Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

California Dreamin' de Pénélope BAGIEU

Genre : BD

 

Quatrième de couverture :

 

Ellen Cohen rêve de devenir chanteuse.

 

Sa voix est incroyable, sa personnalité aussi excentrique, qu’attachante, son besoin d’amour inextinguible.

 

A l’aube des années 60, elle quitte Baltimore pour échapper à son avenir de vendeuse de pastrami et tenter sa chance à New York.

 

Mon avis :

 

California dreamin' (California dreamin')

On such a winter's day

 

All the leaves are brown (all the leaves are brown)

And the sky is grey (and the sky is grey)

I've been for a walk (I've been for a walk)

On a winter's day (on a winter's day)

If I didn't tell her (if I didn't tell her)

I could leave today (I could leave today)

 

Ça vous dit quelque chose ? Non ?

 

https://youtu.be/N-aK6JnyFmk

 

Et maintenant ?

 

California Dreamin’ c’est l’histoire de Cass Elliot, mama Cass/ Ellen Cohen qui a fait partie du groupe The Mamas and the papas dans les années 60.

 

 

C’est aussi une belle rétrospective des années 50/60 puisque nous remontons de sa naissance en 1941 (et plus tard dans l’année, Pearl Harbor et l’entrée des Etats-Unis en guerre vue par la famille d’Ellen) jusqu’à ses 24 ans en 1965.

 

Son histoire est donc jalonnée de nombreux événements historiques (la ségrégation, l’assassinat de Kennedy, la guerre du Vietnam, l’époque « sex, drugs and rock and roll », à laquelle n’échappe pas Ellen…) sur fonds de bande musicale traversée par les styles opéra, jazz, folk, rock, pop et des chanteurs comme Elvis Priestley, les Beatles, Dylan, les Beach Boys… Le contexte est très fortement ancré dans cette BD et nous fait revivre en même temps que les personnages ces années.

 

Chaque « chapitre » est consacré à un personnage, lesquels sont nombreux mais certains ne passent qu’en coup de vent dans la vie de Cass et ne font qu’une brève apparition, ils n’ont droit qu’à ce seul chapitre mais n’en sont pas moins important dans sa construction, dans les futures rencontres qu’ils l’amènent à faire ou dans son avenir (Shirley, Sharon, Ken, Tim…), d’autres apparaissent plusieurs fois car ils restent plus longtemps à ses côtés (comme sa famille surtout présente au début mais que l’on revoit ponctuellement ensuite ou bien entendu les autres futurs membres du groupe : John, Michelle, Denny).

 

Tous se racontent et racontent leur rencontre et leurs interactions avec Cass qui est véritablement le fil conducteur du récit. A travers eux et à travers le récit de Cass, c’est son histoire que nous raconte Pénélope Bagieu, avec beaucoup de justesse et d’émotions, ainsi que la construction progressive du groupe et ses différentes variantes avant d’arriver à la version que l’on connait des Mamas and the Papas.

 

Cass est une jeune femme excentrique, pleine de vie, qui s’assume mais se sent aussi très seule, elle est également fragile, malchanceuse dans ses « amours ». Les hommes de son entourage ne semblent pas la voir comme une compagne de vie mais seulement comme une histoire d’un soir, une amie, voire une sex friend ou une sœur comme Denny ou Tim. Elle m’a beaucoup fait penser à Penelope Garcia dans Esprits criminels (surtout une case en fait où elle est sur un fauteuil et se retourne, avec une coupe proche de Garcia et une robe qu’elle aurait pu porter ^^, ça m’a immédiatement frappé à ce moment-là !).

 

En bref, une magnifique BD en forme de rétrospective originale tant dans sa forme que dans son contenu avec des dessins en noir et blanc et des effets d’ombre qui tranchent avec la série Joséphine, en couleur, mais donne un côté voyage dans le passé et accentue encore plus les émotions, à mon sens, d’autant qu’ils sont très épurés et vont directement à l’essentiel. Je ne m’attendais pas trop à ça en l’ouvrant. J’avoue que la musique et l’histoire des Mamas and the Papas ne m’a jamais passionnée plus que ça mais ce fut vraiment une très belle découverte, très proche du coup de cœur. L’auteur nous propose ici une œuvre beaucoup plus mature que les Joséphine, plus développée (on suit véritablement une histoire, celle de Cass, on ne passe pas de sketch en sketch, même si elle propose aussi une vraie histoire dans son autre série), moins comique bien que Cass ait également beaucoup d’humour mais le ton est beaucoup moins léger et elle traverse pas mal d’épreuves…

Les sorcières 22/07/2017 11:33

Je serais curieuse à la découvrir! *Anne*

Les lectures d'Alexielle 25/07/2017 10:42

Si tu as l'occasion de tomber dessus, n'hésite surtout pas : c'est presque un coup de cœur pour moi !