Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Barakamon Tome 2 de Satsuki YOSHINO

Genre : Manga (shonen)

Série en cours (13 tomes parus au Japon, 11 en France. Le 12è doit paraitre le 26 mai 2016)

Mon avis sur le tome 1

 

Quatrième de couverture :

A peine installé dans sa nouvelle résidence, Seishû tombe nez à nez avec la petite Naru, une gamine du village qui le prend en affection et ne tarde pas à lui présenter tous ses amis…

 

Au fur et à mesure des rencontres, le calligraphe retrouve peu à peu l’inspiration, seulement voilà : il ne finit que deuxième au concours suivant ! Complétement dépité, il recommence à broyer du noir. Heureusement, l’enthousiasme de Naru et les conseils avisés d’une ancienne du village vont lui permettre de repartir de l’avant…

 

Ce que j'en ai pensé :

Je l’ai lu il y a un bon moment maintenant… Heureusement, j’ai eu la bonne idée de prendre des notes car la chronique vient très tardivement…

J’ai trouvé ce deuxième tome un peu moins drôle que le premier. Pour être plus précise, l’humour se fait ici beaucoup plus « lourd », notamment avec le personnage de Tama, la fan de manga qui souhaite en faire son métier et qui, ayant assisté à un énième évanouissement du maître – dans les bras de Hiroshi – , se fait tout un film sur les relations pouvant exister entre les deux jeunes hommes. J’ai eu du mal à adhérer à son personnage d’otaku dérangée, qui plane un peu. Je l’ai trouvé très caricaturale et ridicule. On perd en subtilité niveau humour avec elle, à mon sens. A côté de cela, j’ai néanmoins retrouvé ce qui m’avait tant plu dans le premier : l’auteur instille des valeurs qui portent un véritable message tels l’effort qui paye, le fait d’aller au bout de ses capacités, de se donner à fond pour obtenir ce que l’on désire vraiment ou bien encore la solidarité, l’esprit d’équipe car c’est au contact des autres que l’on voit le héros évoluer, s’ouvrir. On y retrouve toute l’atmosphère d’un petit village où chacun est attentif aux autres sans qu’il soit besoin de verrouiller sa porte. Seishû a pris ses marques, semble beaucoup plus aimer la compagnie de Naru, Miwa, Hiroshi et toute la petite bande alors qu’il la subissait avant cela, il prend du plaisir à échanger avec eux, faire connaissance, aller à la rencontre des gens du village comme ce monsieur dont le terrain est envahi par les chats ou cette vieille épicière qui aime recevoir ses clients et à qui les enfants amènent tous les animaux blessés qu’ils trouvent. On voit qu’il éprouve beaucoup d’affection pour la tendre et attachante Naru, envers qui il se sent responsable, comme un grand frère ou un père, ce qui lui cause bien des tracas ^^. Bref, ce petit manga est un véritable bonheur, une bouffée d’air frais, un cocon dans lequel j’aime me blottir et que je suis contente d’avoir découvert ! J’ai hâte de lire la suite...