Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Indiana Teller Tome 4 : Lune d'hiver de Sophie AUDOUIN-MAMIKONIAN

Genre : Littérature jeunesse (fantasy)

Série Indiana Teller :

1. Lune de printemps

2. Lune d'été

3. Lune d'automne

4. Lune d'hiver

 

Quatrième de couverture :

« Dans sept jours, si tu ne m’as pas trouvée, je repartirais à jamais ». Retenue en otage par le clan Brandkel, la mère d’Indiana parvient à lui adresser ce message avant de disparaitre de nouveau dans l’espace-temps. Mais comment sauver quelqu’un d’aussi insaisissable ?

De plus, un nouvel ennemi fait son apparition, un ennemi qui a jeté un sort mortifère au Lykos Ranch, mettant en péril la vie de tous ceux qu’Indiana aime. Maniant la cruauté et la magie d’une main de maitre, cet adversaire s’apprête aussi à réveiller un pouvoir encore plus maléfique. Et même si Indiana peut rebrousser le temps, il réalisera bien vite que chaque seconde lui est comptée.

 

Ce que j'en ai pensé :

Mais qu’est-ce qu’Indiana a encore fait ? C’est la question que tout le monde se pose : Katerina, Annabel, Axel, Karl, Amber… quand, après que Tyler ait été enlevé mystérieusement de la forteresse des vampires dans laquelle il était enfermé, ils découvrent un cadavre et un piège sur les terres du Lykos Ranch. Un piège magique qui implique un sorcier, ce qui nous permet d’en savoir plus sur eux et sur le Conclave, terminant ainsi de dessiner la carte des créatures surnaturelles qui peuplent la série de Sophie Audouin-Mamakonian, très complète et ayant toutes leurs particularités et leur fonctionnement. Le schéma est encore une fois le même que pour les autres tomes : un gros méchant en veut à notre héros et menace de s’en prendre à ceux qu’il aime et au reste du monde, qu’il veut dominer. Indiana doit donc déjouer ses plans, en mettant à profit son intelligence et son sens politique affûté par ses années passées en compagnie de ses grands-parents et dont il sait jouer avec finesse et avec l’aide précieuse de ses amis, notamment la Sang-Vol et le semi devenu vampire, que j’ai pris plaisir à retrouver, peut-être même plus qu’Indy et Kat, surtout cette dernière qui m’a particulièrement agacée dans ce dernier tome, avec son manque de confiance et ses doutes quand les preuves de l’amour que lui porte son homme sont flagrantes. Encore une fois, elle choisit la fuite, ajoutant encore à ses problèmes quand Annabel et Axel, malgré les épreuves qu’ils traversent suite à la transformation de celui-ci, restent soudés, font front commun pour passer les obstacles. Ils sont beaucoup plus matures et agissent véritablement en adultes, contrairement à Katerina qui agit davantage en gamine. Bref, j’ai retrouvé ici ce qui m’avait déplu dans le premier tome : cette romance à la je t’aime – je t’aime plus qui se joue entre le couple-phare de la série et qui a le don de me mettre en rogne ! Même si, pour une fois, Indiana ne se laisse pas faire, laissant la belle bouder dans son coin au lieu de ramper à ses pieds, ce qui fait que finalement, elle est peu présente dans l’histoire. Tant mieux ! Autant jusqu’ici, je l’aimais bien, surtout dans le troisième tome où elle prenait une nouvelle dimension en devenant semie, autant là, elle est vraiment énervante ! Il est également question de la disparition de la mère du garçon et de politique interne à la meute, Karl ayant été blessé après avoir fait d’Indiana son héritier, ce qui les met tous en danger et promet des luttes intestines malvenues, surtout depuis la scission entre les meutes, qui a déjà affaibli l’autorité et le statut de la meute Teller. L’intrigue n’a donc rien de très originale non plus : on commence à s’y faire et j’avoue que je suis contente qu’il s’agisse du dernier tome car ça devient lassant, même si j’aime tout de même beaucoup cette série, je trouve qu’il est néanmoins grand temps qu’elle se termine. Toutes les questions que l’on se posait ont donc leurs réponses, notamment à propos de la mère d’Indiana, qui se révèle plus trouble qu’il n’y parait. Tout comme Mordred, le méchant du tome est plutôt charismatique et plus complexe qu’il n’y parait (mais n’a pas la même envergure que son prédécesseur). Bref, malgré quelques réserves (Katerina et une intrigue qui se répète), j’ai bien aimé et quitte Indiana, Annabel, Axel, Nanny, Seamus, Chuck… avec un petit pincement au cœur, tournant ainsi la dernière page d’une saga très entrainante, pleine d’actions, avec des personnages attachants et une mythologie qui m’a vraiment plu, quelques surprises aussi qui viennent pimenter une histoire mettant en scène un héros plutôt atypique par ses capacités de rebrousse-temps, fils de loup qui ne peut se transformer mais possède un fort pouvoir d’alpha, à l’humour ravageur, intelligent et maladroit en même temps et qui révèle ici son plein potentiel.

 

Princesse Sara Tome 2 : La Princesse déchue d'Audrey ALWETT (scénario), Nora MORETTI (dessins) et Claudia BOCCATO (couleurs)

Genre : BD

Série Princesse Sara :

1. Pour une mine de diamants

2. La Princesse déchue

3. Mystérieuses héritières

4. Une Petite Princesse !

5. Retour aux Indes

6. Bas les masques !

7. Le Retour de Lavinia

8. Meilleurs voeux de mariage

 

Quatrième de couverture :

Le père de Sara est mort sans lui laisser un sou. Dès lors, la petite princesse se retrouve réduite au statut de servante. Dans le pensionnat où sa fortune faisait l’admiration de tous, Sara doit se soumettre aux ordres de ses anciennes camarades. Les serviteurs sont quant à eux ravis de se venger sur elle des caprices de cette jeunesse dorée.

 

Une nouvelle vie commence pour Sara, loin des soieries indiennes et de l’élégance des automates…

 

Ce que j'en ai pensé :

La fin du premier tome nous laissait craindre le pire quant au sort de notre petite princesse et le début de celui-ci ne dément pas cette impression : Sara est donc contrainte d’endosser le rôle de servante, elle qui a été élevée dans le luxe, le confort et la sécurité d’un foyer autrefois aimant. Ma lecture s’est faite le cœur serré devant les coups, les humiliations  dont elle est victime de la part des serviteurs et de la cruelle et nauséabonde Miss Minchin. Néanmoins, celle-ci ne parvient pas à la briser totalement, Sara ayant des ressources insoupçonnées qu’elle puise tout d’abord dans son amitié pour Becky, qui partage son infortune, mais aussi dans ses anciennes camarades de classe qui ne lui tournent pas le dos comme la petite Lottie et Ermengarde, qui ne sait pas très bien comment l’aborder et lui montrer son soutien. Elle puise aussi dans cette force de caractère qui lui permet d’affronter toutes les épreuves et que cherche par tous les moyens à briser la directrice du pensionnat. Un second tome dur, plein d’émotions mais qui conserve tout de même une dose d’espoir grâce à l’optimisme forcené de Sara mais aussi grâce à cette famille aisée, avec ses nombreux enfants et la chaleur qui s’en dégage qui habite juste à côté et que l’on suit en parallèle, sachant bien qu’un jour leur destin finira par croiser celui de notre héroïne. On découvre également Lavinia sous un nouveau jour : la peste demeure bel et bien mais les auteures l’ont rendue moins méchante et impardonnable que dans mes souvenirs : certains événements lui apportent des circonstances atténuantes, qui, à défaut de l’excuser, amène une explication à son comportement et la rendent plus humaine, presque attachante – mais ça ne dure pas longtemps : fidèle à elle-même, chassez le naturel et il revient au galop !, elle ne loupe pas une occasion de s’en prendre à Sara.

Un second tome tout aussi bien sinon meilleur que le premier ! Je suis très contente de m’être laissée tenter par Galléane concernant cette série BD !

Kamisama Tome 1 : La Mélodie du vent de Keisuke KOTOBUKI

Genre : Manga jeunesse

Série Kamisama (série en 3 tomes) :

1. La Mélodie du vent

2. Les Contes de la colline

3. Au bout du chemin

 

Quatrième de couverture :

Comment la petite Lucie s’est-elle retrouvée dans le ventre d’un chat ? Depuis quand les animaux parlent-ils comme vous et moi ? Pourquoi faut-il toujours se méfier d’un chien facétieux ?

 

Bienvenue dans le monde merveilleux de Kamisama !

(…)

 

Ce que j'en ai pensé :

Ce qui frappe de prime abord, ce sont les images, entièrement en couleurs et qui s’étalent sur toute une page. Ce sont presque des tableaux, aux couleurs pastels, tendres, qui renvoient à l’enfance (1 page, 1 voire 2 tableaux maximum). Ce manga est découpé en trois historiettes qui ont toutes pour point commun un chat et une petite fille et qui se trouvent toutes à la limite entre le rêve et la réalité. La frontière n’est pas très bien définie, surtout dans la première, celle qui m’a le plus déconcertée, avec la petite Lucie qui suit un chien, qui lui fait découvrir l’endroit où elle vit sous une nouvelle perspective et qui rappelle étrangement l’histoire d’Alice au pays des merveilles avec ce chien donc en guise de lapin blanc (d’ailleurs, même les noms des deux héroïnes sont assez proches)… Elle me laisse perplexe… Je ne suis pas sûre d’avoir bien saisie la fin : que devient la petite fille ? Où est-elle à ce moment-là ? Ne s’agissait-il que d’un rêve ? Je n’y ai pas vu grand intérêt non plus… Juste cette atmosphère étrange que l’on retrouve dans chacune des histoires mais les deuxième et troisième m’ont paru plus intéressantes, surtout la dernière qui a su me toucher et m’a laissé la gorge nouée devant cette amitié qui lie Miyako et Shimashima. Chaque histoire est indépendante des autres (même si les deux dernières sont clairement liées par cette pierre bleue qui passe littéralement de l’une à l’autre et renvoie nos deux héroïnes au même endroit). Même si je les ai davantage appréciées que la première, le tout est plutôt désopilant. J’aurais aimé plus de liant entre elles et je me demande si la suite sera sur le même modèle, auquel cas elle se fera sans moi car ça manque d’approfondissement même si ça suscite aussi beaucoup de curiosité mais j’ai peur d’une succession d’épisodes avec uniquement un lien ténu entre eux, qui manquent clairement de contenu, de réponses aux questions que se posent le lecteur et même si l’auteur a su également aiguiser mon envie de lire la suite, justement à cause de cette troisième histoire qui semble devoir avoir une suite… ça reste tout de même un peu mince…

Barakamon Tome 2 de Satsuki YOSHINO

Genre : Manga (shonen)

Série en cours (13 tomes parus au Japon, 11 en France. Le 12è doit paraitre le 26 mai 2016)

Mon avis sur le tome 1

 

Quatrième de couverture :

A peine installé dans sa nouvelle résidence, Seishû tombe nez à nez avec la petite Naru, une gamine du village qui le prend en affection et ne tarde pas à lui présenter tous ses amis…

 

Au fur et à mesure des rencontres, le calligraphe retrouve peu à peu l’inspiration, seulement voilà : il ne finit que deuxième au concours suivant ! Complétement dépité, il recommence à broyer du noir. Heureusement, l’enthousiasme de Naru et les conseils avisés d’une ancienne du village vont lui permettre de repartir de l’avant…

 

Ce que j'en ai pensé :

Je l’ai lu il y a un bon moment maintenant… Heureusement, j’ai eu la bonne idée de prendre des notes car la chronique vient très tardivement…

J’ai trouvé ce deuxième tome un peu moins drôle que le premier. Pour être plus précise, l’humour se fait ici beaucoup plus « lourd », notamment avec le personnage de Tama, la fan de manga qui souhaite en faire son métier et qui, ayant assisté à un énième évanouissement du maître – dans les bras de Hiroshi – , se fait tout un film sur les relations pouvant exister entre les deux jeunes hommes. J’ai eu du mal à adhérer à son personnage d’otaku dérangée, qui plane un peu. Je l’ai trouvé très caricaturale et ridicule. On perd en subtilité niveau humour avec elle, à mon sens. A côté de cela, j’ai néanmoins retrouvé ce qui m’avait tant plu dans le premier : l’auteur instille des valeurs qui portent un véritable message tels l’effort qui paye, le fait d’aller au bout de ses capacités, de se donner à fond pour obtenir ce que l’on désire vraiment ou bien encore la solidarité, l’esprit d’équipe car c’est au contact des autres que l’on voit le héros évoluer, s’ouvrir. On y retrouve toute l’atmosphère d’un petit village où chacun est attentif aux autres sans qu’il soit besoin de verrouiller sa porte. Seishû a pris ses marques, semble beaucoup plus aimer la compagnie de Naru, Miwa, Hiroshi et toute la petite bande alors qu’il la subissait avant cela, il prend du plaisir à échanger avec eux, faire connaissance, aller à la rencontre des gens du village comme ce monsieur dont le terrain est envahi par les chats ou cette vieille épicière qui aime recevoir ses clients et à qui les enfants amènent tous les animaux blessés qu’ils trouvent. On voit qu’il éprouve beaucoup d’affection pour la tendre et attachante Naru, envers qui il se sent responsable, comme un grand frère ou un père, ce qui lui cause bien des tracas ^^. Bref, ce petit manga est un véritable bonheur, une bouffée d’air frais, un cocon dans lequel j’aime me blottir et que je suis contente d’avoir découvert ! J’ai hâte de lire la suite...

Rat a week Spring Edition : suivi

Me voilà inscrite pour un nouveau Rat organisé par Marjorie :

Le principe ?

L’ensemble du marathon s’étend du dimanche 3 mars 0h00 (dans la nuit de dimanche à lundi) jusqu’au dimanche 1er mai 0h00 (j’accepte les lectures de la nuit, pour les insomniaques).

 
Cela fait en tout 4 semaines. Vous participez la ou les semaines que vous voulez.

Vous donnez le nombre de pages que vous souhaitez lire pendant cette période, avec un minimum de 500 pages.

Vous pouvez choisir de faire entre 500 et 3000 sur le nombre de semaines que vous souhaitez. Ou bien jusqu’à 3000 par semaine.

 
Exemple :

Vous participez 2 semaines pour 3000 pages, ou vous participez 2 semaines pour 3000 pages par semaine, ce qui fait un total de 6000 pages.

Vous choisissez le nombre de pages, entre 500 et 3000 sur le nombre total de semaines que vous choisissez.
– 1 semaine pour 500 pages ou 1000 ou 2000 ou 3000 (ou plus mais est-ce que c’est possible ?😀 )
– 2 semaines pour 500, 1000, 2000 ou 3000 pages.
– 3 semaines pour 500, 1000, 2000 ou 3000 pages.
– 4 semaines pour 500, 1000, 2000 ou 3000 pages.

 
(Ce sont des nombres indicatifs, vous pouvez opter pour 750 ou 800 ou 1250 pages).

 

Les plus téméraires opteront pour les 4 semaines et 3000 pages par semaine. Ce qui fait 12 000 pages sur 4 semaines !!!

 
Vous allez devoir choisir une catégorie, comme lors du RAT Edition Winter, MAIS cette fois-ci, un défi sera obligatoire😀

 
Vous devez piocher un défi parmi la liste ci-après. Libre à vous d’en faire plusieurs, ou d’en rajouter qui ne figurent pas dans cette liste. Mais vous devez avoir absolument 1 défi qui y figure :

– Lire un livre d’au moins 500 pages
– Lire un livre dont la couverture comporte du vert
– Lire un livre laissé en cours de lecture
– Lire au moins 3 livres
– Lire au moins 5 livres
– Lire un livre en VO
– Commencer une série
– Lire une série entière
– Lire une histoire qui vous fait penser au printemps
– Lire un livre qui vous donne le sourire (même si c’est un thriller😀 )
– Lire au moins un thriller
– Lire au moins une BD
– lire un livre choisi par quelqu’un d’autre que vous
– lire seulement des livres de challenges
– lire seulement des livres de LC
– lire au moins un livre dont l’histoire se passe au 19ème siècle.

 
Choisissez bien votre défi, il peut valider une ou plusieurs catégories avec un seul livre😀

 
Côté catégories :
– Catégorie Gazouillis : je lis ce qui tombe de ma PAL dans l’ordre que ça me vient, le nombre de livres non fixé, la seule contrainte étant le nombre minimum de 500 pages et un défi
– Catégorie Pique-nique à la campagne : je sélectionne des livres en fonction d’une ou plusieurs thématiques que je me fixe pour la durée totale du marathon, et le nombre de pages que je me fixe
– Catégorie Randonnée : je choisis un nombre de livres à sortir de ma PAL mais sans thématique précise, avec le nombre de pages que je me fixe
– Catégorie Giboulées : je choisis des thématiques précises et un nombre de livres précis en plus des pages que je me fixe.

Quand vous choisissez plusieurs thématiques et des livres, vous pouvez vous contenter d’un livre par thématique.

 
Ce marathon est compatible avec vos autres Challenges. Vous pouvez choisir vos thématiques en fonction de vos challenges et autres LC.

Pour nous rejoindre, c'est par .

 

Je m'inscris donc pour la semaine du 11 au 17 avril 2016, dans un premier temps (j'en serai sûrement aussi la semaine d'après puisque je suis en vacances !!!!!!!), en catégorie gazouillis, pour un nombre de 500 pages avec deux défis obligatoires :

- lire un thriller (il s'agira de L'Innocence des bourreaux de Barbara ABEL que j'ai emprunté à la médiathèque)

- lire au moins une BD (j'en ai plusieurs dans ma Pal)

 

Semaine du 11 au 17 avril 2016 :

  • J'ai terminé Indiana Teller Tome 4 : Lune d'hiver de Sophie AUDOUIN-MAMIKONIAN (236 pages qui m'auront occupée quasiment toute la semaine !!!!).
  • Ensuite, j'ai lu Princesse Sara Tome 2 : La Princesse déchue de ALWETT, MORETTI et BOCCATO, ce qui me permet de réaliser mon défi BD (48 pages).
  • Enfin, dimanche, je n'ai eu le temps que de commencer màon thriller pour mon second défi : j'ai lu les 63 premières pages de l4innocence des bourreaux de Barbara ABEL.

 

Total : 347 pages lues / 500 : je rate donc de peu mon objectif et je repars pour une nouvelle semaine de RAT avec les mêmes défis, le premier consistera à terminer le thriller commencé la semaine dernière...

 

Semaine du 18 au 24 avril 2016 :