Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A comme Association Tome 4 : Le Subtil Parfum du soufre de Pierre BOTTERO

Genre : Littérature jeunesse

Série A comme Association :

1. La Pâle lumière des ténèbres

2. Les Limites obscures de la magie

3. L'Etoffe fragile du monde

4. Le Subtil Parfum du soufre

5. Là où les mots n'existent pas

6. Ce qui dort dans la nuit

7. Car nos coeurs sont hantés

8. Le Regard brûlant des étoiles

 

Quatrième de couverture :

Prénom : Ombe

Age : 18 ans

Description : Cheveux blonds et courts en pétard, yeux bleus, allure sportive

Profession : Agent stagiaire à l’Association et étudiante (officiellement)

Signe particulier : Incassable

Aime : Sa moto, tabasser un bon gros monstre, qu’on lui fiche la paix

Mission : Sauver la vie du loup-garou et éviter d’en tomber amoureuse

 

Ce que j'en ai pensé :

Ombe termine ici ce qu’a commencé Jasper dans le tome 2 : l’enquête sur le trafic de drogue entre loups garous et vampires. A cette occasion, elle fait la rencontre de Nacelnik qu’elle sauve d’une mort certaine ordonnée par l’alpha de la meute, Trulez. Comble de la surprise : elle en tombe même amoureuse ! Un tome tout en action et en sensibilité (les deux ne sont jamais incompatibles sous la plume de l’auteur), qui présente l’image d’une héroïne plus fragile qu’il n’y parait sous ses dehors de dure à cuire, moins détachée que dans les tomes précédents, plus à fleur de peau. Pierre Bottero nous montre une autre facette d’Ombe, plus nuancée et j’ai beaucoup apprécié. En même temps, c’était gagné d’avance, Ombe ayant ma préférence par rapport à Jasper depuis le départ car plus mature, moins ado. Ses aventures et ses pensées sont d’ailleurs davantage celles d’une jeune adulte et peuvent dérouter placées dans le contexte d’une saga ciblée jeunesse (elle a une vie sexuelle notamment qu’elle fait partager au lecteur mais pas de panique : rien de choquant, chers parents, le tout reste très soft !). De nouvelles questions se posent sur son passé, sur ses colocataires et sur ses trois mystérieux jeunes gens qui cherchent après elle. Qui sont-ils tous ? Quels sont leurs desseins ?

La fin semble appeler plus d’interactions entre les deux agents de l’Association, plus de complicité et non plus seulement des enquêtes parallèles qui se croisent parfois, en quatrième vitesse, pour reprendre leur cours solitaire… En tout cas, c’est ce que j’attends des tomes qui vont suivre, en espérant ne pas être déçue et avec un petit pincement au cœur dû au fait qu’il s’agit ici du dernier écrit par l’auteur. J’espère également qu’Erik L’Homme lui aura été fidèle dans sa reprise du personnage et peut-être aussi dans l’écriture, toujours aussi soignée…