Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C'est lundi, que lisez-vous ? (10)

BANNIR~1

 

Pas beaucoup de changements par rapport à la semaine dernière...

 

Qu'ai-je lu la semaine dernière ?

La Famille Vourdalak d'Alexis Tolstoï (toujours dans le recueil Les Dents de la nuit)

... et c'est tout !!!!!

 

Qu'est-ce que je lis actuellement ?

Le Temps des métamorphoses de Poppy ADAMS : je m'E.N.N.U.I.E ! ça sent l'abandon...

Tom Patate Tome 1 : La Société secrète des Granmanitous d'Emmanuelle MAISONNEUVE (texte) et François GOMES (illustrations)

Commencé également Spellman et associés de Lisa LUTZ

 

Voilà mon problème : j'entame tout plein de livres mais je ne finis rien, en ce moment

 

Que lirai-je ensuite ?

Fablehaven Tome 2 : La Société de l'étoile du soir de Brandon MULL

 

Les billets des autres participants chez Galléane...

Dix Petits Nègres d'Agatha CHRISTIE

dix.jpg

Genre : policier

 

Quatrième de couverture :

En a-t-on parlé de l’île du Nègre ! Elle avait, selon certains, été achetée par une star de Hollywood. Des journaux avaient insinué que l’Amirauté britannique s’y livrait à des expériences ultrasecrètes. Bref, quand ils reçurent – sans savoir de qui – cette invitation à passer des vacances à l’île du Nègre, tous les dix accoururent.

 

Ce que j'en ai pensé :

Qui est ce O’Nyme qui les a conviés sur l’île du Nègre ? Et surtout, que leur veut-il ? Pas que du bien, semble-t-il… A peine arrivés, les ennuis commencent. Le piège se referme doucement sur nos dix personnages, tous différents les uns des autres mais pas aussi innocents qu’ils veulent bien le faire croire. Agatha Christie met en place sa machination infernale, un huis-clos angoissant et prenant. La paranoïa monte lentement au sein de ce groupe d’individus et on se demande comment et s’ils vont s’en sortir. La fin est grandiose ! Impossible de démêler les fils de cette intrigue, même si j’ai trouvé toutefois que les personnages mettaient du temps à faire le lien avec la comptine, alors qu’il m’a tout de suite sauté aux yeux mais c’est peut-être l’habitude de livre des romans policiers et de voir des séries policières…

polar

6 / 20

C'est lundi, que lisez-vous ? (9)

BANNIR~1

Qu'ai-je lu la semaine dernière ?

Allumer le chat de Barbara CONSTANTINE

La Dame pâle d'Alexandre DUMAS

Les Dix Petits Nègres d'Agatha CHRISTIE (en fait, je l'ai terminé très tôt ce matin  Heureusement que je ne travaille pas aujourd'hui)

 

Qu'est-ce que je lis actuellement ?

Le Temps des métamorphoses de Poppy ADAMS

 

Que lirai-je ensuite ?

Spellman et associés de Lisa LUTZ (enfin ! j'y arrive tout doucement )

Tom Patate Tome 1 : La Société secrète des Granmanitous de Emmanuelle MAISONNEUVE (texte) et François GOMES (illustrations)

Fablehaven Tome 2 : La Menace de l'Etoile du soir de Brandon MULL

 

Allons voir chez Galléane ce que les autres participants à ce rendez-vous hebdomadaire lisent...

Allumer le chat de Barbara CONSTANTINE

mod_article5414872_1.jpg

Genre : Roman

 

Quatrième de couverture :

Bastos, le chat philosophe et pédant, parvient à échapper au fusil de Raymond. N’empêche qu’il le nargue, ce chat ! Et il faut encore s’occuper du môme, un peu nul en foot, qui n’a rien trouvé de mieux que de choper de l’eczéma sur le visage… Sans compter son imbécile de père qui se fait encastrer par un cerf de deux cents kilos. Il y a franchement de quoi devenir allumé dans cette famille !

 

Mon avis :

Bienvenue dans le monde fantaisiste et terriblement émouvant de Barbara Constantine ! Dès les premières pages, nous faisons connaissance de Mine et Raymond, couple de petits vieux qui s’aiment comme au premier jour et qui vont s’occuper de leur petit-fils, Rémi, 5 ans, le temps pour Raymond de soigner son eczéma et l’occasion pour eux de revoir leur fille, Josette, avec qui ils avaient coupé les ponts depuis son mariage avec Martial. Je me suis tout de suite attachée à eux : Raymond avec son côté bourru mais le cœur tendre, comme une guimauve et Mine et sa bonne humeur communicative, Rémi, petit bout de chou timide qui va s’épanouir aux contacts de ses grands-parents et recevoir l’amour que sa mère, Josette est incapable de lui donner. Et pourtant, impossible d’en vouloir à cette dernière, une cabossée de la vie, comme tous les personnages qui vont venir se greffer au fur et à mesure de l’histoire à ce noyau dur. Cette façon de faire m’a déplu au départ : j’étais trop bien en compagnie de Mine, Raymond et Rémi, je n’avais pas envie d’aller voir ailleurs mais finalement, je me suis laissée attendrir par Geneviève, Martine, Jacques, Farid, Momo, Arnaud, Pierrot, Edith, Roberte, etc.… Les destins de chacun sont étroitement liés, ils vont s’entrecroiser, s’entraider, s’apporter les uns les autres. Tous ont une cassure, une fêlure au fond du cœur sur laquelle un autre va passer du baume et ils vont pouvoir reprendre leur chemin, forts de leur amour et de leur amitié les uns envers les autres. Impossible de ne pas fondre. D’ailleurs, les larmes me sont venues aux yeux plus d’une fois (surtout quand il s’agit de Rémi, j’avoue). Alors oui, certaines situations ne sont pas crédibles mais la lectrice que je suis s’en moque éperdument ! L’auteur a su toucher la corde sensible, en venant mettre son petit grain de folie en plus et le résultat est là ! Le langage est essentiellement oral, à la Audiard, ce qui n’est pas dérangeant en soi. J’ai eu plus de mal avec certaines vulgarités mais ça n’a duré qu’un temps : j’étais tellement dans l’histoire que j’ai fini par ne plus y prêter attention.

 

logo p11

 

partage-lecture-logo

C'est lundi, que lisez-vous ? (8)

BANNIR~1

Qu'ai-je lu la semaine dernière ?

L'Agence Pinkerton Tome 1 : Le Châtiment des hommes-tonnerres de Michel HONAKER

La Morte amoureuse de Théophile GAUTHIER (contenu dans le receuil Les Dents de la nuit : petite anthologie vampirique de Sarah COHEN-SCALI)

 

Qu'est-ce que je lis actuellement ?

Allumer le chat de Barbara CONSTANTINE

Les Dents de la nuit de Sarah COHEN SCALI

 

Que vais-je lire ensuite ?

Le Temps des métamorphoses de Poppy ADAMS

Dix petits nègres d'Agatha CHRISTIE

Spellman et associés de Lisa LUTZ

 

Les billets des autres participants sont chez Galléane...

L'Agence Pinkerton Tome 1 : Le Châtiment des hommes-tonnerres de Michel HONAKER

510W9DKDq9L__SL160_.jpg

Genre : Littérature jeunesse

Série L'Agence Pinkerton :

1. Le Châtiment des hommes-tonnerres

2. Le Rituel de l'ogre rouge

 

Quatrième de couverture :

"L'Agence Pinkerton embauche des détectives. URGENT. Entretien ce jour à midi au restaurant Chez Rouillard, à Salt Lake City."

Neil Galore est recruté par la première agence fédérale américaine et est chargé de mettre sous les verrous un voleur qui opère sur le Transcontinental. Une affaire, plus mystérieuse qu'il n'y paraît, qui va chambouler son existence et le conduire à tout sacrifier pour devenir un véritable Pinkerton.

 

Ce que j'en ai pensé :

En ouvrant ce livre, je m’attendais à un western. Or, ce n’est pas uniquement cela : il s’agit plus d’un western fantastique, cette deuxième dimension représentant une part non négligeable du récit, ce qui m’a surprise… et un peu déçue. Pas que je ne sois pas habituée à lire ce genre littéraire mais justement, j’avais envie d’autre chose. En relisant la quatrième de couverture, je me dis que je n’ai pas été assez attentive car il est tout de même fait mention d’une « affaire plus mystérieuse qu’il n’y parait »… ça m’apprendra !

 

Pour en revenir au livre, Neil Galore est un joueur invétéré, un filou qui a appris très jeune à se débrouiller par lui-même, en mettant notamment son intelligence à profit ! Un jour, il se retrouve à cours d’argent, la chance ayant tourné. Il voit alors une annonce de l’Agence Pinkerton et se rend à l’entretien. Je ne spoile rien en disant qu’il sera embauché, on s’en doutait ^^ Lui et ses trois collègues, Angus, Elly et Armando, ont pour mission de mettre fin aux agissements du Chapardeur, un voleur qui officie sur les lignes du Transcontinental. C’est le début d’une folle aventure…

Les personnages sont attachants : Neil prend très vite la tête de l’équipe de bras cassés nouvellement constituée. Tous ont un passé plus ou moins douteux et le lecteur se demande alors pourquoi Clay Harper les a fait entrer dans l’agence, laquelle lutte contre le crime. On sent bien qu’il y a anguille sous roche et nos amis ne tarderont pas à le découvrir eux aussi… D’ailleurs, les méthodes de l’agence sont très contestables : peu importe les moyens employés pour parvenir aux objectifs fixés, seul le résultat compte. On en apprend le fonctionnement au fur et à mesure du récit et une fois parvenu à la fin, des questions et des mystères demeurent quant à sa véritable utilité…. Autant dire que je ne fais pas du tout confiance à l’homme à la tête de celle-ci, j’ai nommé Allan Pinkerton. L’intrigue ne manque pas d’action, néanmoins les ficelles utilisées sont parfois un peu trop énormes et prévisibles, même si le suspense quant à l’identité du Chapardeur est lui très bien gardé, jusqu’à la fin… Le tout est très agréable et prenant. Mention spéciale à l’écriture de Michel Honaker, soignée. Le langage est plutôt soutenu et la lecture n’en est pas moins fluide, ce qui change un peu de la simplicité des œuvres de littérature jeunesse actuelle…

C'est lundi, que lisez-vous ? (7)

BANNIR~1

Qu'ai-je lu la semaine dernière ?

La Révolte des accents d'Erik ORSENNA

Mes Premiers Poètes de Michel PIQUEMAL

 

Qu'est-ce que je lis actuellement ?

Commencé L'Agence Pinkerton tome 1 : Le Châtiment des hommes-tonnerres de Michel HONAKER (mais je ne sais pas si j'aurais le temps de le finir. Je dois le rendre... demain )

 

Quelle sera ma prochaine lecture ?

Allumer le chat de Barbara CONSTANTINE

Le Temps des métamorphoses de Poppy ADAMS

Spellman et associés de Lisa LUTZ

 

Pas beaucoup de changement par rapport à la semaine passée, rythme de lecture toujours au ralenti...

Bonne semaine et bonne lecture à tous !

Mes Premiers Poètes de Michel PIQUEMAL

9782745929716.jpg

Genre : Poésie

 

Quatrième de couverture :

La poésie est aussi nécessaire que le pain. Elle nourrit notre besoin d’émotion, d’enthousiasme, de plaisir. La poésie française a mille ans ; au cours des siècles, elle a pris mille visages, brassé mille images, joué de mille mots. Cette anthologie réunit les plus beaux poèmes de cette longue histoire. Mes premiers poètes, c’est la première rencontre avec la magie et la diversité de la poésie. Et on n’oublie jamais sa première fois…

 

Ce que j'en ai pensé :

L’auteur a regroupé ici des poèmes de tout mouvement littéraire (classicisme, lyrisme, surréalisme, symbolisme, etc…) et de toute époque, en commençant par les plus modernes, ceux du 20ème siècle jusqu’aux plus anciens, remontant au Moyen-Age.

J’ai longuement hésité avant d’acheter ce livre. Je ne suis pas spécialement réceptive à la poésie mais heureusement, ma curiosité m’a poussée vers cette lecture ! En fait, j’ai perdu le goût de la poésie à mon entrée au lycée, quand on vous apprend à décortiquer les vers, à extraire toute leur substance pour deviner les intentions cachées du poète, voir ce qu’il y a sous la surface. J’ai toujours trouvé cela stupide : il ne s’agit que d’une interprétation, comment être sûr du sens donné par l’auteur, à moins de l’avoir interrogé à ce sujet ? Ce qui me paraissait difficile pour ceux des siècles précédant le nôtre (^^). Du coup, la poésie était devenue quelque chose d’obscur, d’hermétique à mes yeux. Avec ce livre, j’ai retrouvé ce que j’aimais petite, dans la poésie : le goût des mots, la mélodie des rimes, la beauté des vers, sans pour autant essayer d’aller au-delà. Ce recueil a des accents de nostalgie, en me faisant redécouvrir des poésies apprises sur les bancs de l’école (Le Cancre de Prévert, la Complainte du petit cheval blanc de Paul Fort, Il pleure dans mon cœur de Verlaine…) mais il va bien au-delà. J’ai découvert des poètes qui m’étaient inconnus ou que je connaissais uniquement de nom. Même pour les plus connus, les textes choisis ne sont pas toujours les plus courants, ce qui permet d’ouvrir notre horizon. Une très bonne surprise donc, qui me donne envie de continuer sur ma lancée en lisant d’autres ouvrages du genre et qui surtout, met fin à une croyance que je m’étais forgée après mes mésaventures lycéennes : non, je ne suis pas allergique à la poésie !

 

Une poésie qui m’a particulièrement touchée :

 

Prière (poème écrit à la mort de la femme de l’auteur)

 

Nous sommes les oiseaux d’une île nouvelle

Tout est toujours à recommencer

Nous allons créer d’autres cris d’oiseaux

Tout est toujours à recommencer

Nous allons créer des fontaines

Et une eau propre

Et un ciel clair

Nous allons laver nos yeux de nos larmes

Aux chutes du fleuve avenir

Tout est toujours à recommencer

Nous allons escalader les désastres

Pour y planter la vie

Nous allons aller au sommet de cet

Everest de peine

A force de courir

A force de pâlir

A force de nous cogner aux murs de ce bas monde

Nous déboucherons dans les plaines de la sagesse

Et moi je te hisserai devant moi

Comme la proue d’un vaisseau

En pleine mer démontée

Tout est toujours à recommencer

Sur ma Pompéi enseveli

J’installerai un nouveau pays

 

Extrait de Chandeleur 75, Julos Beaucarne

 

logo p11

La Révolte des accents d'Erik ORSENNA

9782234057890.jpg

Genre : Roman

Série :

1. La Grammaire est une chanson douce

2. Les Chevaliers du subjonctif

3. La Révolte des accents

4. Et si on dansait ?

 

Quatrième de couverture :

Depuis quelques temps, les accents grognaient. Ils se sentaient mal aimés, dédaignés, méprisés. A l’école, les enfants ne les utilisaient presque plus. Chaque fois que je croisais un accent dans la rue, un aigu, un grave, un circonflexe, il me menaçait.

- Notre patience a des limites, grondait-il. Un jour, nous ferons la grève. Attention, notre nature n’est pas si douce qu’il y paraît. Nous pouvons causer de grands désordres.

Je ne prenais pas les accents au sérieux. J’avais tort.

 

Ce que j'en ai pensé :

Il s’agit du troisième volet des aventures de Jeanne. Trouvé en occasion, je l’ai acheté et l’ai aussitôt commencé, sans avoir lu le deuxième au préalable mais rien de dérangeant là-dedans, les deux peuvent se lire indépendamment l’un de l’autre. Jeanne se trouve un emploi d’été dans un phare, au côté du capitaine Fernando Juvénal, vieux briscard de la mer aux yeux aujourd’hui fatigués. Une nuit, des comédiens débarquent dans une jonque. Ils donnent une représentation de Roméo et Juliette et au matin, lorsqu’ils sont partis, les habitants se réveillent et s’aperçoivent que les épices et les accents ont disparu. Commence alors un formidable voyage pour Jeanne, à la recherche des épices et des accents perdus…

L’histoire peine à démarrer, il faut attendre le départ de Jeanne pour l’Inde, au milieu du livre, pour qu’elle commence véritablement. L’ensemble m’a paru assez décousu, ça part dans tous les sens, entre les réflexions sur la mondialisation de l’auteur, l’histoire de l’amitié entre les marchands d’épice et les comédiens, etc… mais finalement, la grammaire est ici reléguée au second plan. Je pensais, tout comme dans La grammaire est une chanson douce, avoir une explication sur l’utilisation de chaque accent (aigu, grave, circonflexe, l’accent sur le à ou le où…) amenée de manière ludique et logique, qui s’intégrerait pleinement dans le cours de l’histoire mais ce n’est pas le cas. Les accents sont plus un prétexte à l’histoire et rien de plus. L’auteur nous en apprend un peu sur leur naissance, sur certains accents étrangers mais ce n’est pas vraiment ce à quoi je m’attendais. Je suis un peu déçue par rapport au premier volet des aventures de Jeanne que j’avais adoré. La magie n’a pas opéré cette fois-ci… Bien sûr, j’ai retrouvé la plume de l’auteur et certaines phrases sont particulièrement belles mais là encore, ce n’est rien comparé à la poésie du premier. J’ai aimé retrouver Jeanne et son frère, leur relation m’amuse beaucoup et c’est ce qui m’a fait tenir jusqu’à la fin. Le livre est accompagné d’illustrations de Montse Bernal (allez dans "Sélectionne un illustrateur"/ Montse Bernal, vous pourrez voir toutes les iluustrations du livre ainsi que d'autres créations de l'artiste) à couper le souffle !

20080826220932704.jpg

J’ai tout de même envie de lire Les Chevaliers du subjonctif et Et si on dansait ? mais du coup, ce ne sera pas une priorité…

logo p11