Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une Terre si froide de Adrian McKINTY

Genre : Policier

Série Sean Duffy :

1. Une Terre si froide

2. Dans la rue j'entends les sirènes

 

Quatrième de couverture :

 

1981, Irlande du Nord.

 

Bobby Sands vient de mourir. Le pays est sous haute tension, Belfast à feu et à sang.

 

A Carrickfergus, deux homosexuels sont tués, main gauche arrachée.

La piste d’un serial killer semble évidente.

 

Mais le sergent Sean Duffy sait que les apparences sont souvent trompeuses, lui qui incarne un paradoxe en Ulster : il est flic et catholique.

(…)

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

« (…) Sunday, Bloody Sunday

Sunday, Bloody Sunday

Sunday, Bloody Sunday

And the battle's just begun

There's many lost, but tell me who has won

The trench is dug within our hearts

And mothers, children, brothers, sisters

Torn apart

Sunday, Bloody Sunday

Sunday, Bloody Sunday

How long

How long must we sing this song

How long, how long

'Cause tonight, we can be as one

Tonight, tonight (…) »

 

Ce sont les premiers mots et les notes de la chanson de U2 (pas forcément d’ailleurs en lien directe avec l’histoire puisque la chanson sortie en 1983 parle de faits remontant au début des années 70, donc avant l’époque évoquée par l’auteur *)  qui me sont immédiatement venus à la lecture des premières lignes de ce polar sur fonds de troubles politiques, en Irlande du Nord, en 1981, pendant les grèves de la faim qui ont entraîné la mort de membres de l’IRA tel Bobby Sands et mis la ville à feu et à sang, attisant encore les dissensions au sein de la population.

 

Un Belfast et sa banlieue, comme Carrickfergus, divisés, pris en étau entre différents groupes paramilitaires. On pense immédiatement à l’IRA et l’organisation politique à laquelle elle est apparentée, le Sinn Fein, dirigée par Gerry Adams, qui fait une brève apparition dans le livre, mais pas uniquement : il y a aussi des groupes armés protestants aux méthodes similaires à l’IRA : l’UDA et l’UVF, chose que j’ignorais avant d’ouvrir ce roman policier !

 

Outre le contexte, j’ai beaucoup aimé également le personnage de Sean Duffy, son humour, sa ténacité et son « petit » (^^) côté provocateur, qui lui cause bien des ennuis. Surtout dans sa situation : il ne fait pas bon être flic en Irlande du Nord et encore moins un flic catholique dans un pays majoritairement protestant. Considéré comme un traître par les uns et les autres, il doit sans cesse être sur le qui-vive, vérifier chaque matin si sa voiture n’est pas piégée !

 

Il est bien entouré, par une équipe très éclectique : McCrabban, le Dr Cathcart, qui ne le laisse pas indifférent, McCallister, un vieux de la vieille, Matty, un peu tire-au-flanc et l’inspecteur chef Brennan.

 

L’intrigue offre deux enquêtes menées en parallèle par notre équipe de choc (mais surtout par Sean) : la disparition et le suicide de Lucy Moore, récemment divorcée d’un membre de l’IRA, purgeant une peine de prison et ayant entamé une grève de la faim et l’assassinat de deux hommes homosexuels, Andrew Young, professeur de musique apprécié et Tommy Little, chauffeur pour le compte de Gerry Adams, qui n’a pas envie que cela se sache, l’IRA et le Sein Fenn, encore moins que le pays tout entier, n’étant pas réputés pour leur ouverture d’esprit quant à l’homosexualité, seulement tolérée dans le cas de Tommy…

 

Des affaires qui ont su me tenir en haleine, malgré quelques longueurs parfois, les pièces du puzzle mettant longtemps à se mettre en place et à prendre forme mais encore une fois, ayant adoré le personnage principal, le temps ne m’a jamais semblé long, bien au contraire, j’ai tourné la dernière page avec regret…

 

 

 

* Pour la petite histoire : « Inspirée des deux dimanches sanglants survenus, respectivement, à Dublin en 1920, et à Derry, en 1972, la chanson est une condamnation des atrocités commises à l’issue d’une marche réclamant le respect des droits civiques en Irlande du Nord et la paix entre la majorité protestante et la minorité catholique. 14 catholiques nord-irlandais ont été tués par l'armée britannique lors du Bloody Sunday » (pour plus d’infos sur la chanson : http://www.nostalgie.fr/artistes/u2/actualites/l-histoire-de-la-chanson-sunday-bloody-sunday-de-u2-343919).

Antigone 21/02/2018 15:18

Au vu de ton billet ce titre semble très ancré dans une époque... Je lis très peu de livres de ce genre mais tu donnes très envie !!

Les lectures d'Alexielle 22/02/2018 11:26

Oui, il est très ancré dans les années 80 : le contexte est très présent !

Joëlle 18/02/2018 16:13

Le titre, pour paraphraser Sharon me fait aussi envie.
Mais aussi ton avis.
Je lis régulièrement tes chroniques, puisque je suis abonnée à ton blog, mais il est vrai que je ne lis pas de BD et Mangas… alors, je laisse peu de commentaires.

Les lectures d'Alexielle 19/02/2018 10:56

Merci, Joëlle : je fais un peu la même chose quand je vais sur les blogs que j'aime donc t'inquiète, je comprends. C'est vrai que les BD/ mangas sont plus présents depuis quelques temps mais promis, il devrait y avoir des romans le mois prochain, j'ai trop envie d'en lire de nouveau ^^

Sharon 17/02/2018 17:52

J'espère que ce second commentaire passera.
Un titre qui me fait très envie.

Les lectures d'Alexielle 22/02/2018 11:30

Ah ? Oui, effectivement, je comprends mieux ! Bizarre...

Sharon 21/02/2018 19:33

Ce n'est pas tant la modération des commentaires qu'après que j'ai posté le premier (ou plutôt, tenté de le poster) un message s'est affiché me disant que je n'avais pas le droit de commenter.

Les lectures d'Alexielle 18/02/2018 11:39

Les commentaires sont modérés donc ne t'inquiète pas si tu ne les vois pas de suite ^^ Je suis sûre qu'il pourrait te plaire !