Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Il ajamais tué personne mon papa de Jean-Louis FOURNIER

il-a-jamais-tue-personne-mon-papa_jean-louis-fournier_09040.jpg

Genre : récit autobiographique

 

Quatrième de couverture :

Il était docteur le papa de Jean-Louis Fournier. Un drôle de docteur qui s'habillait comme un clochard, faisait ses visites en pantoufles et bien souvent ne demandait pas d'argent. Ses patients lui offraient un verre. Il n'était pas méchant, seulement un peu fou quand il avait bu ; il disait alors qu'il allait tuer sa femme. Un jour, il est mort : il avait quarante-trois ans. Longtemps après, son fils se souvient (…).

 

Ce que j'en ai pensé :

Le livre se compose de courts chapitres qui relatent chacun une anecdote à propos de ce papa un peu particulier. Cela donne l'impression de feuilleter un album photo d'une personne que l'on connaît peu ou pas et qui se souviendrait de moments de son enfance, comme des instantanés, des flashs qui lui reviennent de manière un peu décousue, au fil de ses pensées. Le ton enfantin dont le titre « Il a jamais tué personne mon papa » est caractéristique et l'humour noir de l'auteur met une certaine distance avec son lecteur, comme s'il souhaitait se détacher du récit qu'il nous fait.

Plus que des images, il m'en restera des émotions, des sentiments dont l'amour et l'admiration du petit garçon envers son papa, l'espoir de le voir changer, les regrets quand il prend conscience que cela n'arrivera jamais, le bonheur lorsque ce papa lui manifeste la moindre marque d'intérêt, la peur quand il rentre « fatigué » ou « très fatigué » (jamais il ne dit ivre ou ivre mort ou soûl... comme s'il fallait taire cette réalité) et qu'il se comporte de manière étrange, l'incompréhension parfois aussi, etc...

Ce qui m'a le plus touchée c'est finalement la note de l'auteur en fin d'ouvrage :

« Mon père est mort à quarante-trois ans, j'avais quinze ans. Aujourd'hui, je suis plus vieux que lui.

Je regrette de ne pas l'avoir mieux connu.

Je ne lui en veux pas.

Maintenant j'ai grandi, je sais que c'est difficile de vivre, et qu'il ne faut pas trop en vouloir à certains, plus fragiles, d'utiliser des « mauvais » moyens pour rendre supportable leur insupportable ».

Il ne se cache plus derrière le petit garçon qu'il a été ni derrière son humour grinçant et tombe enfin le masque...

 

logo-fournier.jpg

Les billets des autres participants sont recensés chez Pimprenelle

Le Serment des limbes de Jean-Christophe GRANGE

limbe.jpg

Genre : Policier/ Thriller

 

Quatrième de couverture :
Quand Mathieu Durey, flic à la brigade criminelle de Paris apprend que Luc, son meilleur ami, flic lui aussi, a tenté de se suicider, il n'a de cesse de comprendre ce geste. Il découvre que Luc travaillait en secret sur une série de meurtres aux quatre coins de l'Europe dont les auteurs orchestrent la décomposition des corps des victimes et s'appuient sur la symbolique satanique. Les meurtriers ont un point en commun : ils ont tous, des années plus tôt, frôlé la mort et vécu une 'Near Death Experience'. Peu à peu, une vérité stupéfiante se révèle : ces tueurs sont des 'miraculés du Diable' et agissent pour lui. Mathieu saura-t-il préserver sa vie, ses choix, dans cette enquête qui le confronte à la réalité du Diable ?

 

Ce que j'en ai pensé :

Les cent premières pages m'ont paru très longues : l'intrigue prend du temps à se mettre en place et le personnage principal ne m'a pas plu dès le départ. Il nous raconte les grandes lignes de sa vie et ce qui ressort surtout c'est sa foi inébranlable : en effet, Mathieu Durey est un fervent catholique et est devenu flic, après avoir suivi le Séminaire de Rome et être parti en mission humanitaire au Rwanda dont il est revenu traumatisé par les massacres des Hutus sur les Tutsis (ou le contraire, je confonds à chaque fois!!!!!). Cette foi prend beaucoup de place dans sa vie et j'ai eu peur qu'elle ne devienne un peu trop envahissante tout au long du roman mais il n'en est rien, elle sait se faire plus discrète ensuite et s'insère parfaitement dans l'histoire. Il enquête sur le suicide de son ami d'enfance, Luc Soubeyras, lui aussi fervent catholique, beaucoup plus fanatique dans ses croyances que Mathieu, on le snet très « border line ». Il ne comprend donc pas son geste et se plonge dans ses anciennes affaires pour savoir ce qui a provoqué un tel déclic en lui....

Finalement, il suit la piste Sylvie Simonis et l'aventure commence alors véritablement. A partir de ce moment-là, je suis enfin rentrée dans l'histoire, l'auteur m'a embarquée sur les traces du Mal. Il nous mène de pistes en pistes : chaque indice débouche sur une nouvelle piste et pose de nouvelles questions. Nous suivons donc Mathieu en temps et en heure, menant l'enquête au même rythme que lui, pataugeant avec lui, même si certaines révélations me sont apparues bien avant lui !!!!! J'ai aimé la tournure fantastique que prend cette histoire et j'ai d'ailleurs regretté le retournement de la fin pour revenir à une explication plus terre à terre, plus rationnelle. Environ 150 pages avant la fin, mon intérêt est retombé : je sentais venir les choses et le tout m'a paru encore une fois très long : j'avais hâte que cela se termine, d'avoir le fin mot de l'histoire et de pouvoir passer à autre chose.

 

En conclusion donc, si l'on met de côté les 100 premières pages et les 100 dernières qui souffrent en longueur, j'ai apprécié ce Grangé même s'il m'a manqué le côté haletant, palpitant de mes autres lectures de l'auteur (L'Empire des loups et La Ligne noire). Ce n'est donc pas mon préféré de lui...

 

partage-lecture-logo.jpg 

En lieu et place de Les Rivières pourpres du même auteur

1/5

Lancelot de Claude MERLE

9782747020244.jpg

Genre : Littérature jeunesse

 

Quatrième de couverture :

Recueilli par la fée Viviane, Lancelot grandit dans la forêt de Brocéliande. Excellant dans l'art du combat, il fait également preuve d'une rare noblesse d'esprit. A seize ans, le jeune homme est persuadé que rien ne saurait le détourner de son rêve : devenir un chevalier de la Table Ronde. Or, un simple regard de la reine Guenièvre va bouleverser son destin...

 

Ce que j'en ai pensé :

J'ai bien apprécié mais ne pense pas en garder un souvenir impérissable. Le style m'a beaucoup fait penser aux histoires d'amour courtois et de chevaliers du Moyen-Age et sied parfaitement à l'histoire, colle à la légende. D'ailleurs, le vocabulaire de l'époque est utilisé et expliqué en fin d'ouvrage dans un lexique, bien pratique et permet de mieux retranscrire le contexte historique. Pour ce qui est de l'histoire en elle-même, de nombreux éléments racontés par Chrétien de Troyes sont repris comme l'épisode de la charrette mais le tout manque un peu de développement. On suit l'enfance et l'adolescence de Lancelot, avant qu'il ne devienne chevalier. Sa mésentente et la rivalité qui l'opposent à Méléagant constituent un des fils conducteurs du récit, ce que j'ai beaucoup apprécié. Cela permet de mettre également l'accent sur leurs caractères opposés : d'un côté Lancelot, le preux chevalier, respectant un code d'honneur, courageux et droit et de l'autre, la force brute alliée à la perfidie, la sournoiserie, d'un côté le bon chevalier tel que les légendes du Moyen-Age le valorisent et de l'autre celui qui ruse afin de parvenir à ses fins, qui n'a aucune valeur, aucun honneur.

L'auteur passe très rapidement sur l'enfance du héros au sein du royaume de la dame du lac. Le tout manque d'approfondissement et va à l'essentiel. C'est un aspect que j'ai un peu regretté... De même, j'ai trouvé trop rapide son amour pour la reine Guenièvre. Cela m'a fait sourire : c'était assez maladroit. Néanmoins, je ne regrette pas ma lecture.

1102170412401203537665477

Challenge Légende arthurienne

1102170412401203537665477.jpg 

Le but du jeu est de lire un certain nombre de livres (les BDs ne comptent pas et les livres concernant Tristan & Iseult sont acceptés) et d'en faire des chroniques sur son blog jusqu'au 31 décembre 2012.

Il y a plusieurs catégories :

Niveau Roi Arthur : Lire 12 livres ou plus  

Niveau Lancelot : Lire 8 livres

Niveau Merlin : Lire 5 livres  

Niveau Dame du lac : Lire 3 livres

Niveau Yvain : Lire 1 livre.

   

 J'ai choisi le niveau Merlin, sachant qu'il est possible de changer de niveau en cours de route mais uniquement pour une catégorie supérieure (exemple si vous aviez choisi "Niveau Dame du lac" vous pourrez changer en "Niveau Merlin", mais l'inverse sera impossible, on ne passe pas de Merlin a Yvain...).

 

Si vous souhaitez vous aussi vous inscrire, il suffit de poster un commentaire sur le blog Au Fil des pages et de choisir la catégorie dans laquelle vous souhaitez concourir.  

Les Chevaliers d'Emeraude tome 1 : Le Feu dans le ciel d'Anne ROBILLARD

9782749906256

Genre : Littérature jeunesse

 

Série Les Chevaliers d'Emeraude :

1. Le Feu dans le ciel

2. Les Dragons de l'Empereur Noir

3. Piège au royaume des ombres

4. La Princesse rebelle

5. L'Ile des lézards

...

 

Quatrième de couverture :

L’Empereur Noir, Amecareth, a levé ses armées monstrueuses pour envahir les royaumes du continent d'Enkidiev. Bientôt, la terre de Shola subit les attaques féroces des sinistres dragons et des impitoyables hommes-insectes. Pourquoi les troupes d'Amecareth reviennent-elles sur le continent après des siècles de paix, mettant à feu et à sang le royaume glacé de Shola ?

Les sept chevaliers d’Émeraude - six hommes et une femme – sont les seuls à pouvoir percer ce mystère, inverser le destin et repousser les forces du Mal. Ils devront pour cela accomplir l'étrange prophétie qui lie Kira, une petite fille de deux ans, au sort du monde.

 

Ce que j'en ai pensé :

Ce premier tome permet de mettre en place le décor et les personnages. Parmi ceux-ci, certains se détachent du lot comme Kira, petite fille violette, enfant de la reine Fan de Shola, aux extraordinaires talents magiques, Elund, le magicien instructeur des chevaliers d'Emeraude et Wellan, chef des chevaliers d'Emeraude, intelligent, fort mais également très colérique et renfermé. L'arrivée de Bridgess, son écuyer, va atténuer un peu son côté sombre et me l'a rendu beaucoup plus sympathique. Son fort charisme et surtout la grande place qu'il occupe dans ce premier tome éclipse un peu ses compagnons d'arme, que l'on a du mal à distinguer les uns des autres dans un premier temps : il faut arriver vers la fin du tome pour pouvoir véritablement les distinguer de cette masse, à part certains qui se détachent du lot comme Chloé, la seule femme chevalier ou Jasson, le plus effronté et impertinent de la bande, le seul à remettre quelquefois en cause les décisions de Wellan.

Nos chevaliers sillonnent ici le royaume afin de prévenir les rois et reines des différents peuples du danger qui les menacent. Le lecteur visite donc les lieux en même temps qu'eux et là encore, les royaumes finissent tous par se ressembler plus ou moins. Ils sont très nombreux. Il est donc difficile de tous les assimiler. On retiendra par contre les royaumes des elfes, celui des fées ou de Shola. Heureusement, au bout d'un moment, on finit par se familiariser avec les lieux.

En conclusion, j'ai bien aimé même si j'aurais souhaité peut-être que les personnages et les royaumes traversés se démarquent plus les uns des autres. J'espère que les autres chevaliers seront plus mis en valeur dans les prochains tomes et j'ai hâte de voir évoluer le personnage de Kira, qui recèle un fort potentiel ! Maintenant que tout est en place, la lectrice que je suis s'attend également à un peu plus d'action dans les tomes suivants, même si celui-ci n'est pas désagréable et se lit très rapidement en raison du style clair et limpide de son auteur.

  1. 

The Vampire chronicles book 1 : Interview with the vampire d'Anne RICE

Vampire-1.jpg

Genre : Fantastique

 

Série Les Chroniques des vampires :

1. Entretien avec un vampire

2. Lestat le vampire

3. La Reine des damnés

4. Le Voleur de corps

5. Memnoch

...

 

Présentation de l'éditeur français :

De nos jours, à la Nouvelle-Orléans un jeune homme a été convoqué dans l'obscurité d'une chambre d'hôtel pour écouter la plus étrange histoire qui soit. Tandis que tourne le magnétophone, son mystérieux interlocuteur raconte sa vie, sa vie de vampire. Comme l'interviewer, nous nous laissons subjuguer, fasciner et entraîner à travers les siècles dans un monde sensuel et terrifiant ou l'atroce le dispute au sublime. Véritable livre Culte, premier voler des désormais incontournables Chroniques des vampires, Entretien avec un vampire renouvelle totalement l'un des mythes les plus riches et les plus ambigus du fantastique.

 

Ce que j'en ai pensé :

Je connaissais le film avec Brad Pitt (Louis) et Tom Cruise (Lestat). C'est ce qui m'a donné envie de lire le livre, même si beaucoup d'années ont passé entre les deux... Aussi, j'ai été étonnée par les personnages du livre : Lestat y apparaît beaucoup plus « méchant » que dans le film et Louis moins « gentil » : je caricature un peu mais c'est la première impression que j'ai eu. Malgré cette différence, j'ai beaucoup aimé ! Je ne suis pas très descriptions et pourtant, celles d'Anne Rice sont magnifiques et très réalistes. J'ai vraiment eu l'impression de déambuler dans les rues de la Nouvelle Orléans ou dans la plantation de Louis, n'ai eu aucun mal à me les représenter. Le lecteur « voit » le changement qui s'opère peu à peu dans la ville au fil des ans : c'est très réussi ! Le type de narration également m'a beaucoup plu : Louis se confie à un jeune journaliste qui enregistre leur conversation sur cassettes et l’interrompt de temps en temps pour lui poser une question ou faire un commentaire, ce qui relance la discussion et donne du rythme au récit. Les personnages sont très bien décrits, très réussis psychologiquement parlant : Louis a du mal à s'accepter en tant que vampire, c'est un personnage torturé, à la recherche de réponses. Il a aussi un côté arrogant, je trouve, notamment face à Lestat qu'il prend pour un véritable imbécile. Celui-ci n'est pas épargné non plus : il agit par vengeance, sans scrupule aucun, est un peu taciturne : il ne se confie que très rarement et pourtant, on sent son attachement pour Louis, son mal-être et sa solitude. Claudia complète le trio : elle est à la fois effrayante et ressemble beaucoup en cela à Lestat : elle tue sans scrupule elle aussi, paraît froide, dénuée de tout sentiment et à d'autres moments, elle est très touchante : sa peine est palpable. Comme Louis, elle est en quête d'identité : qui est-elle ? Y en a-t-il d'autres comme elle ? C'est une femme coincée dans un corps de petite fille, avec tous les problèmes que cela implique. Enfin, je ne peux ne pas parler d'Armand, un personnage ambigu, intrigant : j'ai hâte de lire le livre qui lui est consacré : je crois que c'est le personnage que j'ai le mieux aimé ! Anne Rice nous fait partager sa vision des vampires et de leurs pouvoirs. Ils apparaissent finalement très humains. L'ambiance est également particulière : un mélange de mystère, de frisson, de terreur, le tout décrit de manière très « visuelle », presque esthétique. A ce titre, certaines scènes sont très marquantes comme la représentation dans le Théâtre des vampires ou la première rencontre avec Armand.

Je poursuivrais cette série avec grand plaisir : d'ailleurs Lestat le vampire est dans ma Pal et risque de ne pas y rester longtemps !

 

LUENVO fangsaddict2j

image