Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bilan de juillet 2015

Mois de vacances, je pensais lire davantage mais finalement, c'est plutôt l'inverse ^^ M'enfin, rien de dramatique, j'en profite pour faire autre chose, voir les amis, profiter de la famille, ...

Revenons donc aux livres et à ce bilan de juillet : 3 romans lus, 2 BD/ Manga et 1 album/ roman jeunesse. 6 au total, c'est plutôt pas mal. Les 3 derniers n'ont par contre pas été chroniqués ^^, l'occasion pour moi de vous en parler ici :

 Le Chant d'Achille de Madeline MILLER : une formidable épopée grecque à la rencontre de Patrocle, le narrateur, ami d'Achille et de ce dernier. On y découvre leur enfance et adolescence respectives avant le début de la guerre de Troie, de quoi nous les rendre plus attachants et vivants. De nombreux personnages sont également présents : Thétis, la déesse, mère d'Achille, Pélée, son père, Ulysse, Ménélas, Agamemnon, tous me sont apparus sous un jour différent... A conseiller à tous les férus de mythologie... et aux autres car c'est un très bon roman, d'une très grande force !

 

 Coal Creek d'Alex MILLER : départ pour la brousse et le bush australiens en compagnie de Bobby Blue, le héros, confronté à la venue d'étrangers à l'esprit étriqué, Esme et Daniel, qui vont chambouler tout son univers et celui de son ami d'enfance, le cruel Ben Tobin, qui cache sa sensibilité et un passé douloureux en compagnie d'un père violent sous ses dehors de gros dur. Une tragédie inexorable, que le lecteur attend et redoute en même temps, accompagné d'une écriture rétrospective sans fioriture, dépouillée et basique, à l'image du narrateur.

 

 Je peux très bien me passer de toi de Marie VAREILLE : changement de registre pour ce roman chick-litt frais et léger, qui m'a fait rire et pleurer en même temps, en compagnie de Constance, indécrottable romantique totalement déjantée et Chloé, la belle tombeuse, folle amoureuse de son ex, qui décident toutes deux de prendre leur vie en main, de changer les choses, en suivant des cours de séduction pour l'une ou en allant s'enterrer à la campagne pour, enfin, écrire le roman dont elle rêve depuis toujours, pour l'autre. 

 

 Le Manoir Croquignole Tome 1 : Coup de foudre à l'école de Mr Tan et Camille ROY : un livre jeunesse à la croisée des genres entre l'album, mélange d'illustrations, colorées, effrayantes, juste ce qu'il faut pour des enfants de 7/ 8 ans, et magnifiques surtout et de texte qui prend des apparences de BD parfois quand les dessins sont accompagnés de bulles et pourra plaire ainsi au plus grand nombre. L'histoire toute choupinette d'un manoir où l'on inculque aux petits monstres à devenir de parfaits méchants, où la désobéissance est récompensée, constituera un autre attrait pour nos chères têtes blondes mais rassurez-vous, chers parents, rien de bien méchant. Les personnages sont très attachants, notamment notre petit Garou et sa belle sirène, fraîchement débarquée dans ce monde de fous. C'est très mignon au final...

 

 The Heroic Legend of Arslan Tome 1 de Hiromu ARAKAWA et Yoshiki TANAKA : on reconnait au premier coup d'oeil le trait de l'auteur de Full Metal Alchemist, les deux personnages principaux présentant une ressemblance frappante. L'histoire est par contre bien différente, plus ancrée dans la réalité historique que son autre série. Elle se déroule au royaume de Parse, invaincu depuis des décennies, aux prises avec un  envahisseur étrange et inquiétant venu de Lusitania. Notre jeune héros n'a que 14 ans quand commence le récit et ne prend donc pas part à la première guerre, qui sert davantage à planter le décor et à nous mettre dans le contexte. C'est un jeune homme posé, droit et juste, qui parait bien frêle en comparaison de ses parents, froids et distants, que sont le roi Andragoras III, brute épaisse et la reine Tahaminé, beauté glaciale. Peu versé dans le maniement de l'épée, un peu empoté, il ne parait pas dénué d'une certaine intelligence. L'histoire démarre véritablement lors du second chapitre et nous fait entrer au coeur de l'action. Les scènes de guerre sont légion et très réalistes - et ce dès les toutes premières pages - , aussi âmes sensibles s'abstenir. On devine très vite l'issue de cette seconde bataille mais ce n'est pas le sujet du manga, juste une introduction plutôt réussie qui donne très envie de poursuivre. La fin nous laisse sur notre faim avec l'arrivée d'un nouveau personnage énigmatique, qui semble devoir prendre une grande importance dans la suite, Nasu, tout comme Daryun, l'un des généraux du roi, très attaché à Arslan, qui a promis à son oncle Valprèze de le protèger. On voit l'esquisse d'une "équipe" se former.

Je vous invite aussi à lire l'interview croisée de l'auteur du manga (Hiromu ARAKAWA) et de l'auteur du roman à l'origine de ce manga (Yoshiki TANAKA), on en apprend beaucoup sur sa conception mais aussi sur les séries précédentes de la mangaka, sa façon de travailler, leur collaboration qui semble très libre, soumise à peu de contraintes par l'auteur originel si ce n'est la suggestion de ce premier chapitre introductif et très respectueuse du travail l'un de l'autre. Elle est aussi très drôle, les auteurs (et leur interviewer) n'étant pas dénués d'humour. 

( et c'est là que je me rends compte que j'aurai finalement pu en faire un billet, moi qui bloquais sur cette chronique depuis presqu'un mois, j'ai finalement beaucoup de choses à en dire ^^)

 

 Holmes (1854/ 1891 ?) tome 2 : Les Liens du sang de CECIL et Luc BRUNSCHWIG : autant le premier tome de cette série avait été un coup de coeur, autant ce second m'a quelque peu déçue, surtout la première partie qui ne fait que reprendre mot pour mot me semble-t-il la deuxième partie du tome précédent. Le procédé narratif me laisse dubitative : quel intérêt ? Nous rappeler des faits déjà évoqués dans le tome 1 pour mieux les avoir en mémoire ? J'aurais tout aussi bien pu reprendre directement celui-ci. Ai-je loupé quelque chose ? Y a-t-il en fait des ajouts entre les deux, des différences minimes à décoder ? Je n'en ai pas vu mais la question me taraude méchamment... J'ai l'impression persistante d'être passée à côté de quelque chose. Est-ce l'effet voulu ? 

Heureusement, la seconde partie, totalement inédite, elle, a un peu sauvé l'ensemble. On y rencontre le père de Holmes, maintenant vieux et n'ayant visiblement plus toute sa tête. Il est gardé par une infirmière, véritable dragon, peu disposée à ce que Watson et sa femme logent chez les Holmes. Qu'essaye-t-elle de cacher, sous les ordres de la femme de Sieger semble-t-il ? Comme dans le premier tome, on va d'énigmes en énigmes, le mystère s'épaissant encore davantrage au lieu de s'éclairer. Les questions entraînent d'autres questions et les réponses ne semblent pas du tout honnêtes, pas fiables. Le doute et la suspicion montent encore, maintenant le suspense qui semble devoir durer jusqu'à la fin de cette série, ce qui serait une grande réussite !

 

Un bon mois donc niveau lecture, plutôt marqué par les romans, il faut dire aussi que c'est ce qui me fait le plus envie en ce moment. Rendez-vous fin août/ début septembre pour le bilan d'août ^^