Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Douce Empoisonneuse d'Arto PAASILINNA

Genre : Roman

 

Quatrième de couverture :

 

Une maisonnette rouge flanquée d’un petit sauna en bois gris, non loin d’Helsinki.

Linnea, la douce veuve du colonel Ravaska, mène une existence paisible à soigner ses violettes et son chat.

 

Pourtant chaque mois, le jour où elle touche sa pension, un trio maudit, conduit par son neveu, s’invite sous son toit pour la détrousser.

 

Lorsque ses visiteurs ne se contentent plus de sa maigre retraite et exigent un testament à leur avantage, c’en est trop.

 

Elle est résolue à en finir. Comprenez : à se suicider.

 

Mais, surprise, concocter un poison mortel se révèle une activité beaucoup plus passionnante que tricoter.

 

Et les noirs desseins de Linnea, par une suite précipitée d’événements cocasses, se retournent en sa faveur, tandis que ses ennemis…

 

 

 

Ce que j'en ai pensé :

 

Portrait au vitriol d’une certaine jeunesse représentée par Kauko « Kake » Nyssonen, neveu de Linnea, Perthi Latela et Jari Fagerstrom, des parasites qui vivent de mauvais coups et au crochet de la vieille dame, qu’ils dépouillent tous les mois de sa pension de retraite pour payer leurs virées bien arrosées entre copains, une jeunesse sans avenir, avide d’argent facile sans avoir à suer sang et eau pour le gagner. Un portrait peu reluisant qu’il faut prendre au second degré.

 

Des copains de beuverie tombés très tôt dans la délinquance, toujours sur la corde, craints par tous, même par la police, qui ne fait pas grand-chose pour aider Linnea quand elle les appelle à la rescousse. Ce qui fait qu’elle va prendre les choses en main, pour le plus grand bonheur du lecteur, créant un poison afin de se l’injecter en cas de menace ! Mais rien ne va se passer comme prévu…

 

L’auteur crée des situations cocasses qui parsèment son histoire d’une pointe d’humour bienvenue dans toute cette noirceur.

 

Néanmoins, je n’ai pas trouvé ce titre aussi drôle et enlevé que Le Cantique de l’apocalypse joyeuse, du même auteur, qui avait été un réel coup de cœur. Il lui manque un petit quelque chose sur lequel j’ai du mal à mettre le doigt.

 

Le comique de situation fait que chaque fois que Linnea tente d’arranger les choses, d’arrondir les angles, ça tourne mal pour nos trois compères et la situation profite finalement à notre héroïne, et ce bien malgré elle, preuve que le crime ne paie pas !

 

On a un déséquilibre des forces en présence, c’est peut-être ce petit quelque chose qui manque : de l’imprévu, même si les retournements de situation sont vraiment drôles, la fin parait évidente et coule de source.

 

Malgré tout, un livre à lire, pour se donner le sourire et pour l’humour grinçant d’Arto Paasilinna que j’ai été heureuse de retrouver.

 

 

 

Adely - Lectureenfantparent 04/01/2018 15:43

Je ne connaissais pas cet auteur mais je le note sur ma wish list, en particulier "le cantique de l'apocalypse joyeuse" pour la prochaine session de décembre nordique.

Les lectures d'Alexielle 05/01/2018 12:48

J'espère qu'il te plaira ^^

Antigone 28/12/2017 12:00

Je me demande depuis longtemps ce que ce titre cache comme intrigue... Tu m'as donné envie de découvrir ce roman, malgré tes petits bémols.

Les lectures d'Alexielle 29/12/2017 11:46

Héhé ravie de t'avoir donné envie, Antigone ^^ J'espère que tu aimeras...

Bernieshoot 24/12/2017 13:03

l'humour grinçant, j'aime ce style

Les lectures d'Alexielle 25/12/2017 16:52

Alors Arto Paasilinna devrait te plaire (mais essaye d'abord Le Cantique de l'apocalypse joyeuse ^^, j'insiste !).

rachel 24/12/2017 11:52

encore quelqu'un qui veut se suicider...cela se voit souvent dans les romans nordiques...en tout cas j'aime pas vraiment quand les retournements sont trop telephones...;)

Les lectures d'Alexielle 25/12/2017 16:51

Les retournements en eux mêmes ne sont pas téléphonés. C'est surtout la fin qui est prévisible !