à un détail près : dans les dernières pages, Sandro perd du poids et je trouve qu'il est alors très difficile de le distinguer d'Aristo, dont il est assez proche physiquement : peut-être qu'il aurait été préférable de mieux les différencier pour les rendre identifiables au premier coup d’œil...

A la fin de l'ouvrage, des photos et un topo reviennent sur la réalité de la montée des groupuscules activistes d'extrême-gauche dans les années 60, en Italie, ce qui permet d'encore plus ancrer l'histoire dans la réalité historique. D'ailleurs la fin est des plus intéressante et vient rejoindre en cela ma lecture précédente : les deux thèmes sont voisins. La coïncidence est troublante et m'a beaucoup amusée...

 

Merci à Babélio et aux éditions Dargaud pour cette édition spéciale de Masse critique autour de la BD : j'espère qu'il y en aura d'autres !